Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 23:44

   Il n'y a apparemment pas plus simples que les nombres, car chacun, dès l'école, a appris à manier les opérations nien connues : addition, soustraction, multiplication et division ...1 + 1 = 2 ...2 - 1 = 1 ...2 x 2 = 4 ...6 : 3 = 2 ...Une simplixité enfantine, c'est le cas de le dire...

 

   En fait, pas du tout ...Il n'y a pas plus complexe que les nombres ...D'abord, tous les individus ne sont pas également doués pour les nombres, et il y en a même qui sont franchement rebelles à l'arithmétique ...Ensuite, une analyse approfondie montre rapidement que les nombres dépassent l'entendement :

 

   1. Il y a déjà la suite même même des nombres ...1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, etc... Cette suite n'a pas de fin, car on pourrait l'écrire en faisant le tour de la Terre et en la prolongeant jusqu'à l'étoile Alpha du Centaure, ...qu'on ne parviendrait toujours pas au bout...

 

   2. Mais avant la suite, il y a le début ...1, certes, ...Mais il y a auparavant le 0 (zéro) ...Et qu'est-ce que 0 ?... Il est tellement peu compréhensible qu'il n'a été découvert et utilisé que tardivement ...Ainsi, dans le calendrier historique, on est passé de - 1 avant JC  à + 1 après JC ...

 

   3. Evidemment, s'il y a + 1, il y a - 1, et ensuite - 2, - 3, - 4, etc ...et ce décompte à l'envers va de nouveau vers l'infini ...Autrement dit, par les nombres, on retrouve le problème du début et de la fin du monde ...Là où il n'y avait "rien", il y a eu "tout", ...Là où il y a "tout" il y aura - peut-être - ensuite ..."rien"...

 

   4 . Mais tous les nombres ne sont pas semblables  : il y a les nombres qui se sufisent à eux-mêmes, et donnent des résulats précis et donc finis ...comme 2 x 2 = 4 ...Ce sont des nombres "entiers" ...Mais il y a des nombres qui ne sont pas entiers ...ils sont "premiers" , parce qu'ils ne sont divisibles que par 1 et par eux-mêmes, à savoir 2, 3, 5, 7, 11, 13, etc ..Et cétéra en effet, parce que le  ...nombre des ...nombres premiers est, comme ceux qui ne le sont pas, infini...Plus surprenant, une projection réalisée par des moyens informatiques montre que leur ...nombre se raréfie en allant vers les milliards...

 

   5. Il y a un nombre bien connu des écoliers qui est le nombre "Pi" ...3,1416 ...En réalité (?) ...3,14159...car les décimales, comme les nombres entiers continuent à l'infini ...et donc, un nombre entier multiplié par "Pi" ne peut donner qu'un nombre avec décimales à l'infini ...Or, quand on définit la circonférence d'un cercle, on a une boucle finie...

 

   6. Il y a plus étrange encore, ...à savoir que la nature est organisée autour de certains nombres ...Ainsi, il est inutile de chercher une fleur avec 6 pétales, ou bien 9, 12, voire 22, 35, etc ...Des savants ont remarqué dès l'Antiquité que les pétales n'étaient groupés qu'en 2, 3, 5, 8, 13, 21, 34 ...etc ...

 

   Finalement ...façon de parler dans ce domaine infini ...on en vient à penser que la nature n'est ni matérielle, ni spirituelle, ...mais qu'elle est numérique ...Au commencement était le nombre ...Et c'est le nombre qui établira la fin ...On comprend que les frères Bogdanov (*) ait intitulé leur livre sur les nombres "La Pensée de Dieu", non par conviction religieuse, mais en raison de l'incertitude de leur réflexion sur ce sujet ...

 

 (*) Igor Bogdanov, Docteur en Physique théorique

        Grichka Bogdanov, Docteur en Mathématiques

           auteurs de "La Pensée de Dieu" Editions Grasset 2012

 

  En complément , Revue Sciences et Avenir n° 800 Octobre 2013 - Couvertvure et artvicle "L'énigme des nombres premiers"

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Esotérisme
commenter cet article
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 18:03

   Depuis qu'il a pris conscience du monde et a pu s'exprimer par le langage pour traduire ses pensées et ses sensations, l'homme a cherché à comprendre et il est passé progressivement de la magie, mettant en oeuvre des forces obscures, à la religion faisant intervenir des puissances supérieures,...puis de la religion à la science lui donnant une explication raisonnée de son environnement ...Mais il est toujours resté muet sur la mort dans la mesure où, s'il n'a jamais cessé de constater autour de lui qu'elle mettait fin à la vie, personne n'en est jamais revenu ...Et, à défaut de savoir ce qu'est la mort, il a imaginé depuis ses origines ce qu'il pourrait y avoir "après", c'est-à-dire une éventuelle "immortalité"...

 

   Une immortalité qui n'est pas l'éternité, puisque celle-ci, par définition, n'a ni commencement ni fin, alors que l'immortalité - dont le mot contient celui de "mort" - traduit l'espoir que ce qui a eu un début avec la mort n'aura pas de fin...Et, dans cette perspective, il faut convenir que le contenu de l'immortalité a beaucoup varié dans les temps et les lieux :

   - il y a d'abord la conception d'une immortalité de l'homme considéré dans son "intégrité"  - sans division interne - autrement dit tel qu'il était avant sa mort ...Il semble qu'il en était ainsi pour les débuts incertains de l'Egypte ancienne...

   - Il y a la conception d'une immortalité de l'homme qui, au départ, aurait un "corps" et une "âme"...C'est la plus répandue, car elle est à la base des religions judéo-chrétiennes, selon lesquelles, le corps étant retourné en poussière, seule l'âme connaît l'immortalité après la mort de celui-ci... Certains psychiâtres pensent même que la "réalité" de l'âme dans des cas extrêmes où, par exemple lors d'un coma, des individus ont le souvenir d'avoir vu leur corps de l'extérieur...

   - Il y a la conception de l'immortalité avec une "résurrection" où le corps - reconstitué ? - rejoint l'âme ...C'est ce qui semble prévu dans la période classique de l'Egypte ancienne, où les tombes comme les inscriptions montrent que des objets familiers et de la nourriture y sont disposés dans cette attente...Il en est de même pour les religions judéo-chrétiennes, mais se pose alors le problème de l'échéance, car si la résurrection a lieu "à la fin des temps", cette dernière est incompatible avec l'immortalité...

   - Il y a enfin la conception de l'immortalité dans le cadre d'une "ré-incarnation", conception plus complexe puisqu'elle suppose l'existence d'une "réalité immanente" qui viendrait "habiter" des corps successifs jusqu'à ce soit acquise une pureté absolue ...C'est l'hypothèse contenue dans les religions indiennes avec la métempsycose...

