Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

24 août 2014 7 24 /08 /août /2014 16:31

   Que la France ait été autrefois une grande puissance, cela ne fait pas de doute...Que la France soit encore une grande puissance, la question mérite d'être posée...

 

   La France a été une grande puissance avant même d'être ...la France. Car la Gaule, toutes proportions gardées sur la notion de puissance, n'a pas été conquise par une puissance supérieure, celle des Romains, parce qu'elle était un petit pays sans défense, mais parce qu'elle était au contraire un pays riche pour l'époque, malheureusement incapable de surmonter ses divisions internes ..."Pays instable et querelleur" aurait dit son conquérant Jules César en 52 avant JC...Déjà !...Trois à quatre siècles se passent, et elle est emportée comme le reste de l'Empire Romain d'Occident par les invasions "barbares"...

 

   C'est alors que la Gaule devient la France, du nom des Francs qui étaient d'origine germanique, ...ce qui ne manque pas de sel si on fait un saut en avant d'environ deux millénaires ...Et après le désordre aboutissant à la société dite "féodale" ou le pouvoir appartenait à des "seigneurs", la France ainsi appelée redevient progressivement une grande puissance, avec la politique de conquête et de réorganisation centralisée des Carolingiens, puis des Capétiens ...Une grande puissance relative certes, mais elle n'en avait pas moins une population de 20 millions d'habitants, ce qui en faisait le pays le plus peuplé d'Europe, bénéficiant de surcroît d'une agriculture riche, ce qui était alors l'essentiel de l'économie...

 

   Bien sûr, il y avait hors de l'Europe d'autres grandes puissances, mais elles étaient ou lointaines comme la Chine et l'Inde - entretenant seulement un commerce des "épices" - ou carrément inconnues comme les puissances du "nouveau monde" dont l'existence n'apparut pour les Européens qu'à partir de la fin du 15ème siècle : Aztèques, Mayas, Incas, ...mais qui furent malheureusement détruites par les Européens ayant une technologie supérieure...et devinrent des colonies de peuplement, notamment pour les Espagnols...

 

  Mais pas pour les Français ...peu portés dès cette époque à fonder des colonies de peuplement, en partie parce qu'ils avaient la chance d'avoir un territoire riche ...Jusqu'au 19ème siècle, ils limitèrent leur action à avoir des comptoirs sur les côtes de l'Afrique (Saint-Louis du Sénégal...), de l'Asie (Pondichéry, Chandernagor...) et de l'Amérique (Canada...) ...Ils avaient les moyens dès cette époque de conquérir de vastes territoires, et l'Amérique du Nord, par exemple, aurait pu devenir une Amérique Française à partir de l'Acadie,  du Québec et de la Louisiane (autour de la Nouvelle-Orléans) ...Au lieu de cela, l'Amérique du Nord devint anglo-saxonne et l'influence française se limita au Québec, grâce à la volonté de ses habitants ne voulant pas être assimilés en dépit de l'indifférence des responsables de la France (les fameux "arpents de neige" de Voltaire)... Et ensuite Napoléon 1er, qui avait fait de la France avec son Empire la plus grande puissance ...de l'Europe, n'hésita pas au niveau du monde à vendre la Louisiane en 1803 à la jeune République des Etats-Unis pour 15 millions de dollars ...Et si, ...et si, ...avec des "si" , on aurait mis ...Paris en bouteille !...

 

   Mais l'histoire n'est pas finie ...Une deuxième vague de colonisation se produit dans la deuxième moitié du 19ème siècle ...et, tandis que l'Angleterre étend son Empire à une grande partie du monde (Afrique du Sud et de l'Est, Asie du Moyen-Orient et de l'Inde, Australie - l'Amérique lui échappant en raison de la doctrine de Monroë "l'Amérique aux américains"), le "coq gaulois" ne plante ses griffes que dans le sable du Sahara et quelques territoires dispersés comme la zone côtière occidentale de l'Afrique (Sénégal, Côte d'Ivoire...) et l'Indochine en Asie, qui ne deviennent pas pour autant des colonies de peuplement ...L'Afrique du Nord, et en particulier l'Algérie, fait exception, mais son peuplement, resté d'ailleurs minoritaire (les "Pieds noirs") est fortement lié à l'installation d'Alsaciens-Lorrains ayant voulu échappé à la Prusse après la défaite de 1870-1871...

 

   Désormais, l'ère de la colonisation par les Européens est terminée ...Même l'Algérie est devenue indépendante, bien que, lors des premières manifestations des "autochtones", un certain François Mitterrand ait déclaré "l'Algérie, c'est la France" ...De Gaulle en a pris acte, mais a déclaré ensuite que "l'Algérie était algérienne" avant de reconnaître son indépendance par les Accords d'Evian en 1962, suscitant le retour de la majorité des "Pieds-Noirs" en France ...Pour autant, De Gaulle n'a jamais cessé d'affirmer que la France, à laquelle il s'identifiait, était un grande puissance, ajoutant ,il est vrai, que "les Français étaient des veaux" ...Mais la France ne peut plus prétendre être une grande puissance "territoriale" ...Sur ce plan, elle n'est plus, au mieux, qu'une moyenne puissance...

