Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

13 juillet 2014 7 13 /07 /juillet /2014 13:52

   La liberté a toujours été considérée comme la base de la démocratie, plus encore, si l'on s'en tient à la devise de la République française, que l'égalité qui est impossible, ou la fraternité, qui est illusoire...

 

   Mais la liberté peut-elle être une règle absolue, interdisant donc toute contrainte, et en particulier tout "emprisonnement" ? ...C'est une question qui mérite d'être posée, car ce n'est peut-être pas un hasard qu'une publication comme la revue "l'Histoire" de juillet 2014 évoque "Le temps des bagnes" et qu'un journal comme le Figaro, à la veille du 14 juillet 2014 - anniversaire symbolique - discute du projet de la Ministre de la Justice consistant pour l'essentiel à supprimer la prison pour la plupart des délits, notamment en affranchissant de toute sanction  ceux qui auront eu la "bonté" de reconnaître leur culpabilité ...Autrement dit, la sécurité doit-elle l'emporter sur la liberté ou la liberté l'emporter sur la sécurité ?...

 

   En fait, la recherche de la sécurité n'est pas une préoccupation apparue seulement à l'époque actuelle qui se distinguerait par une recrudescence particulière des délits ...Au contraire, elle a été pratiquée depuis longtemps, pour ne pas dire toujours, et avec des mesures particulièrement sévères comme le bagne ...Dans le cas de la France, on estime qu'entre 1852, date de sa création, et 1953, date de sa suppression, il y a eu environ 100.000 condamnés au bagne, et cette punition était d'autant plus sévère que condamnés étaient acheminés à pied, les fers aux chevilles, sous les cris d'une population souvent hostile ...D'abord assignés dans des bagnes portuaires (Brest, Rochefort, Toulon), ils furent ensuite transportés dans des bateaux-cages allant soit en Nouvelle-Calédonie (cas de la  "communarde" Louise Michel), soit - pire encore - en Guyane, pays réputé pour son climat inhospitalier, où des colons nombreux étaient morts auparavant de fièvres diverses sans pouvoir bénéficier d'une médecine alors indigente de toutes façons ...Et cette rigueur pouvait frapper là encore des personnes n'ayant commis aucun délit de droit commun, mais étant des condamnés politiques (cas cette fois très connu du Capitaine Alfred Dreyfus, emprisonné à l'ïle du Diable en 1895)...

 

   Il n'y a plus de bagne maintenant ...La "transportation" a été supprimée par le Front Populaire en 1938, mais le bagne de Guyane lui-même n'a été liquidé que par le Gouvernement Provisoire de la République Français (GPRF) de De  Gaulle en 1944, les bagnards survivants étant rapatriés dans des prisons "ordinaires" en 1953 ...Est-ce à dire pour autant que ces prisons doivent maintenant être fermées à leur tour ?...Il est difficile de ne pas voir là une dérive reposant sur une conception "excessive" de la liberté, conception ne pouvant apparaître que comme un enjeu politique soucieux de sacrifier la sécurité des Français à une volonté obsessionnelle de prendre le contrepied de la politique "sécuritaire" de l'ancien Président de la République...

 

 

   Et pourtant, il paraît de plus en plus nécessaire de juguler la recrudescence actuelle des délits, qui s'accélère actuellement, notamment pour les mineurs ...Or c'est le moment que choisit la Ministre de la Justice pour plaider la clémence, en supprimant les tribunaux correctionnels pour mineurs,  et en prolongeant l'excuse de minorité (?) jusqu'à 21 ans (!)...

 

   Où va-t-on ?...


  

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans La sécurité
commenter cet article
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 16:01

   La chaîne de télévision LCP-Sénat a diffusé le lundi 9 décembre 2013 un documentaire sur "les murs dans l'Histoire" ...Documentaire original, car il s'agit d'un aspect de l'Histoire négligé dans les livres du grand public ou dans les manuels scolaires...