 

   Finalement, l'homme reste entre une certitude et une incertitude : d'une part la certitude de la mort, pour laquelle il peut tout au plus retarder l'échéance grâce aux progrès de la science, sans parvenir à une vieillesse sans fin qui poserait d'ailleurs un problème d'occupation de la Terre ...Et d'autre part, l'incertitude de l'immortalité qui échappe à sa raison ...

 

   Il est vrai que dans ce domaine la France, une fois de plus, se distingue, car elle est la seule à avoir des "élus" qui sont des "Immortels" ...dans l'Académie Française...


 

 NB. Cet article n'est évidemment qu'un jeu de l'esprit, inspiré par la lecture du n° 52 de Septembre 2013 de la Revue Religions et Histoire...consacré à l'immortalité.

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Esotérisme
commenter cet article
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 16:22

   S'il est une notion qui a préoccupé l'homme au cours de son histoire, c'est bien celle de "l'âme"", car elle est liée à la conscience qu'il a de "l'existence" ...Mais, pour autant, il n'a jamais pu définir la réalité de cette "âme", au sens de ce qu'en est "l'essence"... 

 

   Que l'homme ait une âme, c'est d'abord une question de langage, c'est-à-dire de "communication sociale", car le mot revient dans toutes sortes d'expressions : "se donner corps et âme" ..."avoir l'âme en peine" ..."sauver son âme" ..."vendre son âme au diable" ...expressions déjà révélatrices du contenu que l'homme veut y mettre ...Car, pour lui, l'âme est présente partout au cours de la vie, de la naissance ...à sa mort.

 

   L'âme est aussi une question d'étymologie, puisque le mot vient du latin "anima", qui signifie "souffle", c'est-à-dire le fait de respirer, ...et les mots correspondants de "nephesh" en hébreu, "psyché" en grec, "ruh" en arabe ont la même signification. D'ailleurs la Bible attribue à une puissance transcendantale, Dieu, la création de l'homme en "soufflant" dans la glaise ...Et chacun sait qu'un enfant naît quand il "respire" ...et que l'homme meurt dans un dernier "souffle"...

 

   Mais évidemment l'âme, si elle existe, ne se limite pas à l'appareil respiratoire ...Longtemps elle a été située dans le coeur, parce que celui-ci s'arrête au moment de la mort ...Mais les progrès de la science ayant révélé le rôle fondamental du cerveau, l'âme y est maintenant plus volontiers fixée, en y étant confondue le plus souvent avec "l'esprit", c'est-à-dire "l'intelligence", ...le coeur restant pour beaucoup de gens le domaine du "sentiment" ...D'un côté ..."Esprit, es-tu là ?" ...Et de l'autre "Rodrigue, as-tu du coeur ?" ...

 

   Est-ce à dire alors que l'homme serait une exception dans la nature en ayant seul une âme ?...Certainement pas ...Il apparaît en effet que "l'animal" (dont le nom est directement tiré du la latin "anima") a aussi de "l'esprit" et du coeur" ...Il suffit de le voir vivre avec ses congénères, ayant l'esprit de trouver par exemple comment se nourrir, mais aussi le coeur de soigner et protéger ses petits ...Et il en est de même de l'autre être vivant qu'est le "végétal" qui, certes, n'a pas de mobilité mais sait "où" et "comment" pousser, de nombreuses expériences montrant par ailleurs qu'il y a des associations ou des incompatibilités entre les plantes ...Et certains naturalistes vont même jusqu'à penser que le "minéral" a aussi une "âme", c'est-à-dire un "intérieur", à l'instar du poète français Lamartine qui s'exclamait : "Objets inanimés, avez-vous donc une âme ?"...


   Quoi qu'il en soit, les opinions divergent à propos de "l'âme" :


    - Il y a celles qui nient toute existence à l'âme, considérant que tout être vivant est indivisible et que tout dépend du cerveau, celui-ci ayant des circonvolutions auxquelles on attribue des fonctions particulières (lobes de la réflexion, de la mémoire, des sensations, etc...), avec une corrélation générale en faisant l'unité ...Mais, comme le disait déjà, le chirurgien Cabanis au 18ème siècle : "L'âme, je ne l'ai pas trouvée sous mon scalpel" ...


   2. Il y a celles qui, au contraire, trouvent de l'âme "partout" ...On parle "d'animisme" ..Tout est "âme", y compris le fonctionnement du corps ..., comme si tout homme était une réalité transcendantale, les religions l'intégrant à Dieu ou à tout au-delà, en s'inspirant du fait que certains individus ont des dons, comme celui de l'imposition des mains attribuée par les Evangiles à Jésus-Christ...

 

   3. Il y a celles - les plus courantes - qui font une dichotomie entre le "corps" et "l'âme" ...Le corps est "mortel" - certitude incontestable - mais l'âme est "immortelle", ce qui assurément reste à prouver ...Et, si elle est immortelle, c'est par définition qu'elle n'a pas été "éternelle" et donc qu'elle a une "naissance" ...Née avec le corps, elle survit donc à la mort de celui-ci ...Mais les choses (façon de parler...) se compliquent en fonction des croyances philosophiques ou religieuses :

   - Pour les Egyptiens de l'Antiquité, l'âme ou "ba" pérégrine après la mort d'un corps dans un monde souterrain, où Osiris jugera ses actes, suivant le "Livre des Morts", et au terme elle rejoindra le monde des dieux, raison pour laquelle le corps est conservé par la momification, et des objets familiers et de la nourriture placés dans le sarcophage...

   - Pour les Grecs anciens, l'âme, un fois passé le Styx par la barque de Charon, et franchies les portes gardées par Cerbère, l'âme demeure pour l'mmortalité également dans un monde souterrain, sans jugement ni rémission selon les actes, Tantale ou Sisyphe pouvant ainsi être définivement condamnés...

   - Pour les Hébreux de la Bible, l'âme rejoint aussi un monde souterrain  - le "Shéol", ou encore les "Enfers" (au pluriel) - où elle attendra le Jugement dernier à la fin du monde pour rejoindre Dieu...

   - Pour les Chrétiens, l'âme est également immortelle mais elle est marquée par le péché originel qui a été racheté par Jésus-Christ le "Rédempteur" qui a été ressuscité après sa crucifixion, et, après avoir été "au Ciel, au Purgatoire ou en Enfer (au singulier) elle s'unira de nouveau au corps lors du jugement dernier...

   - Pour les Musulmans, Dieu (Allah) accueille l'âme dès la mort du corps, en attendant la résurrection finale...


   4. Il y a celles qui croient à la transmigration de l'âme, ce qu'on appelle aussi la métempsycose - suivant laquelle l'âme passe d'un corps à un autre suivant un cycle continu de naissance, de mort et de renaissance, comme l'enseignent les religions de l'Extrême-Orient, l'hindouisme, où l'âme peut passer de l'animal ( les vaches sacrées...) à l'homme par une purification progressive (yoga assurant la maîtrise du corps et finalement son unité avec l'âme), ...le bouddhisme, où l'âme passe de corps en corps avant d'atteindre le "Nirvana", à l'instar du Dalaï-Lama pour qui, à sa mort, on recherche aussitôt l'enfant où il s'est ré-incarné...