 

   Mais elle reste une grande puissance en raison de l'influence qu'elle exerce sur le plan culturel ...La France, qui a brillé dans le passé avec la Renaissance au 16ème siècle, le Siècle de Louis XIV au 17ème siècle avec Versailles toujours siège de grandes réunions internationales, la Philosophie des Lumières au 18ème siècle, et l'épanouissement artistique au 19ème siècle avec l'impressionnisme, est encore au 20ème et au 21ème siècle un pays reconnu pour l'éclat de sa civilisation ... Ce n'est pas par hasard qu'elle a été retenue et est toujours membre du Conseil de Sécurité de l'ONU et qu'elle est toujours une interlocutrice respectée dans le monde, et ceci quel que soit le parti qui y est au pouvoir ...Il y a toujours des Assemblées de la "Francophonie" ...Et si l'on fait encore appel à elle dans des conflits internationaux, comme au Mali, en République Centrafricaine, voire en Irak, c'est que la plupart des pays du monde ont confiance en elle...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans L'Histoire
commenter cet article
30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 16:42

   Il fut un temps où le Général De Gaulle, comme Clémenceau en 1914, personnifia la France au point que, en 1940, tandis qu'une majorité de Français se laissait aller dans les bras du Maréchal Pétain "qui avait fait à la France le don de sa personne", il fut une des rares personnalités à défendre son honneur en affirmant, lors de son Appel du 18 juin, que "la France avait perdu une bataille, mais n'avait pas perdu la guerre" ...Et d'ailleurs, quand on lui avait demandé pour cet Appel, de faire un essai de voix, il n'avait prononcé que deux mots : "la France" ...une France que, plus tard,lors de la Libération de Paris en 1944, il qualifiera dans son discours à l'Hôtel de ville de "France éternelle"...

 

   Qu'en est-il maintenant de la France, un siècle après le début de la Guerre 1914-1918 et 70 ans après la libération de Paris ? ...La revue Figaro-Magazine du 26 avril 2014 publie à ce titre des éléments intéressants :

  

   - D'abord la population s'est accrue et renouvelée de telle sorte qu'une majorité des habitants n'a connu ni la Guerre 1939-1945 ni, bien entendu, la Guerre 1914-1918 ...Elle s'est accrue, passant de 41,6 millions à 65,8, soit plus de 60 %, et ceci en dépit des saignées humaines dues aux deux guerres et aux guerres coloniales, ainsi qu'à la baisse de la fécondité n'assurant plus, avec environ 1,9, un accroissement naturel... L'augmentation ne peut donc s'expliquer que par une forte immigration, notamment à partir de l'Afrique, la France étant restée à ce titre une terre d'accueil ...Les Français ne sont donc plus tout-à-fait les "Franchouillards" d'autrefois ...Par ailleurs, la population a vieilli, cette fois en raison des progrès ayant permis la hausse de l'âge de la mortalité : les "plus de 65 ans" sont passés de 8,5 % en 1914 à 17,7 % en 2014, soit le double...

 

   - L'économie a également beaucoup changé, à en juger par le changement de répartition entre les trois types fondamentaux d'activité :

         . Agriculture  39 % population active 1914   2%  2014

         . Industrie     31 %         "                             19 %    "

         . Tertiaire      30 %          "                             79 %   "

      Donc les campagnes se sont vidées, l'industrie a reculé (moins de manifestations ouvrières) et le tertiaire a fait un bond (même s'il s'agit en majorité de "petit" personnel)...

 

   - La communication, sous toutes ses formes, s'est modifiée ...Le transport à cheval est résiduel ...Le chemin de fer a perdu de son importance, même s'il s'est concentré sur des lignes à grande vitesse (TGV) ou les lignes d'intérêt local (TER) ...Par contre, les voitures se sont multipliées de façon exponentielle, passant de 107.535 à 38.100.000 ...Et les relations personnelles ont changé de nature, puisque le nombre annuel des cartes postales est passé de 1.500.000 à 800.000 - soit une diminution de moitié - tandis que les entretiens téléphoniques montaient de 230.000 à 100.000.000 sur le "fixe", en fait incalculablement plus en raison de la banalisation du portable et d'internet...

 

   - Quant à l'éducation, même si l'instruction primaire avait été progressivement généralisée dès 1914 en application des lois de Jules Ferry de 1881, le nombre des bacheliers de l'enseignement secondaire restait alors  confidentiel avec 7600 par an, alors qu'il est passé en 2014 à 567.000 ...Il est vrai que le taux actuel de réussite entre 80 et 90 % contre environ 66% en 1914 laisse planer un doute sur son niveau, obligeant l'enseignement supérieur à faire une sélection, car il serait illusoire d'imaginer que l'intelligence des jeunes se soit accrue dans de telles proportions...

 

   - Pour mémoire, on peut s'amuser à relever que la consommation de pain est passée par jour de 600 grammes à 130 grammes (on n'en gagne plus tellement à la sueur de son front...), tandis que celle du vin passait de 4,4 décilitres à 1,6  (l'alcool ne tue plus tellement...) ...Il est vrai que celle de la viande est passée de 82 grammes à 238 grammes (et on ne peut même pas dire qu'on a mangé du cheval pour un travail plus efficace, puisque la consommation de viande de cheval a reculé, en rapport avec sa plus faible utilisation pour les transports ou les labours)...

 

   Non ...la France n'est plus la même de 1914 à 2014 ...même si elle est toujours dans son célèbre hexagone ...et si on y parle toujours le français, du moins encore, malgré des tentatives jusqu'à présent vaines de réviser "l'ortograf" et la "gramère"...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans L'Histoire
commenter cet article
29 novembre 2013 5 29 /11 /novembre /2013 16:06

   Il y a une version officielle de l'Histoire, en particulier de celle de la France, où les protagonistes ont un rôle - positif ou négatif - défini une fois pour toutes, conformément à une tradition définie dès l'école primaire : ainsi Clovis est le premier roi des Mérovingiens qui a créé la France, Charlemagne est le premier empereur que la France a connu, fondant la dynastie des Carolingiens, et Hughes Capet est à l'origine de la dynastie capétienne ...Plus tard, Jeanne d'Arc aura la réputation "d'avoir bouté les Anglais hors de France", Louis XIV d'avoir été Louis-le-Grand, créateur du château de Versailles ...et Louis XVI d'avoir été un roi faible incapable d'effectuer les réformes nécessaires ...Et puis Napoléon 1er laissera un souvenir tellement impérissable qu'il aura droit à un tombeau somptueux sous le dôme des Invalides, tandis que, plus tard, son neveu Napoléon III sera qualifié par le "grand" Victor Hugo de Napoléon "le Petit" ...Clémenceau fut surnommé "le Tigre" en raison de son rôle final dans la Guerre 1914-1918 ...Enfin Pétain fut d'abord considéré en 1940 comme le sauveur de la France laquelle "il avait fait le don de sa personne", étant même reconnu alors par de nombreux pays, notamment les Etats-Unis...dont le Président Roosevelt ironisait sur un certain Général De Gaulle qui, à Londres le 18 juin, "s'était pris pour ...Jeanne d'Arc"...Qu'en aurait-il été si la 2ème Guerre mondiale avait tourné autrement ?...

