Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 13:51

   Ce titre donné à une émission politique de la Télévision est particulièrement approprié à l'appréciation des membres du gouvernement actuel de la France, et notamment du Président François Hollande, Président de la République.

 

   En l'occurence François Hollande, quand il était encore candidat à cette charge au nom du Parti Socialiste et du Parti Radical de Gauche, avait pris "60 engagements pour la France" (*) qu'il avait répétés non sans talent par des paroles prononcées à l'occasion de la campagne électorale.

 

   Un an s'est bientôt écoulé, et il devient possible de faire un premier bilan des actes ayant suivi ces paroles, même en convenant qu'il avait demandé après son élection à ne juger son action qu'au terme de son mandat de 5 ans en 2017, l'année 2013 devant être la plus difficile...

 

   Car le thème initial de ses "60 engagements" était de procéder au "redressement de la France" ...Or, déjà, ce terme prête à discussion ...Car la France a été atteinte par la crise économique survenue à partir de 2007,et son prédécesseur Nicolas Sarkozy, même si son comportement a pu être contestable dans d'autres domaines, avait réussi à limiter les effets de la crise, à la différence d'autres pays européens comme la Grèce, l'Irlande, l'Italie ou l'Espagne...

 

   Quoi qu'il en soit, "redressement" ou pas, François Hollande avait pris des engagements ...Sur le principe, c'était son droit le plus strict de faire ainsi des promesses, en reprenant d'ailleurs à ce titre le "dirigisme" propre à la "Gauche" et déjà pratiqué avant lui par Léon Blum en 1937 et par François Mitterrand en 1981, et ceci à l'opposé du "libéralisme" caractérisant la "Droite" de la 3ème à la 5ème République, en particulier au temps de ses deux précécesseurs directs, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy...

 

   La conséquence de tels engagements, dans la mesure où ils ont contribué largement à son élection, est de donner pour les Français une base pour le jugement de ses actes ...Or il apparaît que les résultats sont, actuellement, pour le moins très inégaux :

 

   1. Il avait fait une priorité de "relancer la production, l'emploi et la croissance" (1ère partie - Articles 1 à 9). Or, la "Banque Populaire d'Investissement" vient seulement de voir le jour, avec son ancienne compagne Ségolène Royal à la tête et ...sans traitement, et le déficit, qui devait baisser à 3 % (2013) en vue de 2,3 % (2014) connaît au contraire une hausse devant atteindre 3,7 % (2013), avec une prévision de 3,9 % (2014)...

 

   2. Il avait promis une "grande réforme fiscale" (2ème partie - Articles 14 à 17) ...Il s'agit, certes, d'ube affaire complexe (notamment s'il y a fusion entre l'impôt sur le revenu et la CSG), mais elle n'est même pas amorcée ...Et il y a eu sans retard des mesures relevant du thème usé de "faire payer les riches" avec la taxation des hauts revenus et l'imposition des gros patrimoines qui peut assurément être étudiée, mais avec circonspection et après consultation, et non avec une précipitation qui pousse les entrepreneurs à s'exiler et inversement les investisseurs étrangers à fuir la France... La montée du chômage au chiffre record de 3.100.000 personnes est à cet égard significative, et montre que la promesse d'une inversion de la courbe du chômage à la fin de 2013 ne sera pas réalisée...

 

   3. Il voulait négocier une nouvelle réforme des retraites (2ème partie - Article 18) en "faisant en sorte que tous ceux ayant 60 ans et ayant cotisé la totalité de leurs annuités retrouvent le droit de partir à cet âge-là" ...Or, loin de procéder à la négociation promise, il reprend la politique de ...la "Droite" (réformes de 2003, 2007 et 2010) qu'il avait auparavant violemment critiquée, puisqu'il est question de remonter au contraire l'âge de la retraite par étapes de 62 à 65 ans, tout en augmentant les cotisations pour les actifs ...Quant à la frange "supérieure" des retraités jugés "trop riches", elle va être imosée, sans le moindre égard pour le fait que leurs pensions sont le juste retour de leurs cotisations comme actifs et du "mérite" qu'ils ont pu avoir pour la gestion du pays... (**)


   4. Il voulait "faire construire plus de logements" en veillant à la mixité sociale dans un souci de solidarité (2ème partie - Articles 22et 23) ...Or la Ministre Cécile Duflot n'a rien trouvé de mieux que de s'en prendre à l'Eglise qui n'a peut-être pas toutes les vertus mais a eu au moins celle, comme le "Secours Populaire" des communistes, d'organiser des actions pour les pauvres et les sans-logis dans le cadre du "Secours Catholique"...

 

   5. Il était décidé à "lutter contre le délit de facies dans les contrôles d'identité par une procédure respectueuse des citoyens" consistant à mettre en place des récépissés ...Mais son Ministre Manuel Valls a déclaré : "Je ne veux pas imposer un dispositif qui tournerait très vite au ridicule et serait inopérant" ...Autrement dit, il n'a que faire de paroles en l'air ...