 

  Ainsi en va-t-il de l'âme ...de la vie ...de la mort ...On ne sait pas ...

 

 

Bibliographie :

  - Revue "Le Monde des Religions  n° 59  - Mai 2013

  - Documentation personnelle

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Esotérisme
commenter cet article
29 décembre 2012 6 29 /12 /décembre /2012 23:43

   Après la fin du monde, ...la fin de vie !...Nouveau thème à la mode (*) ...en cette fin d'année ...et voué à la même fin  ...Sinon, ce serait la fin de tout ...à moins qu'il n'y ait - qui sait ? - une vie après la vie ...

 

   La vie après la vie ?...Qu'est-ce à dire ?...Pour qu'il y ait une vie après la vie, il faut d'évidence que la "première" vie ait cessé, autrement dit qu'il y ait eu la mort ...Mais le mot n'est que rarement prononcé, comme s'il faisait toujours peur, car nul ne sait, depuis que la vie existe sur la Terre, ce qu'est réellement la mort, et si elle a une "suite", puisque nul n'en est jamais revenu...

 

   Pour autant, les hommes se sont toujours interrogés sur ce qui survient après la mort ...Pendant la Préhistoire, ils n'ont pas laissé de témoignages écrits, mais de nombreux sites montrent que leurs congénères étaient enterrés avec divers objets et nourritures destinés manifestement à leur usage "outre-tombe" ...Et dès le 5ème millénaire avant JC, les premières civilisations du Moyen-Orient - Egypte et Mésopotamie - sont explicites, puisque les tombes font état d'une "résurrection", c'est-à-dire d'une autre vie - "immortelle" - dans un "au-delà" ...

 

   Cet "au-delà" est inconnu et indéfinissable, mais, s'il existe, il ne peut être qu'ailleurs, car il est patent que les morts ne "vivent" pas avec les vivants ...Et cet "au-delà" est la raison d'être des religions qui sont sont par définition des croyances en des pouvoirs supérieurs ...Il y a eu d'abord les pratiques magiques où des "sorciers" servaient d'intercesseurs auprès de puissances ténébreuses pour repousser un éventuel danger ou obtenir un bienfait comme la pluie nécessaire à la culture ou l'élevage ...Et peu à peu ces pratiques ont débouché sur un culte envers des "divinités" multiples et spécialisées - polythéisme - avant d'aboutir à la notion d'un seul "Dieu" - monothéisme - censé être au "Ciel" au-dessus des hommes de la Terre, comme c'est le cas pour le judaïsme, le christianisme et l'islamisme, et laissant la porte ouverte à une "résurrection" à la ...fin des temps ... Mais Dieu n'a pas toujours été nécessaire, puisqu'il y a des religions sans Dieu, comme le Bouddhisme, où l'on accède à un "Nirvana" ...et il y a aussi, avec l'hindouisme, la croyance en la métempsycose, c'est-à-dire à des "ré-incarnations" intégrant même les animaux ...

 

   Quoi qu'il en soit, il y a donc une croyance persistante en une "vie après la vie", qui ne va pas d'ailleurs sans poser des problèmes  à la raison humaine ...Car, s'il y a "résurrection" ou "ré-incarnation", cela veut dire qu'il y a  une "réalité immatérielle" indépendante du corps incontestablement "matériel", et qu'il est convenu d'appeler "âme" ...Où sont et où vont les âmes en attendant ces passages ?...Et dans le cas du christianisme évoquant la résurrection de la "chair", donc de l'individu "complet", où s'installeront les milliards d'individus ayant vécu jusqu'au Jugement dernier ?...On peut comprendre, devant ces "mystères", qu'il y ait maintenant, parmi les hommes, de plus en plus "d'agnostiques" - c'est-à-dire de gens n'ayant plus aucune croyance - ou "d'athées" - c'est-à-dire de personnes ne croyant plus "stricto sensu" à la divinité...Et il y en a même de plus en plus qui affirment "qu'il n'y aurait rien après la mort", à en juger par un sondage (**) révélant qu'en France il y a une proportion de 39 % à le penser, et dans celle-ci - surprise - 31 % de catholiques !...

 

 

   Il n'y aurait rien ?... On peut assurément le concevoir, puisqu'il suffit d'évoquer le fait que chaque jour (ou plutôt chaque nuit...) on est dans l'inconscience du sommeil, dont on ne revient qu'en se "réveillant", c'est-à-dire en revenant à la "vie consciente" ...Et il y des cas "d'Expériences De Mort Immédiate" (EMI) où des individus frappés par un coma en reviennent pour raconter des scènes étranges, où ils seraient entrés dans une sorte de "tunnel lumineux" et auraient vu leur corps "de l'extérieur"(***) ...Fantaisies "d'illuminés", diront certains, mais le problème est sérieux, car il est répétitif ...et des médecins peuvent affirmer qu'ils ont eu des témoignages concordants de personnes ayant connu ces "expériences" et ne s'étant évidemment pas concertées...En sens inverse, si l'on peut dire, il y a les "apparitions" d'êtres "surnaturels", comme la Vierge Marie à Lourdes ou Fatima, qui, certes, ne convainquent pas les sceptiques, même si elles sont suivies de "miracles" auxquels les médecins ne trouvent pas d'explication "naturelle"...

 

   Alors la fin de vie est-elle un "aboutissement" ou un "départ" ?...Et est-il utile de le savoir ?...Car la connaissance d'un avenir auquel on ne pourrait pas échapper serait insupportable ...Ne vaut-il pas mieux rester dans l'incertitude, et se contenter d'une pirouette, à l'instar de Monsieur de La Palice qui, "un quart d'heure avant sa mort, était encore en vie" ?...

 

 

(*) Figaro- Magazine du 24 novembre 2012

(**) Sondage CSA pour "La Vie" et "Le Monde" - Les Français et leurs croyances - Mars 2003

(***) Documentation :

        - Alexandra Brune - "La vie après la mort"- Anagramme Editions 2008

        - Aurélien Le Blé - "De la vie à l'après-vie" - Ed.Michel Lafon 2001

        - Kenneth Ring - "Sur la frontière de la vie" - Ed.Alphée 2008

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Esotérisme
commenter cet article
2 décembre 2012 7 02 /12 /décembre /2012 00:23

   Non ...Il ne s'agit pas d'une formule pour tirer la France de la crise ...mais d'une formule infiniment plus importante capable de "décrypter le monde" ...Rien de plus  ! ...Mais, en fait, c'est "tout" !...En effet, il n'y a pas si longtemps, on croyait avoir découvert la clé de l'univers avec le "boson de Higgs" (*) qui relèguait à un niveau accessoire l'équation très relative d'Einstein : E = mc2 ...On était loin du compte, car il y a maintenant une formulr réputée "magique" ...qui avait déjà été esquissée en 1748 par un pasteur britannique Thomas Bayes, lui ayant d'ailleurs donné son nom, et serait à l'origine des divers calculs des mathématiques : équations, trigonométrie, produits remarquables ...Elle appartiendrait au "corpus des probabilités", cette théorie des lois du hasard et de l'incertitude ...Et elle s'écrirait tout "simplement" sous la forme d'une égalité :

 

                       P (A/B) = P (B/A) x P (A) / P (B)

 

   Bien sûr, il suffisait d'y penser ...Mais penser à quoi ? ...En effet, que signifie exactement (?) cette formule  du genre plutôt "kabbalistique" ?...