 

   C'est pourtant un comportement des hommes remontant à la nuit des temps que de marquer des "limites" car, depuis la Préhistoire, ils ont construit des   levées de terre, des haies de végétaux ou des murs en pierre, notamment quand les cultivateurs ont voulu protéger leurs cultures contre le passage des troupeaux des éleveurs ou les bêtes sauvages... Ces limites sont ainsi devenues un moyen de marquer "sa" propriété par rapport à celle des "autres", et ceci à tous les niveaux : d'abord au niveau individuel ou familial, puis au niveau des groupes sociaux, quels qu'ils soient, et ensuite au niveau des Etats ou des Empires ...Il y a eu les haies ou des clôtures en bois autour des champs ou des jardins, les remparts autour des châteaux ou des cités, et les frontières souvent marquées par des murailles ayant parfois des dimensions considérables, comme la "Muraille de Chine" construite à partir du 3ème siècle avant JC et s'étendant sur 5000 kms en montant et descendant suivant le relief, avec des fortins à intervalles réguliers, et ceci pour arrêter les invasions mongoles ...Plus modeste a été le "limes" construit autour de l'Empire romain vers le 2ème siècle après JC, et dont il reste quelques vestiges comme le "mur d'Hadrien" entre l'Angleterre et l'Ecosse et quelques tracés dans le secteur du Rhin...

 

   Plus tard, il y a eu en France au 17ème siècle les forteresses de Vauban ...Et Paris avait même eu son fameux château de la Bastille, conçue d'abord  pour sa défense, et devenue ensuite une prison, symbole de l'enfermement et de la séparation et par conséquent de la privation de liberté ...Et comment oublier qu'après la 1ère guerre mondiale de 1914-1918, les Français avaient construit la ligne Maginot qui devait interdire toute nouvelle invasion des Allemands, avec le résultat que l'on sait ...Ensuite, il y a eu le "Mur de Berlin", dit le "Mur de la Honte", construit par les communistes allemands du secteur oriental non pas pour défendre cette ville, mais pour empêcher leurs ressortissants de fuir vers le secteur occidental ...D'ailleurs Churchill parla alors de "Rideau de fer" ...Il y a eu aussi le Mur de Nicosie dans l'île de Chypre, construit pour séparer les populations séculairement hostiles des Grecs et des Turcs ...Il y a eu encore le 36ème parallèle entre la Corée du Nord et la Corée du Sud - en fait une série de retranchements construits par les communistes du Nord ...

 

   Et la liste n'est pas close ...puisqu'il faut citer aussi en Irlande la séparation entre les catholiques de l'Eire et les protestants de l'Ulster ...Et, en Amérique, le mur séparant le Mexique et les Etats-Unis, ceux-ci ayant voulu empêcher que les Mexicains pauvres puissent immigrer en masse chez eux, y trouvant des salaires largement supérieurs ...Enfin, il y a celui qui est peut-être le plus important par sa hauteur et sa signification, le mur construit par les Israëliens pour les séparer des Palestiniens, y compris à travers la ville de Jérusalem où on s'ignore d'une rue à l'autre...

 

   Parfois même, il n'y a pas besoin de "mur"...On s'ignore tout simplement ...On vit "entre soi" ...comme les juifs dans leurs "ghettos" qui, à l'origine, ne sont pas des prisons, mais des quartiers où ils se regroupent en raison de prescriptions religieuses pour être au plus près des synagogues, ce qui leur vaudra dans l'Histoire d'être souvent victimes de "pogroms", car les peuples n'aiment pas que certains groupes ne fassent pas comme les autres et ils les ont souvent rendu responsables des calamités, comme la peste ou la famine ...Il y a des frontières invisibles, comme par exemple entre les Wallons et les Flamands en Belgique , ...ou encore, en pleine actualité, entre les Ukrainiens de l'Est, slavophiles et proches de la Russie, et les Ukrainiens de l'Ouest aspirant au rattachement acec l'Europe...

 

  Les murs ?...Mais dans combien de villes ou de villages en France, les habitants se faisant construire une maison individuelle n'ont rien de plus pressé que de construire un mur ou un grillage ou une haie pour être séparés de leurs voisins ...On aspire à être "chez soi" ...Et pourtant, dans d'autres pays, comme les Etats-Unis, des documentaires ou des films nous montrent des propriétés  où, sur de vastes espaces, il n'y a pas le limites visibles...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans La sécurité
commenter cet article
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 10:03

  Cest "fou" - à tous les sens du mot, ce que l'on peut faire pour le bien des gens ...C'est même à en pleurer toute la sollicitude que l'on a pour eux et pour leur porte-monnaie ...Aussi, je m'associe volontiers à la campagne que lance notre ami Jacques Fournier :

 

A propos des éthylotests obligatoires dans quelques jours….

