Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

30 mai 2007 3 30 /05 /mai /2007 17:45

   Mes lecteurs habituels savent que je m'efforce toujours de porter des jugements mesurés sur les problèmes d'actualité. Ils seront donc étonnés que, pour une fois, je pousse un coup de ...gueule !

   Il s'agit du prix de l'essence... Chacun sait que le prix "à la pompe" s'est élevé depuis plusieurs semaines pour le "super-98" entre 1,30 euros (grandes surfaces) et 1,40 (détaillants), la même évolution affectant à un niveau inférieur le "super-95" et le "gas-oil"... Ce n'est certes pas un fait nouveau, et les "consommateurs" y sont habitués, à défaut d'y être résignés...

   Mais, pour autant, il est inacceptable de laisser des "experts" affirmer dans les médias, par dessus le marché (c'est le cas de le dire...), que les consommateurs ne doivent pas se plaindre, car le prix des carburants serait resté à peu près identique depuis environ 10 ans en francs ou euros "constants" ...et aurait même baissé en pourcentage dans les budgets des particuliers et des entreprises, compte tenu de leur "enrichissement" dans cette période !... Et puis quoi encore !...

   D'abord, cette généralisation à propos des consommateurs n'a pas de signification concrète, car elle recouvre une réalité disparate... Il y a eu, certes, un enrichissement dans certains secteurs de l'économie et, par conséquent au profit de certaines catégories sociales... Mais la charge des frais de carburants ne s'en est pas moins alourdie pour les catégories les plus pauvres, notamment les gens démunis qui n'ont pas d'emploi ou n'ont que de faibles salaires ne leur permettant pas déjà d'avoir un logement décent ...S'y ajoute la situation d'une partie de la "classe moyenne" en voie de "paupérisation"... Comment fera-t-on admettre à un chômeur ou à un CDD, obligé éventuellement de se déplacer en voiture et de consacrer au carburant une partie croissante de ses maigres ressources, "qu'il n'a pas à se plaindre" ?...

   Par ailleurs, il faut rappeler que, dans le circuit commercial, il n'y a pas seulement les "consommateurs" - ceux qui, de toutes façons, seront les "cochons de payants"... Il y a aussi les "producteurs" et les "intermédiaires", et de ceux-là, les "experts" n'ont pas parlé... Or, si on prend l'exemple des carburants, "ceux-là" ne sont pas vraiment à plaindre, puisque l'entreprise Total - par exemple - a réalisé un bénéfice net de 12,27 milliards d'euros en 2005 (réf: Figaro-Economie du 16 mars 2006) et de 11,77 en 2006 (réf: Figaro-Economie du 13 mars 2007)... et il en est évidemment de même pour les compagnies étrangères : Exxon, Shell, etc... Evidemment, ces compagnies doivent régulièrement "reconstituer leurs stocks" (les "pauvres"...), en raison d'une forte demande due à l'émergence rapide de la Chine et à la consommation exponentielle des Etats-Unis... Mais, souvent, il suffit que le Président des Etats-Unis fasse ou dise des bêtises (et il en commet beaucoup...), et aussitôt les prix du carburant repartent à la hausse, même s'il y a des stocks dont le prix d'achat n'a pas nécessairement bougé !...

   Autrement dit, d'un côté, il y a des "consommateurs" qui,  à fortiori s'ils ont connu une hausse de leur niveau de vie, sont priés de passer à la caisse "sans se plaindre", ...et de l'autre côté il y a des "producteurs" ou "répartiteurs" (entreprises comme dirigeants...) qui peuvent faire n'importe quoi, et il ne faut pas les plaindre...

   De qui se moque-t-on ?!...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Economie et Société
commenter cet article

commentaires