 

   Les spécialistes répondent qu'elle se lit comme suit : "la probabilité de A sachant B est égale à la probabilité de B sachant A multipliée par la probabilité de A, le tout divisé par la probabilité de B" ... CQFD ..."En clair,elle permet de calculer la façon dont évolue la probabilité d'un évènement A, sachant qu'un autre évènement B a eu lieu. Par exemple, quelle est la probabilité qu'il ait plu, sachant que le trottoir est mouillé? ...Eh bien, elle est égale ...à la probabilité que le trottoir soit mouillé sachant qu'il a plu, multipliée par la probabilité qu'il ait plu , divisée par la probabilité que le trottoir soit mouillé ...Le calcul est d'une simplicité enfantine, et d'une efficacité redoutable ...L'égalité calcule en effet des probabilités sujectives qui dépendent des informations dont dispose celui qui calcule. En l'occurrence, les chances que j'accordais à la pluie ont augmenté depuis que j'ai constaté que le trottoir est mouillé" ...Qui l'eut cru ?...Mais, si c'est si simple, pourquoi ne pas avoir utilisé cette formule plus tôt ?... "Parce que les savants ont longtemps considéré qu'ils n'en avaient pas besoin, disposant en effet d'un outil, la statistique ...Mais il leur est apparu que la statistique marche très mal quand il y a peu d'informations disponibles ...Face à la démission des statistiques, les chercheurs n'avaient donc pas le choix ...Avec l'ère des ordinateurs, capables d'afficher des réseaux complexes, la formule de Bayes est donc faite sur mesure pour le troisième millénaire ...Car elle dévoile les mécanismes de ce qui fait le monde : les propriétés de la matière, la naissance et la disparition des étoiles, la prévision du climat, l'évolution des espèces, le fonctionnement du cerveau ...Ainsi, elle décrit si bien la pensée qu'elle pourrait bien être l'algorithme de la pensée" ...Evidemment, il fallait y penser ...et en tirer la conclusion : "En dévoilant la clé de voûte du fonctionnement de notre pensée, voilà qu'elle promet rien moins que de révéler le secret qui fonde l'humanité ..Une formule décidément magique !"

 

   Autrement dit, si on comprend bien cette pensée, il est probable que tout soit possible, à moins que ce ne soit l'inverse ...qu'il est possible que tout soit probable ...Dans l'hypothèse d'une fin du monde, on aurait donc une chance sur deux de survivre ...C'est déjà ça !...

 

Réf : Article paru dans la Revue Science & Vie n°1142 de Novembre 2012

 

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Esotérisme
commenter cet article
25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 15:06

   Le thème de la fin du monde revient dans l'actualité de façon récurrente, ...mais ce n'est pas un sujet d'étonnement puisque l'homme, depuis qu'il s'est éveillé à la conscience de ce monde, s'est toujours interrogé sur sa fin ...Par contre, c'est - semble-t-il - désormais une question d'urgence...

 

 

   En effet, une croyance des Mayas, l'un des peuples précolombiens de l'Amérique, aurait affirmé dans un calendrier que "le treizième baktun se terminerait un jour 4 ahan 3 kankin" (sic!), ce qui signifierait dans le calendrier chrétien le 21 décembre 2012 ...Vraiment ?...Non ! ...car les "spécialistes" (?) ont affirmé que cette date serait au contraire le début d'une "renaissance" et d'un "nouvel âge mondial", ce qui n'est pas nécessairement rassurant, à moins d'un mois de l'échéance...Et ceci d'autant moins qu'il y a une autre prédiction, celle de Malachie, un moine du 12ème siècle, qui aurait transmis des "devises" relatives à la suite des papes à venir, et la 111ème affirmerait que "le pape de l'olive" (tous comptes faits, Benoît XVI) serait l'avant-dernier ...Il faudrait donc qu'il meure le plus vite possible pour qu'un conclave désigne le "dernier" successeur avant le 21 décembre 2012 ...Autant dire que ces histoires sont des "contes à dormir debout"...(*)

 

   Malheureusement, il ne faut pas s'endormir ...car c'est maintenant la science qui prend le relais ...En effet, l'univers ne serait pas ...uniforme, et il ne serait pas simplement régi par la loi de la gravitation chère à Newton (et à d'autres savants ultérieurs comme Einstein) ...Il comporterait des "trous noirs", c'est-à-dire d'immenses fosses insondables ...et invisibles, du fait qu'elles avaleraient tout, qu'il s'agisse de galaxies, avec leurs étoiles, planètes et comètes, ainsi que les ondes, et notamment la lumière perçue par les êtres vivants ...C'est ainsi que des astronomes, s'interrogeant sur la disparition d'étoiles, auraient pressenti qu'elles avaient été englouties dans un de ces "trous noirs", qu'ils ont appelé 'Cid 42" situé à 4 milliards d'années lumière (tout de même) ...Mais il y aurait d'autres "trous noirs" - évidemment invisibles - comme "XTE J 118" qui serait proche de la Voie Lactée, c'est-à-dire la galaxie à laquelle appartiennent - entre autres - le Soleil et la Terre ...Le danger est donc à la porte, et il est d'autant plus grand que rien ne permet de connaître le déplacement d'un "trou noir " ...Et s'il y en avait un qui s'avisait d'arriver le 21 décembre 2012, justifiant finalement la "prescience" de naguère... Ce serait donc la fin du monde, du moins, avec la fin de la Terre et donc de l'homme, la fin de la conscience du monde ...(**)

 

   Et ce ne serait donc pas la fin du monde...

 

 (*) Revue "Le monde des religions" n° 50 - Décembre 2011

(**) Revue "Sciences et Avenir" n°790 - Décembre 2012



 

 

 

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Esotérisme
commenter cet article
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 16:01

   Non, il ne s'agit pas d'anticiper sur le résultat de l'élection présidentielle qui - quel qu'en soit le "lauréat" - sera au contraire le commencement de tout ou ...de n'importe quoi...

 

      Il s'agit d'évènements autrement plus importants annoncés comme possibles à très court terme par la revue "Sciences et Avenir" (*) ...Qu'on en juge !...