 

   6. Il voulait "redonner espoir aux nouvelles générations" (3ème partie - Articles 33 à 40) ...Et il a prévu à ce titre des contrats de génération et des emplois d'avenir ...Mais l'avenir de ces contrats - déjà essayés sous d'autres noms par ses prédécesseurs - est très incertain, au sens d'une prolongation en CDI, car l'embauche n'est pas une affaire d'Etat - en dehors du fonctionnariat - et dépend des entreprises, celles-ci accordant la priorité non à l'emploi mais à leur rentabilité, le remplacement des "vieux" par des "jeunes" n'ayant rien de mécanique, au contraire...

 

   7. Il a l'intention de créer néanmoins "60.000 postes supplémentaires dans l'Education" (3ème partie - Artticle 36) ...Intention louable, mais qui ne peut êtr réalisée qu'à long terme, avec des crédits aussi nécessaires ...qu'inexistants, en raison de la dette abyssale de la France et de la stagnation actuelle de la croissance à 0,1 %, largement en dessous de ses prévisions de 1,7 % en 2013...

 

   8. Il veut faire de la France "la nation de l'excellence environnementale" (3ème partie- Articles 41 à 43) ...et, à ce titre, il veut "réduire la part du nucléaire de 75 à 50 % à l'horizon 2025" ...D'abord, il ne précise pas par quelle énergie la remplacer, alors que les besoins vont augmenter ...Et son Ministre Arnaud Montebourg le contredit en déclarant que "le nucléaire est une filière d'avenir" ...Qui croire ?... Par ailleurs, il veut procéder à une nouvelle tarification de l'eau, de l'électricité et du gaz ...Chacun sait que les entreprises concernées sont parmi celles qui, depuis de nombreuses années, réalisent les plus gros bénéfices dans le groupe des "Sociétés du CAC 40" ...Et chacun sait aussi que les prix vont augmenter pour les consommateurs...

 

   9. Il veut une "République exemplaire" et prévoit de "réduire de 30 % la rémunération du Président et des Ministres" (4ème partie - Article 47) ...Or elle restera tout de même à environ 13.000 € par mois , ce qui est encore confortable  ...et son gouvernement, avec 14 ministres de plus que le dernier gouvernement de son prédécesseur, coûtera plus cher au budget...

 

  10. Il veut "accorder le droit de vote aux élections locales aux étrangers résidant légalement e France depuis 5 ans"( 4ème partie - Article 50) ...Mais son Ministre Manuel Valls (encore lui) a pris le 18 octobre 2012 des dispositions simplifiant les limites données antérieurement aux "naturalisations" (maîtrise de la langue française, connaissance de la culture, détention d'un emploi stable) ...De quoi réjouir le Front National...

 

  11. Il veut "mettre en oeuvre une nouvelle sécurité de proximité" et "doubler le nombre des Centres Educatifs Fermés" (4ème partie - Article 52)...Mais sa Ministre de la Justice Christiane Taubira affirme "qu'il faut sortir du fantasme selon lequel les Centres Educatifs Fermés sont la solution en matière de délinquance juvénile" ...Peu importe apparemment que les honnêtes gens, et notamment les vieux, se fassent détrousser ...

 

  12. Il s'est engagé à un "retrait immédiat des troupes d'Afghanistan "(4ème partie - Article 59) ...Il a certes tenu parole, même si c'est sans grands égards pour les autre Etats concernés ...Mais il ...remet le couvert au Mali, suscitant une nouvelle prise d'otages ...

 

   Après cela, faut-il s'étonner que sa cote de popularité, 10 mois seulement après son élection, soit tombée à environ 30 % d'opinions favorables,...et que même les socialistes ne lui font plus confiance qu' à 44%... Un record !...Eh ! oui ! Il y a loin des paroles aux actes ...Le Président François Hollande en est conscient, puisqu'il annonce, après avoir salué le monde paysan au Salon de l'Agriculture en "tapant sur le cul des vaches" comme naguère son prédécesseur corrèzien Jacques Chirac, ...qu'il va faire le "Tour de la France" pour renouer avec les Français... Autrement dit, à nouveau des ...paroles ...

Pour quels actes ?...

 

 

 

(*) La présente analyse reprend le fascicule de François Hollande diffusé en France au début de l'année 2012 ...dans l'ordre de sa présentation


(**) Voir mon article précédent sur les Retraites

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Politique Intérieure
commenter cet article

commentaires

carlos Duvrait 07/09/2016 16:30

Plus besoin de banque, le prêt en ligne sans banque sûre et sécuriser.
Plus de besoins de banque, avant d'avoir un crédit
Vous avez besoin d'un financement pour votre maison, pour vos
Affaires, pour achat de voiture, pour l'achat de moto,
Pour la création de vos propres entreprises, pour vos besoins
Personnels plus de doute. Nous octroyons des crédits personnels
Allant de 2000 jusqu'à 1.000.000 avec un taux
D'intérêt nominal de 1,2 % quel que soit le montant.
Veuillez nous préciser dans vos demandes de prêt
Le montant exact que vous souhaiteriez et la date.
Veuillez nous écrire pour vos prêts personnels.
Réponse rapide : Carlosduvrait@yahoo.fr