 

   Car l'Histoire n'est pas un long fleuve tranquille ...et les réalités sont souvent différentes de ce qu'on a pu en dire ou de ce qu'on en espérait ...Ainsi Clovis n'a pas créé la France, ...il n'a été que le roi des Francs dont le nom - germanique - a donné celui de "Francie" puis de "France" s'étant substitué à l'ancienne Gaule séculaire ...Charlemagne va ensuite intégrer la Francie dans son Empire de part et d'autre du Rhin, car il veut reconstituer le défunt Empire Romain et va même se faire couronner à Rome (800...date célèbre), mais il ne parlait évidemment pas pas le "Français", dialecte local peu connu, et il avait installé sa capitale à Aix-la-Chapelle ...Quant à Hughes Capet, il n'a pas créé (en 987) la dynastie qui porte son (sur)nom, puisqu'avant lui Eudes et et Robert avaienr régné sur les Francs ...Le rôle de Jeanne d'Arc, même si elle a certainement servi de "mascotte" à une époque où on attendait une intervention "providentielle", a été exagéré bien plus tard, au 19ème siècle, par l'historien Jules Michelet ...Louis XIV,qui lui-même avait reconnu à la fin de son règne avoir trop dépensé pour ses guerres et ses constructions, ne doit son surnom de "Grand" qu'à Voltaire, auteur du "Siècle de Louis XIV" ...Louis XVI avait des idées très modernes qu'il ne put mettre en application en raison de la résistance des "privilégiés" et il avait initié les voyages de Bougainville dans l'Océan Pacifique ...Napoléon 1er a été un grand exterminateur en étant responsable de la mort d'au moins 3 millions de personnes..., tandis que Napoléon III a été le premier à développer l'industrie en France et s'était inquiété de la situation sociale dans son ouvrage "L'extinction du paupérisme" ...Clémenceau avait été au début de la 3ème République l'un des responsables de la chute de nombreux ministères ...Quant au Général De Gaulle lui-même, au terme de sa carrière politique qui en fait maintenant une "icône" de l'Histoire, il a eu ses moments de faiblesse, comme lorsqu'il faillit démissionner et se rendit, lors des "évènements" de 1968 à Baden-Baden auprès du Général Massu qui "lui remonta les bretelles" ...

 

    Alors, y a-t-il vraiment une vérité historique, ou l'Histoire n'est-elle faite que de "faux semblants" ?...

 

  

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans L'Histoire
commenter cet article
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 22:27

   Il y a des dates qui, dans l'Histoire du monde, occupent une place particulière, parce qu'elles commémorent en même temps des événements qui ont eu lieu autrefois dans des jours et des mois identiques.au cours d'années ou de siècles pouvant être différents ...La France en donne un bel exemple avec le 18 juin qui est surtout connue comme la date de l'appel du Général De Gaulle à Londres en 1940, mais est aussi la date de la défaite de Napoléon 1er à Waterloo en 1815 et, auparavant, celle de la victoire de ...Jeanne d'Arc à Patay en 1429...

 

   Mais il y a d'autres exemples, et notamment la date du 11 Septembre, qui concerne l'Amérique ...Bien entendu, on se souvient  du 11 Septembre 2001en raison du retentissement de l'attentat  où les islamistes, à l'instigation d'Oussama Ben Laden, détournèrent des avions qui s'écrasèrent sur les "twinn towers" de New-York ...Mais il y avait eu auparavant la date quelque peu oubliée du 11 Septembre 1973 où un coup d'état militaire avait renversé Salvador Allende, Président de la République du Chili, et instauré la dictature du Général Augusto Pinochet...

 

   Le souvenir de ces dates souligne l'importance de la chronologie dans l'Histoire, permettant à chacun d'avoir des repères dans la connaissance du passé indispensable à la compréhension de l'avenir ...Et à ce titre, la France a longtemps été un exemple avec son école historique connue dans le monde entier : Jules Michelet, Ernest Lavisse, Marc Bloch, Max Gallo, René Rémond ...qui avaient donné sa valeur à l'Histoire enseignée dans les établissements scolaires ...Malheureusement, il se trouve qu'actuellement, la France se distingue par la volonté de prétendus réformateurs des programmes qui rejettent la chronologie jugée obsolète au profit d'une étude "thématique" sur des sujets dits de "réflexion transversale", comme "les idéologies de la fin du 19ème siècle à nos jours" ...Qu'a-t-on à faire maintenant de Marignan en 1515, et par la même occasion de certains personnages encombrants comme Charlemagne, Louis XIV, Napoléon 1er ou De Gaulle ?...Il n'est pas sûr d'ailleurs que, s'ils survivent dans les programmes, les élèves sauront alors les mettre dans le bon ordre ...chronologique. Il est vrai qu'en compensation, ils auront une connaissance approfondie de l'Empire du Mali au Moyen-Age (de l'Europe...) ou sur l'histoire de Yakoutes au fond de la Sibérie ...Mondialisation oblige ...