 

   1. La dérive du Nord magnétique serait en train de s'accélérer ...Oui, ...ce Nord magnétique dont on a appris à l'école qu'il serait proche du Nord géographique correspondant à l'axe de rotation de la Terre ..., et dont la direction est donnée par l'aiguille aimantée d'une boussole ...Eh bien, ce Nord magnétique serait en train d'émigrer ...on ne sait trop où ...depuis les îles glacées de l'extrême Nord du Canada vers la Sibérie, de l'autre côté du Nord géographique, ...et ceci à la vitesse de 6 mètres par heure ...Pas de quoi s'affoler ?...Mais si ! ...Car cela fait environ 150 mètres par jour,...55 kilomètres par an, ...et, à ce rythme, plus de 5000 kilomètres en un siècle, soit le quart d'un méridien terrestre ...Et les "spécialistes" invoquent même la possibilité d'une inversion des pôles, le pôle magnétique basculant au Pôle sud géographique ...comme cela se serait déjà produit - paraît-il - il y a quelque ...780.000 ans ...La cause en serait une interaction entre le Soleil et le noyau incandescent de la Terre, et les conséquences pourraient être désastreuses : d'abord, les oiseaux perdraient la  ...boussole, dans la mesure où leurs migrations sont orientées par le Nord magnétique ...Et il y aurait une déperdition d'ozone, ce gaz rare qui protège la "biosphère" des rayons ultra-violets du Soleil ..., une théorie faisant même valoir que l'homme de Néandertal (le 1er homme, avant Cromagnon !) aurait disparu pour cette raison, il y a environ 40.000 ans ...Et l'homme actuel, malgré sa science (Sapiens Sapiens ...le "doublement sage" ?!) n'y pourra rien, et peut-être même sera-t-il disqualifié pour faire quoi que ce soit ...En effet ...

 

   2. L'homme actuel a trouvé un "mutant" au fameux virus H5N1qui a naguère défrayé la chronique avec la grippe aviaire transmissible aux humains et pouvant tuer 60% des personnes infectées ...et ce "mutant" serait au moins trois fois plus actif que le virus de la grippe espagnole ayant exterminé plus de 50 millions de personnes entre 1918 et 1920, c'est-à-dire beaucoup plus que les deux guerres mondiales,dont l'homme n'a déjà pas de quoi être fier ...Bigre !...Et le danger est d'autant plus pernicieux que, pour ne pas susciter de panique mondiale, des laboratoires comme "Erasmus Medical Center de Rotterdam" n'auraient pas révélé le danger ...Or ce "mutant" résulterait de manipulations génétiques, et il n'est pas sûr qu'il puisse être maîtrisé ...Autrement dit, l'homme a joué aux "apprentis sorciers" ...et, comme il y a des "terroristes" sur la Terre, et des Etats capables de susciter une "guerre bactériologique", ...le danger est latent ...Comme le fait remarquer Lyon Klotz, chercheur en bio-technologie à l'Université de Harvard, il faut d'urgence élaborer un traité international, en organisant les moyens de prévenir ou d'arrêter les travaux dangereux dans ce domaine ...En est-il encore temps, et est-ce possible ?...

 

   Mais les risques encourus par l'humanité, comme d'ailleurs par tous les êtres vivants, ne s'arrêtent pas là ...En effet, une autre revue "Le Monde des Religions"  (**) fait état de prophéties de fin du monde, et cette fin serait pour bientôt, ...très bientôt même : un calendrier maya découvert en 1950 à Tortuguero au Mexique annonce que "le treizième baktun se terminera un jour 4 ahau 3 kankin", charabia qui signifierait que "le compte s'achèverait lors du solstice d'hiver de ... 2012" ...Et la même revue rappelle qu'il y a eu aussi au 12ème siècle la prédiction de Malachie annonçant, entre autres, que le pape de "la 111ème devise" (après calcul, il s'agirait de Benoît XVI) serait l'avant-dernier à succéder à Saint Pierre ...Certes, on entre là dans le domaine de l'ésotérisme, échappant à la "rationalité", donc à la science ...Mais il y a eu tout de même dans le passé des faits troublants : ainsi, l'Evangile de Saint Mathieu évoque une "étoile" qui aurait guidé les "mages" vers Bethleem ...En fait de mages, les experts de la Bible pensent qu'il s'agit d'astrologues hébreux voulant rejoindre la terre de leurs ancêtres qui avaient été déportés en Perse ...Quant à l'étoile, les savants ont découvert qu'il y avait effectivement eu en 7 ou 6 avant Jésus-Christ une "étoile" qui était le résultat de la conjonction - rare et très brillante - des planètes Jupiter et Saturne ...Les "mages" ont pu à l'époque établir un lien entre cette "étoile" et la venue du Messie annoncée par les Ecritures dans cette ville de Bethleem qui avait été autrefois la ville du roi David, comme l'avait écrit, vers 400 avant Jésus-Christ, le Prophète Michée :

                "Et toi, Bethleem, terre de Juda,

                 Tu n'es sûrement pas la moindre des grandes cités de Juda,

                 Car c'est de toi que sortira le chef

                 Qui fera paître mon peuple, Israël !

   Or Jésus-Christ est né en 7 ou 6 ...avant Jésus-Christ, bizarrerie chronologique n'ayant rien d'un miracle, ...puisqu'elle est simplement due à une erreur de datation d'un moine lors du remplacement du calendrier julien par le calendrier dit grégorien en 1582 sous le pontificat de Grégoire XIII...


   Et comment alors ne pas ajouter foi (et non raison...) à d'autres textes annonçant la fin du monde, comme l'Apocalypse de Jean , ...mais aussi à des événements étranges comme les apparitions de Fatima où la Vierge Marie aurait communiqué à trois enfants portugais en 1917 des secrets que les papes successifs n'ont pas révélés...


   Alors l'humanité est-elle vraiment bientôt condamnée ?...La même revue "Sciences et Avenir (*) rappelle dans un autre article qu'il y a dans l'univers des milliards d'étoiles ayant le plus souvent de nombreuses planètes ...Un simple calcul des probabilités enseigne alors que les "Terriens" pourraient donc trouver de nombreuses planètes susceptibles de les accueillir avant "la fin de tout" sur la Terre ...Mais le délai du 21 décembre 2012 est peu court !...

 

(*) Sciences et Avenir n° 781 - Mars 2012

(**) Le Monde des Religions n° 50 - Novembre / Décembre 2011


  

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Esotérisme
commenter cet article
24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 00:35

   Tout être vivant sur la Terre a un début - la naissance - et une fin - la mort  ...La mortalité est donc une échéance inéluctable dans la vie de l'homme ...Mais l'homme fait exception parmi les êtres vivants, en ayant conscience de sa vie, sans appréhender pour autant la place de celle-ci dans la continuité du monde, c'est-à-dire dans l'espace et le temps ...et cela le conduit à s'interroger sur la mort, dont personne n'est jamais revenu ...Il est donc naturel qu'en fonction de ses convictions - personnelles ou collectives, philosophiques ou religieuses - l'homme ait pu "imaginer" des réponses diverses : pour les uns, c'est l'anéantissement, la "fin de tout", ...pour d'autres, ce n'est qu'un passage vers un "au-delà", la mortalité n'étant alors que la porte de l'immortalité...