Voilà un scandale qui, s'il était connu d'un grand nombre de Français ferait sans doute une onde de choc à travers tout le pays...  Vous savez sans doute que le gouvernement a récemment publié un décret qui oblige chaque automobiliste à détenir dans sa voiture un éthylotest – enfin deux, l'un pour se tester en cas de doute, et l'autre à présenter aux gendarmes en cas de contrôle. Officiellement, le but est de lutter contre l'alcoolisme au volant. Tout le monde aimerait voir moins de drames sur la route liés à l'alcool,  c'est incontestable. Mais je vais vous montrer qu'il s'agit de bien autre chose ici...  L'affaire est tellement scandaleuse qu'il fallait absolument que je vous envoie un mail pour vous informer ! 

 Alors, voilà ce qui se passe :  En juillet, une association, "I-Test" se crée pour militer en faveur d'éthylotests obligatoires dans toutes les voitures. Ils interpellent le Ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, et hop quelques mois plus tard le décret sort. La nouvelle infraction est créée, avec une amende de 17 euros à la clef.  Quand on sait qu'il faut des années d'habitude pour obtenir quoi que ce soit quand on est une association, nous avons été saisis par cette rapidité !  Vous le savez, ici à la Ligue de Défense des Conducteurs, nous enquêtons depuis plus de trois ans sur la répression routière – il ne nous a pas fallu longtemps pour découvrir le pot aux roses !  Qui sont les membres de cette "association" ? S'agit-il, comme on aurait pu le croire, d'un collectif de familles qui ont perdu un proche sur la route à cause d'un chauffard qui avait trop bu ?  Pas du tout : ce sont tout simplement... des fabricants d'ethylotests ! 

Le Président de "l'association" est chargé de mission chez Contralco, le plus grand fabricant d'éthylotests chimiques (les fameux "ballons"). 

Et là, il vient de réussir un coup de maître : assurer à sa boîte un marché 100 % garanti sur 38 millions de voitures ! 

Le calcul est vite fait : 38 millions de voitures x 2 éthylotests à 1€ pièce = 76 millions d'euros garantis dès l'application du décret en juillet prochain. 

Mieux : le décret comporte une obligation de norme NF pour les éthylotests... norme que cette entreprise est la seule à avoir ! 

Voilà : un marché juteux, 100 % garanti, qui va rapporter des millions à une grosse entreprise...Et nous, on vient nous dire que c'est pour notre sécurité ? Et que si l'éthylotest venait à manquer dans notre boîte à gants, ce serait tellement grave qu'on devrait payer une amende ? Franchement, de qui se moque-t-on ? 

M'aider à faire connaître ce scandale au plus grand nombre de Français possible, en transférant ce message à tous vos amis, vos proches, ou vos collègues. Ne les laissez pas tomber dans le piège de la propagande des pouvoirs publics qui utilisent la sécurité routière comme un alibi pour engraisser un business juteux.

Je vous remercie. 

Bien cordialement,

Christiane Bayard 

Secrétaire Générale LIGUE DE DEFENSE DES CONDUCTEURS

116, rue de Charenton 75012 PARIS 

Quand on sait que les éthylotests ont une date d'utilisation d'environ 6 mois, on voit le bénéfice pour cette société ......   De plus, en regardant de plus près, on s'aperçoit que les éthylotests doivent être conservés entre 10 et 40 degré maxi ......

 Quand on connaît la température qu'il fait dans un véhicule en pleine chaleur ...... autant dire que l'on nous fait jeter notre argent par les fenêtres pour engraisser les copains de Monsieur GUEANT !!!!!!!! 

 Pour ma part je refuse de m'y plier et je vous invite à en faire autant et de diffuser ces infos à l'ensemble de vos amis pour qu'un vent de contestation contre cette mesure se lève !!!!!! 