 

   Pauvre France ...Ton Histoire, ...et pas seulement ton café ...fout le camp !...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans L'Histoire
commenter cet article
25 août 2013 7 25 /08 /août /2013 12:07

     L'Histoire a toujours retenu du passé les évènements les plus importants comme les Guerres Médiques au 5ème siècle avant JC, la Guerre de Cen-Ans aux 14ème et 15ème siècles ou la Révolution de 1789 en France, ...et depuis le 20ème siècle, elle s'est intéressée à l'évolution économique et sociale dans les diverses régions du monde ...Mais elle n'a que rarement prêté attention aux paroles prononcées par les personnalités qui en ont dominé le cours alors que ces paroles ont souvent eu un effet important, voire décisif...

 

   Pour mémoire, on peut citer les paroles légendaires qui, même si elles n'ont pas été réellement prononcées, montrent l'importance qui leur a été donnée, qu'il s'agisse des propos bibliques comme le "Je suis" de Dieu parlant à Moïse ou l'affirmation de Jésus-Christ à son disciple Simon : "Tu es Pierre, et sur cette Pierre je bâtirai mon Eglise" ...Certainement plus historiques, mais non vérifiables car elles ne sont rapportées que par leur auteur, les paroles de Jules César "Alea jacta est" lors de son franchissement du Rubicon ou encore "Veni, vidi, vici " après sa campagne en Asie Mineure ...Plus tard, Constantin aurait répété avoir vu dans le ciel "Par ce signe (la Croix), tu vaincras !"...

 

   Une évocation rapide du Moyen-Age pour rappeler que Jeanne d'Arc - ayant elle-même entendu des voix (?) - aurait déclaré qu'elle allait "bouter les Anglais hors de France" ...et, dans les Temps Modernes, Henri IV aurait gagné sa popularité en voulant que ses sujets aient une "poule au pot" chaque dimanche" ...Puis Louis XIV aurait déclaré "L'Etat, c'est moi !", fondant ainsi la Monarchie absolue, tandis que son successeur Louis XV se serait résigné en confessant "Après moi, le déluge !", lequel arriva avec la Révolution de 1789 où Mirabeau s'exclama "Nous sommes ici par la volonté du peuple ..." puis Danton qui galvanisa les Français contre l'invasion étrangère par son "De l'audace, encore de l'audace, et la France est sauvée !" ...Puis Napoléon 1er qui avait déclaré "l'impossible n'est pas français", félicita ses soldats en criant " Il suffira de dire que vous étiez à Austerlitz, pour qu'on vous réponde : voilà un brave !" ...Ensuite Mac-Mahon s'étonnant, lors  d'une inondation de la Garonne, non sans ridicule, "Que d'eau !"... Et Clémenceau lançant sa boutade " La guerre est une chose trop grave pour être confiée à des militaires!..."

 

   Et puis 1940 ...De Gaulle, bien sûr, à la BBC de Londres : "La France a perdu une bataille, mais elle n'a pas perdu la guerre !" ...faisant écho à Churchill  "Je n'ai rien à offrir que du sang, du labeur, des larmes et de la sueur", tandis qu'en France, à Vichy, la voix chevrotante du Maréchal Pétain disait : "J'ai fait à la France le don de ma personne pour atténuer son malheur"...

 

   Ensuite, dans la 2ème partie du 20ème siècle, on peut à nouveau citer De Gaulle qui, du haut du Palais du Gouvernement Général à Alger en 1958, s'exclama, les bras en V, "Je vous ai compris " ...Mais aussi Martin Luther King , le 28 août 1963 aux Etats-Unis, lançant son "I've a dream!" (J'ai fait un rêve) pour affirmer l'égalité des Blancs et des Noirs, ce qui lui vaudra d'être assassiné le 4 Avril 1968 ...Et, dix ans plus tard, dans une Europe encore divisée entre L'Est et l'Ouest, s'élève la voix du Pape polonais Jean-Paul II qui, plus efficacement qu'avec des chars, va abattre le "mur" en disant simplement "N'ayez pas peur !" ...Peut-on d'ailleurs trouver meilleur exemple de la force de la parole ?...

 

   Pour le moment, certainement pas ...Le monde continue à être agité par des soubresauts comme les révoltes d'Egypte et de Syrie, mais ni les Etats-Unis - échaudés par l'échec de leurs interventions en Irak ou en Afghanistan - ni l'ONU, paralysé par le désaccord des grandes puissances telles que la Russie et la Chine, ne veulent intervenir, même si l'utilisation de gaz contre les populations reléve de "crimes contre l'humanité" ...Quant à la France, elle continue son petit jeu de l'alternance au nom d'un "changement" revenant à tourner en rond, tandis que, faute de grande voix pour réveiller les consciences, son rôle dans le monde s'efface...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans L'Histoire
commenter cet article
14 juillet 2013 7 14 /07 /juillet /2013 16:09

   Une fois de plus,  les Français se retrouvent pour la célébration du 14 juillet qui reste la cérémonie fétiche avec le défilé traditionnel des troupes sur les Champs-Elysées à Paris, les feux d'artifice un peu partout en France, et les bals populaires ...Cérémonie retransmise dans de nombreux pays du monde, en direct ou en différé, tant il est vrai qu'elle fait partie des rites "franchouillards" contribuant à la réputation française, au même titre que sa littérature, ses arts ...et le Tour de France cycliste !...

 

   Ce n'est donc pas l'occasion de philosopher et de faire l'inventaire des problèmes du pays, ...mais celui de saluer le rassemblement des Français en ce jour, même si, paradoxalement la prise de la Bastille le 14 juillet 1789 avait été le résultat de leurs divisions après la réunion des Etats Généraux ...Il est vrai que le choix du 14 juillet pour une Fête Nationale n'avait été fait  qu'en ...1880 et devait seulement commémorer la Fête de la Fédération célébrée le 14 juillet 1790 sur le Champ de Mars pour marquer la réconciliation des Français, et notamment du Roi Louis XVI avec son peuple...