 

   Mais l'immortalité elle-même donne lieu à toutes sortes d'interprétations :

 

   - La plus logique - mais y-a-t-il une logique ? - est de considérer que l'immortalité qui a un début mais pas de fin, à la différence de l'éternité qui n'a ni début, ni fin, reste de toutes façons comme elle un mystère ...C'est pourquoi l'homme qui veut comprendre a depuis longtemps - mais pas depuis toujours - voulu limiter l'immortalité à un "très long temps" : il donne par exemple le nom "d'immortelles" à des fleurs très "vivaces" qui se dessèchent sans disparaître ...ou plus curieusement - en France, "toujours" originale - celui "d'immortels" à des vieillards chenus trônant dans l'Académie...

 

   - Plus complexe est le contenu donné à l'immortalité, car celui-ci a varié au cours des temps, notamment quand est apparue la différenciation entre le "corps" et "l'âme", qui n'a pas toujours existé ...Suivant cette différenciation, il y a le "corps" qui, manifestement, se détruit après la mort ..."Tu es poussière ...et tu retourneras à la poussière" ...Mais il y aurait aussi "l'âme", qui survivrait au "corps" et serait ..."immortelle" ..."l'âme monte au Ciel" ...D'où la question : qu'est-ce que l'âme ?...Ce n'est pas "l'esprit", lequel se développe avec les neurones du cerveau, en conjugaison avec les cinq sens ...Et ce n'est pas une "immanence", même si le poète Lamartine s'interroge à ce propos : "Objets inanimés, avez-vous donc une âme" ?... Car l'âme est conçue comme individuelle ...on a "l'âme en peine" ...on "aime de toute son âme", c'est-à-dire de tout son coeur, mais ce n'est qu'une image, cette âme fugace n'étant évidemment pas dans le coeur ...De toute façons, les hommes n'ont jamais été d'accord sur le sort respectif de corps et de l'âme : certains ne croient qu'à l'immortalité de l'âme, comme les juifs de l'Ancien Testament, alors que les chrétiens du Nouveau Testament croient à la Résurrection totale, leur "credo" évoquant clairement (?) la "Résurrection de la chair" ...Il s'agit d'ailleurs d'une croyance très ancienne puisque, ne faisant pas alors de distinction entre le corps et l'âme, les Egyptiens de l'Antiquité et avant eux les hommes préhistoriques enterraient leurs morts avec de la nourriture et des objets familiers pour leur vie au delà ...de la mort. Tant il est vrai que les hommes ont toujours eu soif d'immortalité...

 

   Mais l'immortalité n'est pas seulement une question de "croyance", car les hommes ont développé leur "science", et celle-ci pose aussi des problèmes ...D'abord, il apparaît que certains êtres vivants unicellulaires ont une durée d'existence incommensurable ...Il y a aussi des méduses pluricellulaires ayant un cycle de vie réversible ...Certains arbres ont une espérance de vie de plusieurs millénaires et ne cèdent que devant l'hostilité ou la modification de l'environnement ...Certains reptiles peuvent vivre peuvent vivre au moins 200 ans ...Quant à l'homme, si on laisse de côté la légende des 969 ans de Mathusalem, on a l'exemple réel des 122 ans de Jeanne Calment, prouvant la possibilité de la longévité humaine sans intervention particulière ...Mais ...justement, on vient d'apprendre que des savants avaient réussi  à re-programmer "in vitro" des cellules âgées pour en faire des "cellules-souches pluri-potentes" (sic), ce qui signifie que l'homme pourrait vivre, si la science dépasse le stade du laboratoire, beaucoup plus longtemps ...en ne connaissant plus  ..."des ans, l'irréparable outrage", avec l'espoir -qui sait ? - de vivre une immortelle jeunesse ...A priori, chaque "individu" ne pourrait alors que s'en réjouir, à moins que ses conditions de vie ne l'amène à provoquer librement sa propre mort ...Mais, sur le plan "collectif", comment la planète pourrait-elle alors supporter l'accumulation d'individus, dont la durée de vie s'allongerait "ad vitam aeternam ?...Déjà la durée moyenne de la vie en France est passée de 48 ans en 1900 à 79 ans en 2000 (plus pour les femmes, moins pour les hommes), et on se pose des questions sur les "vieux", qu'il s'agisse entre autres de leur accueil et du paiement de leur retraite ...mais cela n'est rien, si on considère le problème de l'évolution de la population mondiale, qui augmente déjà de façon exponentielle, c'est-à-dire de plus en plus rapidement, passant de 1 milliard en 1800, à 2 milliards en 1930, 3 milliards en 1960, 5 milliards en 1975, 6 milliards en 1999, et 7 milliards en 2011, avec une prévision de 8 milliards en 2027, de 9 milliards en 2050 ...et 15 milliards en 2100 !... Non seulement se posera le problème de l'alimentation et de l'énergie (sauf ressources nucléaires...), mais il y aura celui de l'occupation du sol ...Et si les "vieux" gardent leurs facultés ou ...s'il n'y a plus que des "jeunes", comment se répartira le travail ?... Faudra-t-il inventer une alternance du travail et des loisirs ?... Cela fait penser aux ...Champs-Elysées de Paris, où, à l'instar de ceux de la mythologie grecque, les consommateurs goûtent le repos sur les terrasses en regardant passer les travailleurs qui, un plus tard,pourraient échanger leur rôle avec eux ...

 

   Alors que faire ?... Faudra-t-il limiter les naissances, à l'exemple actuel de la Chine ?...Et sera-t-il seulement possible de l'imposer sans en venir à un régime de contrainte totalitaire qui pourrait réserver la "reproduction " à une catégorie d'individus sélectionnés pour "l'amélioration de la race humaine" ?...Sous peine de s'étouffer sous son propre poids démographique, l'homme peut-il prendre la responsabilité de ralentir, voire d'interrompre la continuité de la vie ?... Où devra-t-il, grâce au progrès de sa technique, aller s'installer sur d'autres planètes (on n'arrête pas actuellement d'en découvrir...), et s'il ne peut pas y aller à la vitesse de la lumière (300.000 km/seconde tout de même...) créer d'immenses satellites artificiels ?

