Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 23:03
   Dès la Préhistoire, les hommes manifestent une attitude particulière devant la mort par le rite de l'enterrement, qui les différencie des animaux ...En effet ce rite n'est pas seulement une nécessité sanitaire, mais la marque du "pressentiment d'un au-delà ", dans la mesure où les sites funéraires recèlent souvent des objets familiers ou des offrandes dont les défunts sont donc censés avoir besoin...

   Pour autant, les sites préhistoriques ne révèlent de croyance en un "Paradis" porteur d'un bonheur éternel, ni d'ailleurs de son alternative d'un "Enfer"condamnant à une souffrance sans fin, ...car les représentations rupestres sont limitées au cadre familier de l'existence humaine ...Il faut attendre la naissance des "civilisations" orientales à partir du 4ème millénaire avant JC pour qu'apparaisse cette notion de rétribution de l'action des hommes;,autrement dit d'une "morale" récompensant ou punissant chaque individu dans un "au-delà" en fonction de son comportement dans la vie "terrestre"...

   Et ce n'est donc pas par hasard que le mot même de "Paradis" est utilisé ...Car il est issu de l'Orient ancien, où le persan "Pairi danze" désignait un "Jardin clôturé" où la conjonction de la chaleur solaire et de l'eau produisait une végétation luxuriante qui frappait l'magination des hommes habitués aux grandes étendues de déserts et de steppes... Et les textes de Mésopotamie et de Perse évoquant les souverains honorant leurs visiteurs de marque en les faisant marcher dans leur "Jardin" trouvent un écho dans la Bible hébraïque avec le "Jardin d'Eden" :
   Genèse 2/8 : "Dieu planta un Jardin en Eden et il y plaça l'homme qu'il avait formé"
   Genèse 3/8 : "Dieu qui se promenait dans le Jardin d'Eden"
Ainsi est née en effet la notion de "Paradis Terrestre", lieu de délices dont Dieu chassa Adam et Eve après leur faute, suivant la légende biblique, ...commençant ainsi le cycle sans fin des faveurs et défaveurs attribuées aux Juifs au cours de leur histoire ...Et plus tard les Chrétiens, tout en reprenant la notion initiale de "Paradis Terrestre" y ajouteront, conformément à la promesse d'un "Royaume de Dieu" par Jésus, la notion finale de "Paradis céleste"...
   Ev. Luc 23/42 (Jésus s'adressant sur la croix au bon larron) : "Aujourd'hui, avec moi, tu seras dans le "Paradis"...

   Néanmoins, cette notion de "Paradis" ne se limite pas à la version des Juifs et des Chrétiens ...En fait, elle est présente sous différentes formes dans beaucoup d'autres sociétés humaines :
   - D'abord, il y avait eu pour les Grecs et les Romains le "Royaume d'Hadès", censé être dans les "Enfers" (au pluriel, c'est-à-dire au-dessous de la Terre, alors conçue comme un disque plat)... C'était un lieu jugé sinistre où les morts attendaient d'être jugés, les "justes" étant envoyés dans l'île des Bienheureux ou "Champs-Elysées", tandis que les "condamnés" étaient traînés vers le Tartare, connu pour ses tourments, comme celui de Tantale, incapable de saisir quoi que ce soit, ou encore les Danaïdes remplissant un tonneau sans fond...
   - De même il y a encore le "Veda" dans l'Inde où, en fonction d'un bon ou d'un mauvais "karma" qu'il a accumulé dans sa vie terrestre, le défunt revêt un "corps de jouissance" dans le "Vaikunta", c'est-à-dire le Paradis de "Vishnou", ...ou un "corps de tourment" dans les "7 enfers" ...Et bien entendu, il faut évoquer en Asie ...le "Nirvana" des Bouddhistes, auquel on accède par des étapes successives...
   - Et il y a également  le "Jardin d'Eternité" de l'Islam, où ceux qui ont plu à Allah - les justes mais aussi les martyrs morts pour sa défense - jouiront des plaisirs qui leur sont réservés, notamment par "les vierges aux grands yeux"...

   L'intérêt pour le Paradis est tel que même les archéologues ont essayé de retrouver la trace du Paradis terrestre dans le Moyen-Orient ...Comme la Bible évoque dans la Genèse "un cours d'eau dividé en quatre bras, le Pishon, le Guihon, l'Hiddekel ...et l'Euphrate", ils ont pensé que l'échec de leur recherche était dû à l'assèchement des cours d'eau ...sauf l'Euphrate, bien sûr (déjà le réchauffement climatique) ...D'autres ont fait des fouilles du côté du Mont Ararat en Turquie actuelle, puisque l'Arche de Noë s'y serait échouée : on y a trouvé des mégalithes vieux de 10.000 ans avec des figurations d'arbres et de serpents ...De quoi fantasmer ...Mais pas de traces de Paradis ... D'autres encore ont pensé à l'Arabie, puisque beaucoup de peuplades en sont sorties pendant l'Antiquité, mais l'hypothèse s'est perdue dans les sables... Il y a même un village troglodytique de l'Azerbaidjan dans le Caucase, Kandovan, dont une légende locale encore vivace prétend que Dieu lui avait confié le Paradis Terrestre ...Mais où l'a-t-il mis dans ce relief ...tourmenté ?...

   Finalement, tout paraît possible en matière de Paradis ...Les artistes de toutes les époques ne se sont d'ailleurs pas privés d'en donner des illustrations nombreuses dans leurs peintures, sculptures ou vitraux, avec des paysages bucoliques, des vergers florissants et des personnages angéliques ...Et ceci au point qu'un Concile - celui de Trente en 1545 - a voulu y mettre fin, en rappelant que "la Sagesse divine est ce que l'oeil humain ne peut pas voir"...

    Mais peut-on interdire aux hommes de rêver au Paradis, surtout s'ils mènent une vie ...d'Enfer ?...

  

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Esotérisme
commenter cet article

commentaires