 

   Quant aux symboles qui marquent la célébration du 14 juillet, ils ne se rattachent pas à cet évènement, puisque la Marseillaise ne fut d'abord que "le Chant de guerre de l'Armée du Rhin" écrit par Rouget de Lisle en 1795 à l'occasion de la levée en masse, et reprise alors par des soldats de Marseille, avant de devenir hymne national seulement en 1879   ...et le drapeau tricolore bleu-blanc-rouge ne fut brandie comme emblème de la République par Lamartine qu'en 1848 devant l'Hôtel de Ville de Paris...

 

   Mais, qu'à cela ne tienne ! ...C'est l'occasion pour le coq gaulois de faire "Cocorico", et cela ne fait de mal à personne...

 


Repost 0
Published by Jean Daumont - dans L'Histoire
commenter cet article
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 14:02

   A la suite de l'adoption de la Loi Christiane Taubira le 10 mai 2001 par le Gouvernement de Lionel Jospin sous la Présidence de Jacques Chirac, ce dernier avait annoncé le 30 janvier 2005 la création d'une "Journée annuelle de la Mémoire de l'esclavage" devant se tenir tous les 10 mai, afin de rappeler que "La République Française reconnaît que la traite nègrière transatlantique, ainsi que la traite dans l'Océan Indien et en Europe contre les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes constituent un crime contre l'humanité" ...Même si le caractère "mémoriel" de cette loi avait alors été contesté en raison de son caractère anachronique mettant en cause un comportement des ancêtres conforme au contexte de leur époque, cette loi avait finalement été appliquée sans problème dans le cadre des nombreuses commémorations du calendrier français ...Elle était même devenue à ce titre une occasion de convergence entre tous les Français, quelles que soient leurs opinions...

 

   On comprend donc que François Hollande, à l'occasion du 12ème anniversaire de cette commémoration, qui était pour lui la 1ère en qualité de Président de la République Française, a pu opposer une fin de non-recevoir au Conseil Représentatif des Associations Noires (CRAN) réclamant "la compensation financière pour la traite nègrière que la France a pratiquée du 17ème siècle au début du 20ème siècle" ...Plus précisément, ce Conseil en appelait à l'Etat français, faute de ne pas avoir reçu jusqu'à présent de  ...la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) le solde d'indemnités payées ...en 1825, soit 21 ans après l'indépendance accordée ...par Napoléon 1er ...à Haïti en 1804 !...Et la somme ainsi réclamée devrait "abonder à hauteur d'au moins 10 millions d'euros un fonds de dotation pour financer les recherches sur l'esclavage"...

 

   En l'occurrence, il faut d'abord constater que ce Conseil a attendu l'arrrivée de la "gauche" au pouvoir - qu'il s'agisse de la Présidence de la République ou de l'Assemblée Nationale - pour faire cette réclamation, et cette réclamation est d'autant plus intéressante que Christiane Taubira, à l'origine de la loi, est une guyanaise "de sang mêlé", détenant le Ministère "régalien" de la ...Justice, ce qui pose le problème de l'attitude de la "gauche" dans l'histoire du colonialisme et de l'esclavage qui en était l'un des aspects ...Le colonialisme a en effet été pratiqué par les puissances occidentales au 19ème siècle et au début du 20ème siècle, et notamment par la France de façon d'ailleurs plus "humaine" ..., comme il l'avait été ( et l'est parfois encore...) par les pays musulmans qui ont certainement asservi davantage de personnes (hommes et femmes, parfois des blancs...) que les 15 millions de traite négrière reprochés aux "Occidentaux" ...Et cette colonisation a surtout été l'affaire de la "gauche" de l'époque ...On en est encore à "L'essai sur l'inégalité des races humaines" du Comte de Gobineau (1853), ...Et Jules Ferry, l'apôtre de la laïcité, a pu dire alors :" Il faut dire ouvertement que les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures" ...Et, plus près, en 1925, Léon Blum - socialiste et ...juif - disait encore : "Nous admettons le droit et même le devoir des races supérieures d'attirer à elles celles qui ne sont pas parvenues au même degré de culture" ...Il y a une Exposition coloniale en 1931, avec présentation de "spécimens" de race exotique ...On est encore loin du Musée des Arts Premiers inaguré par Jacques Chirac en 2006...

 

   Alors, dans le domaine de l'esclavage, les Français, à quelque parti qu'ils appartiennent, et même s'ils n'ont pas de parti, doivent se montrer discrets, et ne pas se mêler de donner des leçons au monde, comme ils ont pris l'habitude de le faire depuis "la Déclaration des Droits de l'Homme" de 1789 ...Le Président François Hollande a raison quand il justifie son attitude en affirmant : " L'Histoire ne s'efface pas; On ne la gomme pas ...Elle ne peut pas faire l'objet de transactions au terme d'une comptabilité qui serait en tous points impossible à établir. Le seul choix possible, le plus digne, le plus grand, le plus responsable, c'est celui de la mémoire, c'est la vigilance, c'est la transmission"...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans L'Histoire
commenter cet article
24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 16:13

   "Autrefois notre pays s'appelait la Gaule et ses habitants les Gaulois" ...En un temps où l'histoire de la France était encore enseignée dans un ordre chronologique, les manuels scolaires en présentaient ainsi l'origine ...Et le héros en était Vercingétorix, qui symbolisait à lui seul les vaillants ancêtres repoussant l'armée romaine de Jules César à Gergovie avant d'être enfermé par lui à Alésia et de se rendre en 52 avant Jésus-Christ...