 

 

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Esotérisme
commenter cet article
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 00:32

   Depuis que le monde est monde, ou du moins depuis que l'homme en a pris conscience et a voulu le comprendre, la connaissance du monde a évolué de l'ésotérisme à la science ...L'explication ésotérique remonte aux origines de l'Histoire où la magie précède la religion qui,elle-même, passe du polythéisme faisant intervenir des forces multiples souvent représentées par les éléments de la nature (astres, animaux...) au monothéisme exaltant le pouvoir surnaturel d'un Dieu unique et immanent ...La science donnant une explication rationnelle ne s'est vraiment développée qu'à partir du 17ème siècle et a même eu au 19ème siècle l'ambition de supplanter la religion dans la justification du monde ...Mais cette ambition n'était qu'un rêve puisqu'il apparaît maintenant que plus la science progresse ...et plus l'explication du monde recule, comme si l'homme était condamné à ne pas pouvoir saisir ...l'insaisissable.

 

   Le problème commence par ce qu'on appelle une science exacte, à  savoir les mathématiques. Celles-ci ont connu un développement considérable, et pourtant elles connaissent de grandes zones d'ombre ...Il y a d'abord la question du "zéro", qui n'a pas toujours existé dans les calculs pratiqués par les hommes, dans la mesure où il ne représente rien, la notion de rien étant un mystère ...Il y a aussi la question du "1" qui est un chiffre absolu non divisible , comme à sa suite les nombres dits "premiers" ...D'autre part, si le chiffre "1" marque un début, la numérologie ne connaît pas de fin, car il y aura toujours des nombres possibles après des milliards de milliards ...Quant à la physique, première des sciences appliquées, elle connaît les nombres dits "magiques", découverts dans les années 1840, et permettant de résoudre l'équation de Schrödinger pour le calcul des niveaux d'énergie nucléaire (CQFD), ...et ainsi de suite pour les autres sciences, comme la biologie qui décrit le mécanisme de la vie mais est incapable d'en connaître l'origine...

 

   Il n'est donc pas surprenant que les adeptes de la numérologie aient pu se livrer à des calculs subtils et assurément déroutants, car ils ne peuvent pas être ramenés à de simples coïncidences ...Ainsi, quand il a été 11 heures 11 le 11/11 de la 11ème année du 3ème millénaire, on a eu un alignement 11/11/11/11/11 qui a remué les adeptes de l'ésotérisme(*) ...En effet, pour eux, le nombre 11 représente la dualité du bien et du mal dans l'humanité ...et, déjà, ils n'ont pas considéré comme un hasard que les deux tours  du World Trade Center à New-York, jumelles comme deux "1", aient été détruites le 11 septembre de l'année 2001 alors qu'1 des avions était le vol n°11... Et il est également intéressant de rappeler que l'armistice du 11 novembre 1918, fêté ce jour de l'année 2011, avait été signé à 11 heures du matin ...et que l'année 2011, arrivée au 11ème mois a déjà connu un certain nombre de catastrophes inhabituelles (vague déferlante en Charente - janvier, tsunami au Japon -mars, séisme en Turquie - novembre, le 11ème mois...) qui n'en font pas une année "heureuse" ...On pourrait donc penser qu'en fonction de la dualité du bien et du mal, l'année 2012 ramènerait un peu de paix...

 

   Eh (bien?), non !...car l'année 2012 s'annonce, semble-t-il, sous de "mauvais auspices" ...Il ne s'agit certes pas des élections françaises du mois de mai où - quoi qu'il en soit - il n'y aura pas de quoi en "faire un monde" et, à fortiori une "fin du monde" ...Et il n'est pas davantage question de la crise économique car, même si de nombreux gouvernements paient actuellement la note d'un excès de dettes contractées pendant la période d'euphorie précédente, le monde n'en sera pas pour autant bouleversé ...Non ! ... il s'agit ni plus ni moins de l'annonce de la fin du monde faite par des "prophètes de malheur" (**) ...Certains donnent même une date précise : le 21 décembre 2012Monde-des-religions---Propheties---4-copie-1.jpg !...Ce jour-là sera le jour du solstice d'hiver, c'est-à-dire le jour à partir duquel le soleil recommence à monter et les jours à rallonger (dans l'hémisphère Nord), jour qui était salué dans l'Antiquité comme celui de "sol invictis" ...Cela serait inscrit dans le calendrier Maya d'avant la conquête espagnole de l'Amérique centrale, affirmant que "le treizième baktun se terminera un jour de 4 ahau 3 kankin", c'est-à-dire - toute conversion faite dans le calendrier grégorien actuel - à cette date (re- CQFD) ...Il est vrai que certains érudits contestent cette interprétation, et qu'il n'y aurait alors de fin du monde mais une "renaissance", autrement dit le début d'un "nouvel âge mondial" ...Et il y a aussi la prophétie du moine Malachie ayant non seulement prévu sa mort survenue en 1148 mais aussi que "le pape de la 111ème devise"(encore des "1") - c'est-àdire ...Benoît XVI - serait l'avant-dernier avant le Jugement Dernier ! ...La fin des temps serait donc proche ...Il est vrai que le thème est repris depuis ...plus de deux millénaires, et qu'il figure notamment dans les trois religions monothéistes : le livre de Daniel pour le judaîsme, l'Apovcalypse de Jean pour le christianisme et le Hadith 208 pour l'islamisme, ...l'arrivée d'un "rédempteur" étant prévu pour chacune d'entre elles (Messie, Christ et Mahdi)...

 

 

   En contrepartie, il faut souligner que les religions indiennes - entre autres - nient la fin du monde et privilégient la notion de "cycles" (construction - destruction - etc) ...Ainsi, après avoir connu une révolution fondamentale au néolithique (vers 10.000 avant notre ère) correspondant au passage de la vie de cueilleurs-chasseurs à celle de cultivateurs-éleveurs et ayant duré pratiquement jusqu'au 19ème siècle dans le "monde" occidental, les hommes connaîtraient depuis lors, avec l'industrialisation et l'urbanisation, une nouvelle phase dont l'issue reste néanmoins incertaine, puisque nul ne peut connaître l'avenir ...Et ceci d'autant moins que le "psychisme" des hommes n'a pas évolué au même rythme, le philosophe Henri Bergson ayant parlé de la nécessité d'un "supplément d'âme" , dont la carence expliquerait le contexte actuel d'angoisse devant l'avenir et donc le recours à toutes les formes d'ésotérisme ...etc ...etc...

 

   Alors, la fin du monde ? ...Certainement pas ...Mais la fin d'un monde ? ...Peut-être !...

 

(*) C'est-à-dire le jour de la rédaction du présent article ...mais à 11 h11, il ne s'est rien passé en dehors de changements non commandés mais fréquents de caractères typographiques...