 

   Ceci dit, il convient de rappeler les dispositions prises pour limiter - à défaut de pouvoir complètement les éliminer -  les risques de la consommation excessive de l'alcool pour tout conducteur ...Dans les "boîtes de nuit",  il doit y avoir un "éthylotest" ..., dans les "bars", le tenancier doit afficher les règles condamnant l'ivresse publique  ..;et, en cas de réunion familiale ou amicale, il est en permanence recommandé qu'au moins un membre s'abstienne de boire... 

Réf :http://www.laroutetue.com/alcool-au-volant.htm

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans La sécurité
commenter cet article
4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 23:55

   Le comportement des "vieux" - c'est-à-dire des personnes ayant plus de 65 ans - au volant de leur voiture revient régulièrement sur le tapis, à défaut d'exister réellement sur la route...

   Déjà en 2002, après diverses tentatives antérieures, un "Conseil interministériel de Sécurité routière" avait préconisé à leur encontre la mise en place d'un "contrôle médical d'aptitude obligatoire", ...autant dire un contrôle technique des vieux conducteurs, à l'image du contrôle technique des voitures anciennes (1) ...L'idée avait été alors repoussée par le gouvernement, mais il y a tout lieu de croire qu'avait alors été pris en compte non pas le respect des "vieux", mais leur vote éventuel...

 

   En 2006, l'Académie de Médecine - apparemment plus préoccupée par ce problème que par celui du recrutement et de la répartition des médecins sur la territoire - estimant qu'environ 1.000.000 de conducteurs âgés étaient inaptes, avait demandé une "exception au secret médical" , afin que les médecins puissent signaler les conducteurs potentiellement dangereux, ...autrement dit un "fichage"... Cette demande, il est vrai, n'avait pas été reprise par le Conseil National de l'Ordre des Médecins, mais la raison invoquée n'avait pas été la sécurité, ...mais "le risque que ces personnes ne consultent plus" ...
 

   Est-ce à dire pour autant que les "vieux" doivent échapper à tout contrôle ? ...Certainement pas ...Mais il n'y a aucune raison qu'ils fassent l'objet d'un contrôle discriminatoire en raison de leur âge... Des observateurs bien placés pour en juger comme les policiers de la route constatent en effet que cette "catégorie d'âge" est loin d'être d'être la plus "fautive", et que les contraventions et les constats d'accidents ne les concernent pas plus que les autres catégories de conducteurs, et même sensiblement moins que les autres catégories, notamment les "jeunes" ...

   Manifestement, le problème n'est pas dans "l'âge " des conducteurs, mais dans leur "état physique et mental " ...Il est effet évident qu'un conducteur âgé en bonne santé et "sérieux" ne sera pas dangereux, à l'inverse d'un conducteur "plus jeune" conduisant en état d'ivresse ou sous l'effet d'une drogue, ou se prenant simplement pour un coureur de Grand Prix ... Le problème est donc seulement dans le "suivi médical" quel que soit l'âge... Ainsi, des troubles graves de la vision doivent être rédhibitoires pour la conduite d'une voiture, alors qu'un infirme moteur peut être autorisé à conduire si sa voiture est correctement appareillée... D'ailleurs, le plus souvent, les conducteurs, et notamment les "vieux", se "régulent" eux-mêmes, et arrêtent de conduire quand ils ressentent leur inaptitude, dans un souci de sécurité qui commence par leur propre protection...

 

 

   Tel est d'ailleurs le sens de l'action de l'association Prévention Routière (2) qui n'est pas favorable à la mise en place systématique d'examens médicaux, en particulier pour les "vieux" - la visite médicale obligatoire pour les "seniors"déjà appliquée en Irlande, Danemark et Pays-Bas n'ayant pas fait la preuve de son efficacité - ...mais qui a développé par contre depuis de nombreuses années une politique "éducative" à tous les niveaux, qu'il s'agisse de cours ou exercices pratiques "à l'école", ou de stages de "remise à niveau" pour tous, avec des recommandations particulières pour les conducteurs les plus âgés, ...ne serait-ce qu'en application de la "déclaration d'absence de pathologie" qui existe sur les permis de conduire mais est jusqu'à présent peu contrôlée ...Politique de "responsabilisation" qui, assurément , est préférable à une pratique de répression, voire de discrimination...