 

   En fait, cet épisode est essentiellement connu par le récit que Jules César en a fait lui-même dans son "De Bello Gallico", et n'a été élevé à la hauteur d'un mythe ...qu'au 19ème siècle, soit prés de 2 millénaires plus tard, quand, à la suite de la Révolution et de l'Empire, se développa le "nationalisme" en Europe ...Il y eut  des historiens comme Augustin Thierry, Henri Martin et surtout Jules Michelet qui exaltèrent les "héros" de l'histoire de France - alors souvent oubliés - ayant contribué à sa création, à son développement et à son prestige comme Vercingétorix, Clovis, Jeanne d'Arc, François 1er, Louis XIV, ...d'autres personnages comme Charlemagne ...ou Napoléon 1er ayant une place à part, en raison de leur volonté de faire une "nation élargie à l'Europe" en souvenir de l'Empire Romain qui restait le modèle (le couronnement à Rome) ...Il est vrai que l'un appartenait au peuple des Francs qui donnèrent leur nom à l'ancienne ...Gaule, et que l'autre était d'origine corse, n'ayant certainement pas eu des Gaulois, ni des Francs, comme ancêtres...

 

   De toutes façons, les ..."Gaulois" n'étaient pas en ...Gaule à l'origine, puisqu'ils n'ont été appelés ainsi que par les Romains - sans qu'on connaisse la raison (*) - et que, sous le nom plus ancien de "Celtes", ils s'étaient répandus en Europe sur un territoire beaucoup plus vaste que l'actuelle France à partir du 4ème siècle avant Jésus-Christ, étant l'une des "vagues" de ce peuplement "indo-européen" remontant à la Préhistoire et donc mal connu ...Le nom romain de "Galli" s'est retrouvé d'ailleurs en divers endroits de "l'Occident" : Gaule cisalpine en Italie du Nord, Galatie au centre de l'Asie Mineure, et encore maintenant dans la Galice espagnole et le Pays de Galles de la Grande-Bretagne...

 

   Il apparaît d'ailleurs que, comme pour les invasions ultérieures dites "barbares" (Francs, Burgondes, Wisigoths, Vandales), leur implantation a été relativement limitée ...En fait, ils se sont installés dans des territoires - notamment la France actuelle - où s'était développée auparavant la civilisation dite "néolithique" qui avait largement contribué au défrichement des forêts et au progrès de l'agriculture et de l'élevage ...Et comme ils ne connaissaient pas l'écriture, ils n'ont pas laissé de témoignages de leur histoire, qui n'est donc connu que par le récit à la fois incomplet et partial de Jules César, sa conquête longue et difficile de la "Gaule" étant enjolivée à son avantage dans ses commentaires, pour justifier sa prise de pouvoir à Rome (épisode du Rubicon : "Alea jacta est" )... Mais, en dépit de leurs rivalités intestines, ils avaient développé une civilisation n'ayant rien d'archaïque, non seulement par leurs travaux agricoles (céréales et vins) mais par leur artisanat et leur commerce faisant la richesse de leurs villes : Bourges (Bituriges), Chartres (Carnutes), Nantes (Namnètes), Reims (Rèmes), Rouen (Rotomagus) , etc... Et l'étude linguistique révèle qu'au moins 300 mots sont hérités du "gaulois" : alouette, chêne (cueillette du gui !), mouton, tanière, etc ...Moins honorable était leur pratique des sacrifices humains pour les ennemis ou les condamnés, mais à l'époque la vie - d'ailleurs courte (en moyenne 30 ans) - n'était pas sacrée, et les Romains n'avaient rien à leur envier avec leurs exécutions à la hache ou sur une croix, celle-ci devenue le symbole du christianisme en souvenir de l'exécution de Jésus-Christ, alors qu'elle avait été auparavant le symbole de l'horreur...

 

   Mais pourquoi alors fait-on actuellement autant de bruit autour de "Nos ancêtres les Gaulois", la Revue "Le Point" en ayant même fait sa page de couverture dans son numéro du 21 février 2013, et la Revue "L'Histoire" ayant pris le relais dans son numéro anti-daté de mars 2013 ?... Apparemment parce qu'un journaliste à la verve célèbre, Jean-François Kahn, en a fait la matière de son livre "L'invention des Français" (Ed.Fayard) ...et que les journalistes sont plus pressés de faire de la publicité pour un collègue que pour des historiens de métier ... Mais cette complaisance n'est certainement pas une raison suffisante ...Faut-il y voir , en cette période de crise où les Français doutent de l'avenir et se désintéressent du rêve unitaire de l'Europe, un ...retour aux sources (?), ...c'est-à-dire à une identité natiionale pourtant illusoire ?...

 

(*) http://fr.wikipedia.org/wiki/Gaule


 Bibliographie :

 - Albert Grenier  La Gaule celtique Ed.Didier 1945

 - Régine Pernoud Les Gaulois Ed.du Seuil 1957

 - Danièle et Yves Roman Histoire de la Gaule Ed.Fayard - Livre du Mois 1997


Repost 0
Published by Jean Daumont - dans L'Histoire
commenter cet article
4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 10:51

   Depuis déjà un demi-siècle, les élèves ont été admis à participer aux divers conseils des établissements secondaires, et ils y ont souvent apporté des avis pertinents, sortant du cadre ancien de la soumission de "l'enseigné" par rapport à "l'enseignant"...

 

   Il est donc intéressant de relayer le témoignage apporté dans le journal Le Figaro du 1er novembre 2012 , par le jeune Jean-Baptiste Lucq, élève de Terminale "L" au Lycée Saint-Jacques de Compostelle de Dax, sur l'enseignement de l'Histoire ...Il s'agit d'une "libre opinion", et l'appartenance de cet élève à un établissement privé comme la parution de son témoignage dans le journal Le Figaro n'ont aucune signification politique...