 

(**) La documentation concernant le prophéties de la fin du monde est tirée en partie de la revue "Le monde des religions" n° 50 de novembre-décembre 2011 (illustration)

  

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Esotérisme
commenter cet article
19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 15:23

    Il paraît que la mode actuelle est à "l'ésotérisme" et que beaucoup de gens s'intéressent  à tout ce qui échappe à la "science" ...A la vérité, rien de bien nouveau, car les les historiens ne manquent pas de rappeler à ce propos qu'il y a toujours eu une alternance entre des périodes brillantes où la "raison" l'emporte - comme le "siècle de Périclès" à Athènes au 5ème siècle avant JC avec Socrate ...ou le "siècle de Louis XIV" au 17ème siècle avec Descartes - et des périodes sombres à l'image du Moyen-Age avec la peur de "l'an 1000" ...Il faut croire que la période de "l'an 2000", avec la crainte d'une catastrophe atomique ou d'une révolte de la faim, incline au pessimisme, et dans un tel contexte, il n'est pas étrange que réapparaisse le spectre de la mort...

 

   La mort est par définition la "fin de la vie", et aucun être vivant n'y a jamais échappé, quelles que soient la forme et la durée de la vie, depuis celle de quelques jours d'une mouche à celle de plusieurs siècles de certains arbres, l'homme lui-même se situant actuellement à une espérance maximale de 120 ans ...Mais l'homme se distingue fondamentalement des autres vivants dans la mesure où il a pris, depuis son origine, "conscience de son existence" et s'est donc interrogé sur la fin de la vie, c'est-à-dire de la mort, en la constatant d'abord chez les "autres" avant d'y être confronté pour "lui-même"...

 

   Et , dès son origine, l'homme a refusé le plus souvent que la mort soit un "anéantissement" ...Il y a d'abord le témoignage lointain et imprécis des sites préhistoriques où il apparaît que les morts étaient enterrés avec des objets familiers, qui étaient peut-être destinés à leur servir dans un "au-delà" ...Il y a eu également en Egypte, à partir du 4ème millénaire avant JC, le mythe d'Osiris - où apparaît le thème de la " résurrection", d'est-à-dire d'une nouvelle vie ..., comme il y a eu en Grèce, à partir du 1er millénaire avant JC, le "mythe de Sisyphe", personnage légendaire condamné pour avoir ...enfermé la mort dans une prison de son palais, ...mais aussi les propos de Platon dans le "Phédon" sur "l'immortalité de l'âme" ...Et, bien entendu, il faut évoquer à partir du 1er siècle la prédication de Jésus-Christ qui promet "le Royaume de Dieu" aux pécheurs qui se repentiront, c'est-à-dire une "résurrection" dont il donne lui-même l'exemple ...Cette autre vie est également évoquée dans le passé de l'Inde, avec la religion védique et la croyance en la "métempsycose", où l'âme passerait d'un corps à un autre, ce qui une variante plus complexe de "l'immortalité", car elle n'est pas propre à chaque individu...

 

   Mais, justement, qu'est-ce que cete "immortalité" qui hante l'homme ?...Ou plutôt que peut-elle être ?... Est-elle seulement concevable ? ...Etymologiquement, elle est le ...contraire de la "mortalité", et elle ne se définit donc que par rapport à la mort ...Elle n'est pas "l'éternité", puisque celle-ci n'a ni début, ni fin, ...et elle ne peut donc concerner que les ..."mortels", à qui une autre vie sans fin serait ainsi promise après une vie ayant une fin... Mais alors quelle autre forme de vie ?...Dès l'Antiquité, les philosophes comme les théologiens font la distinction entre "le corps" et "l'âme", celle-ci étant considérée comme 'immatérielle" alors que le corps est "matériel " et périssable ...Ce qui a pu pousser certains ...esprits forts à affirmer qu'il est possible de communiquer avec les esprits des morts, ce qui est communément appelé le "spiritisme", avec des histoires de tables ...Plus sérieusement,  on peut s'interroger sur les "apparitions" évoquées dans les religions monothéistes, comme les  anges, les archanges, les saints et la Vierge elle-même dans le christianisme ...D'autre part, si l'homme s'attribue l'immortalité, alors qu'il est d'abord mortel, pourquoi les autre êtres vivants n'y auraient pas droit ?... L'mmortalité serait-elle seulement liée à la conscience de l'homme, c'est-à-dire essentiellement à son refus dee la mort  ?...

 

   Il est vrai que, si on rejette l'immortalité par la porte religieuse du passé, elle peut revenir par la fenêtre scientifique de l'avenir...En effet, la conception religieuse du monde est de plus en plus supplantée chez l'homme par une vision scientifique ...Et certains savants, en l'occurrence, envisagent très sérieusement la possibilité de rendre l'homme ...immortel : déjà, au début du 20ème siècle, Alexis Carrel avait réfléchi à la possibilité d'assurer une plus grande longévité de l'homme, après avoir réussi à maintenir vivant "in vitro" pendant 30 ans  ..un coeur de poulet, alors que la durée de vie d'une poule est de 5 ans  ...Et Jean Rostand avait ensuite assuré que "la question de l'immortalité ou du moins de la jouvance éternelle serait déjà règlée si l'on consacrait à la biologie les sommes consacrées aux budgets militaires dans tous les pays" (!) ...Or actuellement des généticiens envisagent de réaliser un vaccin pouvant enrayer le mécanisme de la  sénescence ...et , dans un premier temps (!), l'homme pourrait ainsi vivre jusqu'à au moins 200 ans, en attendant mieux (!!) ... Une telle nouvelle semble réjouissante ...car "la vie est belle", n'est-ce pas ...et elle est si courte qu'on ne peut pas encore en profiter pleinement , en dépit des progrès récents de "l'espérance de vie" passée en moins d'un siècle de 40 à 80 ans ...Alors, pourquoi pas une prolongation beaucoup plus grande pouvant confiner à l'immortalité ?...Le rêve de Mathusalem !... Mort à la mort !...

 

   Ah ..oui, vraiment ?... Est-ce si sûr ?...Le problème est en effet qu'au ryhme actuel de l'accroissement de la population mondiale - passée de 1 milliard 700 millions en 1910 à 6 milliards 800 millions en 2010 alors qu'elle était restée auparavant relativement stationnaire - la Terre sera  rapidement surpeuplée ...Et même si l'homme devient capable  - ce qui reste à prouver - d'utiliser de nouvelles terres actuellement désertiques et de trouver de nouvelles sources d'énergie, il ne peut à terme plus ou moins proche qu'être étouffé sous son propre nombre, sans compter les problèmes sociaux qui se poseront faute de transmission des biens et des pouvoirs ...Ou alors il faudra tout réglementer, en limitant, voire en interdisant, les naissances ou en les réservant à une "élite" sélectionnée ...et, ...parallèlement, en interrompant l'immortalité pour ceux qui seront considérés comme inutiles - la mort provoquée restant possible même si la mort naturelle n'existe plus - autrement dit en légalisant l'euthanasie ...Bref, à moins de découvrir d'autres planètes et d'avoir ...le temps d'y aller, la Terre deviendra un monde concentrationnaire... Alors, non, même si "la vie est belle" - ce qui n'est d'ailleurs pas le cas une majorité de la population mondiale - il vaut mieux ne pas proclamer  "mort à la mort" !...     

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Esotérisme
commenter cet article