   A en juger par les discussions actuelles, ce n'est malheureusement l'orientation prise par les législateurs qui réfléchissent de façon ...prioritaire à des mesures de coercition envers les "vieux", comme si on voulait leur indiquer : "le cimetière, c'est la première à droite (...ou à gauche !)"... Ces mêmes "vieux" auxquels déjà les banques refusent toute assurance pour leurs prêts éventuels ...et auxquels pensait un homme politique "éminent", chargé depuis lors de responsabilités ...internationales, quand il déclarait que la France ne pourrait pas supporter longtemps dans ses hôpitaux la présence d'un trop grand nombre de personnes âgées ...Or celles-ci, qui ne représentaient que 14 % de la population totale vers 1990, vont passer d'environ 20 % en 2008 à environ 30 % en 2050 ...alors que le pourcentage des accidents ne cesse heureusement de baisser ...Sur quelle ...route va-t-on ?...

(1) Dessin humoristique de Chaunu illustrant un article du journaliste Philippe Richard dans "Ouest-France" du 4 mars 2009
(2) Voir le Site
  http://www.preventionroutiere.asso.fr

 

Publié patr Jean Daumont dans Population

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans La sécurité
commenter cet article
10 août 2007 5 10 /08 /août /2007 23:24

   Une fois de plus, de nombreux médias ont déformé l'information en présentant comme une "nouvelle menace contre l'humanité" la création prochaine, par la Société américaine Spock, d'un moteur de recherche informatique capable d'établir un fichier pour 100 millions de personnes... en attendant de recenser les 6 milliards d'humains !... 

   D'abord, le "fichage" des individus n'est pas un fait nouveau, tant s'en faut... Sans remonter très loin dans l'histoire, on peut évoquer en France le "cabinet noir" du temps de Louis XV, la police de Fouché sous Napoléon 1er, le personnage de Vidocq sous la Restauration... pour aboutir à la DST et et aux Renseignements Généraux de notre époque... Et la plupart des Etats du monde, du moins les plus anciens, ont une histoire semblable...

   Le problème est que l'établissement de fichiers - à fortiori s'ils sont "secrets" - a le plus souvent une mauvaise réputation, en raison de l'usage abusif et, dans certains cas, criminel, qui a pu en être fait, notamment par des régimes dictatoriaux s'en servant pour contrôler la population, par exemple la SS dans l'Allemagne nazie, la Guépéou dans la Russie soviétique ou encore la Stasi dans la République Démocratique Allemande... C'est d'ailleurs la raison pour laquelle les Etats démocratiques ont mis en place des dispositifs pour protéger la vie privée en interdisant la collecte des informations à caractère personnel, comme la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés (CNIL) en France...

   Il faut néanmoins reconnaître que le "fichage" des individus - sous quelque forme que ce soit (écrit, internet, empreintes digitales ou génétiques, pupille des yeux...) n'a pas seulement des effets négatifs... L'identification des personnes - qu'il s'agisse de criminels ou de ...victimes d'accidents - a singulièrement progressé avec le recours à l'ADN... Et la publication d'un décret le 7 août 2007 instituant un fichier "biométrique" (PARAFES : Passage Automatisé RApide des Frontières Extérieures Schengen) va accélérer considérablement les démarches pour les transports aériens... Quant à la carte VITALE, son utilité dans le domaine sanitaire n'est plus à démontrer...

   Par ailleurs, des personnes de plus en plus nombreuses donnent elles-mêmes des renseignements les concernant, en utilisant ...l'Internet, qui est accessible à tous dans le monde entier... à la différence des lettres, mémoires et confessions d'autrefois qui n'intéressaient le plus souvent qu'un public très restreint... Ainsi, l'auteur du présent article et son fidèle correspondant Jacques Heurtault se retrouvent sur le Web (Wanadoo ; recherche), sans l'avoir demandé, simplement parce qu'ils ont un "Blog" à leur nom... C'est d'ailleurs l'argument principal de la Société américaine Spock qui prétend  "traiter seulement ce que les gens ont rendu public"...