 

   "L'Histoire à l'école fait débat: Historiens, penseurs de renom et politiques se sont exprimés sur le sujet, mais jamais les principales victimes. Aujourd'hui, simple représentant d'une jeunesse désenchantée, je considère que la bêtise de son enseignement est idéologique.  Notre histoire subit une épuration scandaleuse et inacceptable. Exemple : Napoléon. Le perdant qui a su sublimer son histoire pour devenir un mythe victorieux, le fondateur de la France moderne, l'homme du Code Civil, de la Banque de France, de la Légion d'Honneur, des Préfets, de la Cour des Comptes, la légende qui marqua la littérature du 19ème siècle et dont les récits et les exploits formèrent le livre de chevet du jeune Julien Sorel dans Le Rouge et le Noir, le génie militaire qui remporta presque toutes ses "40 batailles rangées", n'est réduit qu'au rôle de simple tyran esclavagiste et sanguinaire  ...ne représentant qu'une partie optionnelle de nos programmes. L'hécatombe est immense : Louis XIV, Clovis, Louis IX, François 1er, Jeanne d'Arc, Charles Martel, Richelieu et bien d'autres voient leur tête tomber sous le couperet de la sacro-sainte pensée unique . Mais si les personnages souffrent, que dire des évènements ? Tandis qu'on s'étend sur les empires africains, on oublie le Moyen-Age et le génocide vendéen. Mais la plus grande victime reste la guerre. Elle n'est enseignée que de notre point de vue moderne, pacifiste et antimilitariste, sous l'angle de la violence, de la déshumanisation, des massacres de civils et des génocides. On en oublie les grandes batailles et les armées. Pour la 1ère Guerre mondiale, on évoque succinctement Verdun. Les maréchaux passent à la trappe, ainsi que la Marne, la Somme et le Chemin des Dames. Quant à la 2nde Guerre mondiale, hormis Stalingrad, adieu la Blitzkrieg, la bataille de Moscou, El-Alamein, Bir-Hakeim, Koursk, la bataille de Normandie, la bataille des Ardennes, Okinawa, l'Afrika-Korps ou la bataille de Berlin !

 

   Dans un pays en pleine crise identitaire, il est criminel de couper un peuple de son histoire. Les évènements ne sont plus remis dans leur contexte. L'Histoire de résume ainsi à une auto-censure ciblant les erreurs que la France a pu commettre envers certaines minorités mises en avant par le politiquement correct.

 

   Or, pour que cette matière soit attractive, il faut la rendre vivante. Par ailleurs, les méthodes de travail de l'historienne peuvent être adaptées à notre jeunesse. Quand l'historien doit penser, l'élève, lui, doit connaître. Grosse différence ! En ce moment, dans mon lycée, nous étudions les mémoires de la 2nde Guerre mondiale. On demande à des élèves qui, pour la plupart, n'ont pas acquis les fondamentaux de la guerre, d'étudier et d'analyser les mémoires (notion complexe) des différents courants de pensé et partis politiques d'après-guerre? C'est comme demander à un maçon de faire une maison sans brique ni ciment !

 

   Il est fait quasiment abstraction de la chronologie qui est la base de l'histoire et de sa compréhension. L'Histoire est une chaîne dans laquelle chacun des maillons est lié. Sans causes, pas de conséquences ; sans Révolution, pas de Napoléon ; sans Napoléon, pas de Restauration, ni de 1830 ou de Louis-Philippe et donc pas de 1848 ni de 2nde République, de Send Empire, de Sedan, de 3ème République, de 14-18, etc ...Est-il possible comprendre un roman en sautant des chapitres ?

 

   C'est justement ce grand roman national qu'il faut ressusciter. Revenons à Malet, à Isaac et à Bainville.  C'est la meilleure façon de connaître et de faire aimer l'Histoire. L'un des plus beaux exemples du succès de "l'Histoire-roman", c'est Max Gallo et ses livres qui nous l'offrent . Parce qu'il nous met au plus près des personnages, nous raconte une histoire fascinante, de César à la 2nde Guerre mondiale en passant par De Gaulle.

 

   Cessons de vilipender nore Histoire. Ne rouvrons pas les vieilles blessures. Voyons-y plutôt une chance. Notre héritage historique est-il à ce point lourd qu'il faille en occulter certaines pages ? Que dire alors du passé de l'Allemagne ou de la Russie ? Leur Histoire n'est-elle pas plus tragique que la nôtre ? Oui, mais les petits Allemands et les petits Russes apprennent leur Histoire telle quelle, car, même si elle n'est guère plaisante, elle est constitutive de leur identité. Notre Histoire doit être un puissant levier de cette unité dont notre peuple désorienté a besoin. Au lieu de répondre aux débats actuels par le matraquage de nore passé, servons-nous de celui-ci, et des personnages qui l'ont bâti, comme d'un exemple. Napoléon ne pourrait-il pas être un modèle pour les jeunes de nos banlieues, qui ne se sentent pas Français ?

 

   Il faut raconter notre Histoire avec fierté et amour. Ce roman doit être facteur d'assimilation et non de division. Ernest Lavisse avait très bien résumé les choses sur la couverture de son fameux manuel : "Enfant, tu dois aimer la France parce que la nature l'a faite belle et parce que son Histoire l'a faite grande !"...

 

   Evidemment, on entend déjà les esprits forts "philosopher" sur la guerre, un peu trop donnée en exemple dans ce témoignage, "crier" à propos de l'identié nationale, ...ou "rigoler" de l'évocation de Lavisse en pensant aux élèves d'origine étrangère à qui on ferait ânonner : "Autrefois, notre pays s'appelait la Gaule, et ses habitants les Gaulois "...Mais ce témoignage aura au moins le mérite de faire réfléchir sur l'Histoire, qui n'a pas de caractère rétro-actif, et dont le passé ne peut pas être considéré avec les critères actuels, qui n'auront qu'un temps ...

 

  

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans L'Histoire
commenter cet article
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 16:57

     L'Histoire a toujours été - et de loin - l'activité intellectuelle la plus prisée des hommes, ...avant la géographieapparue tardivement avec la lente progression de la représentation de la Terre, ..mais aussi avant la poésie, le théâtre et le roman longtemps réservés à une élite capable de comprendre, de lire et d'écrire...  

