Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 23:39
      Les élections régionales n'ont finalement pas apporté de bouleversements importants dans la situation politique de la France, puisque la répartition des Régions entre le "Droite" et la "Gauche", au terme du deuxième tour, est restée "grosso modo" la même qu'aux élections précédentes de 2004 où la "Gauche" était déjà largement majoritaire. Néanmoins, il convient d'apporter des nuances, car l'identité apparente des résultats se situe dans un contexte différent.

   - 1ére remarque : Maintien au deuxième tour d'un fort taux d'abstentions qui, même s'il repasse, avec environ 49 %, de justesse en dessous du seuil symbolique de la moitié du corps électoral, n'en est pas moins considérable et fait perdre de la signification et donc de la crédibilité aux résultats du scrutin, quels que soient les partis en présence, le "non-parti" des abstentionnistes étant de loin le "groupement" le plus important... Et cette confirmation d'un tour à l'autre, alors que les partis en présence avaient "battu le rappel", montre qu'il y a un "malaise" résultant à l'évidence de l'effet persistant de la crise économique sur la situation sociale (baisse du pouvoir d'achat, chômage) et poussant les électeurs à préférer l'indifférence à un choix clair entre la "Droite" et la "Gauche", autrement dit à traduire une baisse de confiance envers l'action "politique" jugée inefficace, voire contraire à leurs intérêts immédiats, quand il s'agit de de faire des "sacrifices" pour préserver l'avenir ...Mais l'argument n'est certainement pas décisif : les électeurs aiment en effet choisir des candidats "locaux" qu'ils connaissent, comme ils le font pour les députés dans les 577 circonscriptions des élections législatives au scrutin "uninominal" ...Et il est donc logique qu'ils se désintéressent plus ou moins des élections régionales où le scrutin de liste à la proportionnelle garantit à l'avance l'élection des ..."têtes de liste" - souvent inconnues - des principaux partis, la majorité des électeurs ignorant même le nom des Présidents des Conseils Régionaux ...Dans ces conditions, les élections régionales peuvent être considérées comme inutiles et superflues, et il n'est pas excessif de souhaiter que, dans le cadre prévu d'une réforme de la gestion "territoriale", elles soient supprimées, l'échelon "régional" n'étant plus qu'une "Communauté de Départements" préservant l'autonomie de ceux-ci pour les questions courantes (éducation, emploi, environnement, loisirs, etc...) et limitant son activité aux problèmes inter-départementaux (transports, routes, télécommunications, etc), ...cette répartition étant parallèle à l'équilibre entre les Communes et les Communautés de Communes...

   2ème remarque : il y a une victoire incontestable de la "Gauche" ...Celle-ci confirme son succès du premier tour - schéma d'ailleurs classique - atteignant même plus de 40 % en cas de triangulaire ...Mais ce succès reste limité, puisqu'il ne représente, en raison du pourcentage d'abstentions, qu'environ 20 % du corps électoral ...Et la "Droite" n'est pas écrasée, puisqu'elle réalise  un score honorable autour de 30 %, son recul étant dû essentiellement à la remontée du Front National, elle-même relative dans la mesure où son progrès est la conséquence d'un moindre abstentionnisme ...Il est clair que la "Droite" n'a pasElections-regionales-2010.jpg su conserver l'électorat que le Président Sarkozy avait réussi à capter au Front National...ce qui signifie que  "l'ouverture à gauche" a fait perdre des voix "à droite" sans en gagner manifestement "à gauche"...On peut même s'amuser à penser que , si le Front National n'avait plus existé, ses voix cumulées avec celles de la "Droite" aurraient donné à celle-ci la majorité dans la plupart des Régions...Mais ce n'est qu'une vue de l'esprit ...En l'occurrence, la Droite conserve l'Alsace et, sous réserve de confirmation, gagne même la Réunion et la Guyane (la Corse, avec ses "nationalistes", étant inclassable)  ...Ce n'est pas si mal, et il n'est pas possible d'approuver le Nouvel Observateur de vendredi dernier ayant pronostiqué, sur sa couverture : Sar..K.O. !...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Politique Intérieure
commenter cet article

commentaires

Jacques 27/03/2010 15:07


Alors, Cher Jean Daumont, dont j'apprécie toujours votre permanente extrême courtoisie, je vous envoie ce message:

 

jf.


DAUMONT Jean 27/03/2010 08:59


  Dans une discussion, il est normal de chercher à convaincre, mais il convient de respecter l'opinion des autres ...J'ai même fait de ce principe l'introduction générale de mon "blog" (dans
ce cas, les guillemets - mises à toutes les sauces - signifient que le mot ne figure pas dans le dictionnaire, du mopins celui de l'Académie Française !!!)... Votre "désaccord" (dans ce cas, il
s'agit de mettre un mot en relief) est donc pour moi totalement acceptable...
   Quant aux "italiques", elles sont couramment utilisées pour les citations...
   Mais attention, je pratique volontiers l'humour à la façon d'un "pince-sans-rire", et il faut se garder de me prendre toujours au sérieux...


Jacques 26/03/2010 23:41


Bon, nous ne sommes pas d'accord...
En revanche, je vous remercie (sans guillemets !) pour votre leçon de messagerie informatique.
Mais, tout en ne cherchant pas à hurler, (ce que je n'ai jamais fait dans ma longue vie, quelqu'en soit les circonstances) je ne vois pas pourquoi je me priverais des caractères gras mis à
ma disposition sur votre bloc-notes .....
Mais si vous avez eu mal aux oreilles en me lisant, je vous prie de m'en excuser.

jf.
Pour parfaire mon éducation informatique, une petite question:
Lorsqu'on utilise les caractères italiques, ça veut dire quoi ????


DAUMONT Jean 26/03/2010 16:56


 La "compétence" n'est pas "innée" ...Elle s'acquiert par des connaissances "théoriques" et des expériences "pratiques"...En ce qui concerne les "conseillers" et les "députés", leur
"légitimité" démocratique ne leur confère pas automatiquement la compétence,  l'essentiel étant alors qu'ils l' obtiennent le plus rapidement possible ...Quant aux électeurs, il y a
évidemment des gens qui sont compétents dans tel ou tel domaine, mais pas dans tous les domaines ...Discuter de la construction de routes au Conseil Régional ou de l'aménagement d'un prêt à la
Grèce à l'Assemblée européenne ...ne sont pas des questions relevant de la compétence directe des électeurs qui sont essentiellement préoccupés de leurs problèmes locaux ...Il vaut donc mieux que
les conseillers ou députés élus par eux désignent alors les représentants au Conseil Régional ou à l'Assemblée européenne en proportion des résultats de leur propre élection...et en fonction de
leurs "compétences"...

NB; L'utilisation des "guillemets" ne traduit pas une "incertitude" ...Elle est, surtout, dans un "débat", une manière de respecter son interlocuteur ...ce qui ne serait pas le cas en utilisant des
caractères gras qui, dans un message informatique, signifie "hurler" ...


jacques 26/03/2010 11:45


C'est tout à fait ce que je vous disais, vous n'aviez pas estimé, que je sache, avoir à débattre des élections européennes, ici même en juin 2009....

Pour le reste, vous uitilisez tellement de guillemets qu'on sent bien que votre thèorie est plutôt confuse et que vous n'y croyez guère vous même.
Notamment en matière de députés plus compétents que les électeurs.....
jf.