   C'est donc moins l'information obtenue sur les personnes qui doit être incriminée que l'usage qui en est fait... Par exemple, il est certain qu'il y a danger si des "recruteurs" prennent prétexte de ce qu'ils ont trouvé sur le Web pour refuser un candidat à un emploi... Déjà les "géants" de l'Internet (Microsoft, Google, Yahoo, Ask, Livesearch...) ont pris des dispositions pour protéger la vie privée et rendre anonymes certaines recherches, voire permettre aux utilisateurs d'effacer eux-mêmes l'historique de leurs recherches... Il faut aller plus loin en faisant en sorte que des Sociétés comme Spock - qui recherchent seulement le "profit" au mépris de la "morale" - se rangent à ces dispositions, et que celles-ci ne soient plus à l'initiative des entreprises, mais règlées par une législation internationale...

   Non, vraiment, rien de nouveau sous le soleil... Chaque fois qu'une "arme" apparaît, il faut inventer le ..."bouclier" !

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans La sécurité
commenter cet article
20 mars 2007 2 20 /03 /mars /2007 18:03

   L'homme devient ...inhumain s'il n'est pas capable de dominer ses propres inventions... C'est une vérité aussi vieille que l'Histoire... Mais en l'occurrence, il ne s'agit que d'une petite 'histoire", il est vrai très symbolique...

   C'est une histoire de "radar", malheureusement banale... Elle est rapportée par le journal Ouest-France, dans son numéro du 20 mars 2007... Il n'y est pas question de remettre en cause l'utilité des radars, que suffit à justifier l'économie de vies humaines déjà réalisée... L'histoire veut simplement montrer que le "radar", surtout quand il est "automatique", ne doit pas servir à tracasser les gens, sans la moindre chance "d'appel", comme si l'homme était désormais assujetti à la machine... Mais voici l'article :

  " Je ne conteste pas l'infraction. Je n'en refuse pas le paiement. Mais au RMI depuis septembre 2006 après la liquidation de mon commerce, je ne dispose pas de la somme à acquitter. Je ne peux même pas faire un  chèque de "consignation" qui m'entraînerait vers une interdiction de chéquier. Je ne demande ni pitié, ni indulgence. Mais je sollicite juste votre compréhension par rapport au fait que je ne pourrai solder cette amende qu'après avoir retrouvé une activité professionnelle"...

   Cette lettre, P.H. l'a adressée le 18 novembre 2006 à l'officier du Ministère Public de Rennes. Explication : " Le 2 novembre, alors que je me rendais à l'ANPE pour essayer de trouver du travail, j'ai été flashé par un radar automatique... 60Km/h au lieu de 50 Km/h"...

   Deux semaines plus tard, à son domicile, il reçoit l'amende : 90 E... Une fortune pour cet homme au RMI qui n'arrive pas à joindre les deux bouts depuis belle lurette... "J'ai donc écrit au Ministère Public. J'ai même proposé de remplacer l'amende par un travail d'intérêt général "... Il veut montrer sa bonne volonté. Pas question pour lui de s'enfoncer encore plus.

   La réponse du Ministère Public reçue par courrier le 7 décembre sera cinglante : "Rejet de la demande. Motif : pas de consignation"... En clair, pour bénéficier d'une étude de son cas, P.H. aurait dû envoyer un chèque de ...135 E, montant de la consignation. "C'est absurde ! J'écrivais justement que je ne disposais pas d'argent...Je n'avais droit qu'à une lettre, sortie tout droit d'un ordinateur. Je ne sais même pas s'ils ont tenu compte de mon courrier. Ce n'est pas humain ! "...

   Il s'adresse alors à l'Association AC contre le chômage de Rennes, qui à son tour écrit au Ministère Public, le 19 décembre.... Une petite lueur d'espoir qui va virer au cauchemar... "J'ai reçu un avis d'amende majorée de 375 E" constate amèrement P.H... "Si on voulait m'enfoncer encore plus la tête sous l'eau, on ne s'y prendrait pas autrement. Alors, ça va être quoi la suite ?... Une saisie ? J'ai la trouille qu'on me prenne mon seul bien, ma télé que j'ai achetée 30 E chez Emmaüs... Et pourtant je demandais juste qu'on me laisse le temps de me redresser"...