 

   En fait, l'Histoire commence avec l'apparition de l'écriture, qu'il s'agisse des hiéroglyphes en Egypte, des inscriptions cunéiformes en Mésopotamie ou des idéogrammes de la Chine au 1er millénaire avant JC , ...du moins une Histoire des faits et gestes des hommes, car il est possible de considérer que les gravures pariétales de la "Pré"-Histoire sont déjà une manière, à cette époque  beaucoup plus longue de plus d'un million d'années, de transmettre des témoignages, à caractère magique, d'activités dominées par les rapports avec les animaux...

 

   Si l'on s'en tient à "l'Histoire", il faut d'abord constater que celle-ci n'est parvenue jusqu'à l'époque contemporaine que de façon fragmentaire, ...soit parce que les ancêtres n'ont pas éprouvé le besoin de raconter tout ce qu'ils faisaient - à l'image des Gaulois pratiquant la transmission orale et n'utilisant l'écriture que pour des motifs religieux - ...soit parce que de nombreux textes ou inscriptions ont été perdus ou détruits, comme, par exemple, les souvenirs laissés par le pharaon réformiste Akhénaton, et martelés par ses successeurs, au 14ème siècle avant JC...

 

   Ensuite, il paraît évident que les auteurs des textes conservés n'ont as eu, jusqu'à la période contemporaine, le souci de "l'exactitude" ...Le plus souvent, leurs textes sont "partiaux", en ce sens qu'ils veulent le plus souvent laisser un témoignage "édifiant" : c'est le cas de la Bible, première "somme" ayant pour but non pas de raconter l'histoire des hommes depuis la création légendaire d'Adam, mais de justifier la puissance de Dieu , ...ou encore des Vies des Saints au Moyen-Age, qui sont des "hagiographies" embellissant volontairement ces personnages pour qu'ils servent d'exemples...

 

   Cette déformation de l'Histoire est également flagrante quand elle cherche à justifier "après coup" la formation de "nations" en Europe ...C'est le cas de la France où, sous l'influence de Jules Michelet au 19ème siècle, l'Histoire devient une évocation d' évènements et de personnages hors de proportion ave'c leur importance effective : Vercingétorix sorti des oubliettes pour préfigurer une "unité" qui n'existait pas au temps de la conquête de la Gaule par Jules César ...Jeanne d'Arc qui a certes symbolisé une résistance à l'envahisseur anglais mais n'a même pas été soutenue par le Roi de France et rachetée par lui après sa capture ...Napoléon 1er, qui a assurément mis fin aux désordres de la Révolution et créé des institutions comme le Lycée, la Légion d'honneur, le Code Civil , mais n'en a pas moins exercé un pouvoir dictatorial ayant peu à envier à certains régimes du 20ème siècle  et a été responsable de la mort d'au moins un million d'hommes, ce qui permet de rester rêveur devant le transfert de sa dépouille aux Invalides ...De même il y aurait beaucoup à nuancer sur la commémoration du 14 juillet, le drapeau tricolore, la Marseillaise, la "drôle de guerre" en 1940 ...Bien entendu, il n'est pas question de nier tous ces faits, mais il conviendrait de les remettre à leur vraie place...

 

   Pour autant, il ne faut pas prétendre faire de l'Histoire une science exacte ...D'une part, l'Histoire ne peut évidemment pas relater tout le passé, et les historiens doivent donc faire un choix ...et ce choix peut sans cesse être remis en cause, ne serait-ce qu'à la suite de la découverte de documents jusqu'alors inconnus ...D'autre part, la logique éventuelle des évènements reste une construction ayant le plus souvent échappé à ceux qui y ont participé : ainsi en est-il de la Révolution dont il a fallu plus d'un siècle pour en déterminer les causes : mouvement philosophique ayant sapé l'Ancien Régime, mauvaises récoltes provoquant des émeutes de la faim ("du pain et des armes"!) ...Louis XVI écrit dans son agenda, le 14 juillet 1789 : "Rien" ...

Car il y a largement une part de hasard dans le déroulement de l'Histoire, et celle-ci aurait pu se dérouler tout autrement si ...si ...Comme l'a dit Pascal, "si le nez de Cléopâtre avait été plus long", qu'aurait fait Antoine, et comment aurait alors évolué l'Empire Romain ?...Pour revenir à Louis XVI, sait-on seulement qu'il n'a été exécuté qu'à la suite ...d'une erreur de calcul ?...Le 17 janvier 1793, la Convention vote sa mort immédiate par 366 voix, soit 6 voix (seulement) de majorité, le bannissement ne recueillant que 319 voix ...Le vote étant contesté, la Convention fait un nouveau décompte le 18 janvier ...et il n'y a plus que 361 voix, soit un voix de majorité : le pauvre roi est donc exécuté ...Mais plus tard on découvrira qu'un vote a été inversé par erreur et qu'un député "régicide" n'ayant pas la nationalité française n'aurait pas dû voter ... Ainsi, à une voix près, Louis XVI aurait dû avoir la vie sauve ...et ...qui sait ..., dans le calme revenu, il aurait peut-être pu devenir un monarque constitutionnel à l'anglaise, qui règne et ne gouverne pas ...et il n'y aurait pas eu alors en France 10 régimes successifs ...si ...si ..."on mettait Paris en bouteille"...

 

   Ceci dit, ...si ...l'enseignement de l'Histoire est ainsi renouvelé, ce ne sera pas une raison pour l'entraîner dans les errements actuels, où on prétend donner une "formation thématique" ...Plus de chronologie (Ah... le crime d'imposer de retenir 1515 Marignan !), et les élèves sont incapables de metrre Vercingétorix, Charlemagne, François 1er, Louis XIV, Napoléon et De Gaulle dans le bon ordre...Et une réflexion sur des évènements mal connus, assortie de condamnation officielle de certains faits par des lois dites "mémorielles" (l'esclavage, la guerre, le capitalisme, etc, etc...) ...Mais c'est  une autre ...histoire !

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans L'Histoire
commenter cet article