Jean Daumont 11/03/2013 17:58


 Dictionnaire Robert - Edition 1973 - p 1140 - Une vingtaine de sens, dont :            


   8° - "qui correspond à l'ordre habituel"


Il ne faut pas faire d'anachronisme et juger les sociétés esclavagistes à l'aune de la société actuelle, du moins en Occident  ...L'ordre antique comportait l'existence d'esclaves qui
pouvaient être mieux traités que certains SDF actuels ...L'exploitation de l'homme par l'homme a perduré même quand l'esclavage a été aboli


 

Jacques Heurtault 10/03/2013 21:53


L'esclavage admis comme naturel? Sûrement pas par les esclaves! Mais peut-être par les esclavagistes ... Allez donc voir le dernier film de Quentin Tarantino "Django unchained". Cela se passait
aux Etats Unis il y a à peine plus de 150 ans, autrement dit hier à l'échelle de l'Histoire!


Il est écrit dans la Bible "Tu gagneras ta vie à la sueur de ton front"! Des petits malins ont cru qu'il serait moins fatiguant de gagner leur propre vie à la sueur du front des autres ... Nul
besoin d'aller chercher ailleurs je ne sais quelle explication!

Jean Daumont 10/03/2013 10:15


   Discussion intéressante, dont le vous remercie l'un et l'autre ...Mais j'apporte des réserves :


   - A J.Heurtault : D'accord sur les points 1 et 2...Mais l'Histoire n'a jamais été une science exacte, pour la raison simple qu'elle n'est pas une science et ne peut pas être
exacte...


   - A Loubomyr : D'accord sur votre perception de la relativité de l'Histoire ...Mais il faut veiller à ne pas faire d'anachronisme, ce qui peut conduire à l'histoire "mémorielle" :
ainsi en est-il de l'esclavage, qui est jugé inacceptable à notre époque, mais qui était admis comme "naturel" (?) de l'Antiquité (et vraisemblablement de la Préhistoire) aux Temps Modernes
...Quant au "Paradis Terrestre" des premiers temps, il s'agit d'une utopie...On n'en est plus à Rousseau, pour qui l'homme était bon de nature mais avait été perverti par la société ...

Loubomyr 08/03/2013 19:00


Pour faire suite à votre échange avec Jacques Heurtault on peut dire que le communisme originel était une belle idée, malheureusement pervertie et mal mise en oeuvre (suivant nos critères
occidentaux) par les bolcheviks, soviétiques et leurs satellites à tendance totalitaire. A l'autre bout de l'echiqueir idologique, le libéralisme originel est lui aussi une philosophie
séduisante, mise à mal par l'application qu'en ont fait les capitalistes anglo saxons et plus particulièrement les néo libéraux de l'école de Chicago qui ont assuré leur pouvoir hégémonique de
par le monde depuis trente ans.


En fait si vous étudiez l'Histoire des idéologies (Oeuvre colective sous la direction de François Chatelet) vous vous rendrez compte que toute idéologie prétend au départ améliorer le sort de
l'être humain puis se voit saisie par une minorité qui va alors la travailler, la triturer pour asseoir son pouvoir et dominer la majorité. L'articulation entre savoir et pouvoir existait déjà au
temps des prètres égyptiens ou des brhamanes hindous. La démocratie grecque assurrait la domination des citoyens sur les métèques et les esclaves. L'Eglise et les féodaux du moyen Age, sous
couvert de protéger les âmes et les corps assuraient en fait leur domination sur les autres "classes" sociales.


Cherchez bien des exemples de civilisation dans lesquelles les élites sont vraiment au service de la cohésion du groupe et vous verez qu'ils sont peu nombreux : shamans mongols et sibériens,
sorciers nord américains, chefs de certaines tribus sud américaines, Boshimans africains, aborigènes australiens. Tous ces peuples de chasseurs cueilleurs ou éleveurs nomades vivent dans des
conditions dificiles, en contact étroit avec la nature et en communauté réduite. Il semblerait bien que la sédentarité et le passage à la civilisation agricole créent le besoin de conserver,
d'accumuler des biens en prévision d'un futur incertain et par la même une organisation complexe àboutissant systématiquement à la règle des 80/20. Nous sommes maitenant trop nombreux pour
revenir à un état "primitif" mais il faudra bien trouver une eutre voie : l'écart entre les très riches et les très pauvres devient insupportable, les peuples au service de l'économie et non
l'inverse celà ne devient plus vivable. La mise en oeuvre d'une réelle civilisation du développement durable avec une gouvernance transversale,décentralisée mais régie par des lois et normes
universelles librement acceptées me semble être cette autre voie ; utopie aujourd'hui réalité demain, mais en attendant on va souffrir, les nouveaux barbares se nommant capitalisme financier,
hégémonie banquaire et recherche sans fin du profit au bénéfice de quelques uns et au détriment d'une immense majorité.