   Sans commentaires... A la vérité, ce n'est pas le cas de le dire, car les opinions des lecteurs ne manqueront certainement pas d'intérêt...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans La sécurité
commenter cet article
6 mars 2007 2 06 /03 /mars /2007 18:05

   C'est bien connu... Le Français est un mauvais conducteur... Agressif, frimeur, donneur de leçon, il ne rate pas souvent l'occasion de faire un excès de vitesse, de franchir la ligne jaune sur les routes ordinaires, de rouler constamment sur la file de gauche d'une autoroute ou route à 4 voies, voire de "brûler" un feu rouge... Et cette accumulation "d'incivilités" - même si elle n'est heureusement pas constante - justifie pleinement l'action des services publics etnotamment de la gendarmerie...

   Cette action devrait être populaire et bénéficier d'une publicité régulière et persuasive dans les divers "médias", ne serait-ce qu'en raison de la diminution importante des acccidents et du nombre de vies ou d'infirmités ainsi épargnées (environ18.000 depuis 2005), ce qui n'a pas de prix... Tel n'est pourtant pas le cas, et le conducteur français - automobiliste ou camionneur - a plutôt l'impression d'être "persécuté"... Et il faut bien reconnaître que, même si c'est pour une bonne cause, on ne sait pas toujours y mettre la manière...

   Ainsi les services préfectoraux multiplient actuellement les "radars"... Le principe est bon, car ils permettent de contrôler avec exactitude la vitesse des véhicules et leur présence doit inciter les automobilistes à la sagesse... Mais est-il vraiment nécessaire de les installer comme des "pièges" en des endroits qui, parfois, ne sont pas "dangereux", comme en bas d'une descente avec bonne visibilité... ou en fin d'autoroute ou de route à 4 voies, où des automobilistes, même prudents et calmes, mais n'ayant pas le nez en permanence sur leur compteur, n'ont pas fini de "décélérer"... Comment les empêcher alors de penser que ces radars sont surtout des "machines à sous" ?... Récemment un reportage de la télévision dans le Nord était consacré à des radars qui n'étaient pas ..."rentables" : on pouvait s'attendre à ce que la raison en soit qu'il y avait encore trop d'accidents... Non, la raison était qu'ils ne rapportait pas assez d'argent et que, par conséquent, les frais d'acquisition, d'installation, et d'entretien n'étaient pas "amortis" (le mot étant d'ailleurs ambigu...). Il y a même alors une sorte de perversité à utiliser le "produit financier" des radars venant des conducteurs pour la construction de nouveaux radars pouvant être utilisés comme des "pièges"...

   Il serait pourtant plus facile de convaincre les conducteurs par des mesures simples utilisant leur "peur du gendarme" qui est une autre caractéristue de leur comportement :

   - Associer à l'installation de radars l'installation de panneaux préalables prévenant de leur présence... Rien de tel pour faire "lever le pied", notamment aux étourdis ...et tant pis pour ceux qui n'en tiendraient pas compte... On pourrait ajouter - surtout en ville - des panneaux lumineux annonçant à distance leur vitesse aux conducteurs...

   - Multiplier les équipes de gendarmes aux endroits réellement dangereux (par référence au nombre d'accidents), ainsi que des équipes mobiles "à l'américaine" intervenant pour les excès importants de vitesse, et avec lesquels les conducteurs pourraient s'expliquer en cas d'excès minime... Combien de conducteurs sont en effet écoeurés d'être sanctionnés à répétition pour des petits excès de vitesse, alors qu'ils sont souvent doublés - surtout sur les autoroutes - par des "bolides" manifestement impunis ?...

   - Rappeler par des campagnes sur les "médias" les règles élémentaires à respecter, notamment celle -qui est couramment transgressée - de "céder le passage" en passant d'une "bretelle" à une autoroute, en n'obligeant pas ainsi les conducteurs roulant sur l'autoroute à freiner ou à se déporter sur la voie de gauche, ce qui est dangereux dans les deux cas...

   Evidemment, on peut imaginer d'autre solutions, comme celle de "brider les moteurs"... C'est en effet une des contradictions du transport moderne d'améliorer sans cesse la puissance des moteurs... alors que la vitesse est de plus en plus limitée sur les routes... Mais une telle mesure ne serait pas "réaliste"... du moins actuellement...Car, dans un avenir plus ou moins proche, il n'y aura plus - du moins sur les autoroutes ou routes à 4 voies - que des véhicules dont l'équipement électronique permettra de limiter leur vitesse à partir des bordures, à l'instar du paiement automatique déjà en place à certains péages...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans La sécurité
commenter cet article