Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

1 septembre 2011 4 01 /09 /septembre /2011 23:53

   Les vacances sont par définition une période de repos où chacun oublie - en principe - ses préoccupations habituelles et où l'actualité elle-même perd de de son importance du fait que ses acteurs sont eux-mêmes en congé ...Tel n'est pas le cas cette année où, après un mois de juillet plutôt détestable avec les démêlés d'un DSK, on a connu au mois d'août passablement chargé d'événements dont l'incohérence a frappé l'opinion...

 

   - Cela a commencé de façon encore anodine par une "nouvelle" sportive : voilà qu'un club de football - le Paris-Saint-Germain - "acheté" par un nabab du Qatar, fait l'acquisition d'un joueur pour le montant pharamineux de 20 millions d'euros, et ce n'était qu'un début puisqu'à la fin du mois le montant des acquisitions s'est élevé à 90 millions d'euros ...Taper dans un ballon est, certes, un exercice sympathique ...et il faut distraire le peuple - résurgence du "Panem et circences" de la Rome antique - mais tout de même de telles sommes sont-elles raisonnables ...et ne faudrait-il pas, en France comme dans les autres pays concernés par ce sport , limiter ces dépenses, alors que le niveau de vie de la grande majorité des citoyens est loin d'un tel luxe ...Et pourtant l'homme de la rue qui paie cher sa place dans un stade n'est pas choqué, allant même parfois jusqu'à justifier ces acquisitions somptuaires qui peuvent permettre au club cher à son coeur de jouer les premiers rôles au détriment d'autres clubs plus méritants mais n'ayant pas de tels moyens ...Incohérence !...

 

   - Dans le même temps, on a appris qu'en raison d'une sécheresse catastrophique la famine s'est répandue dans la corne orientale de l'Afrique - notamment en Somalie, et les médias ont diffusé les images consternantes d'animaux morts et d'enfants aux joues creuses et aux yeux exorbités ...Or la Somalie est située près de la péninsule de l'Arabie ...et donc du Qatar ...Cet Emirat, qui investit largement dans un  club de football, ne pourrait-il pas - ne serait-ce qu'au titre d'une solidarité de co-religionnaires de l'Islam - venir en aide à ce malheureux pays ?...Et, au lieu de compter sur l'action d'urgence des Organismes Non Gouvernementaux (ONG), les ...gouvernements des pays riches ne pourraient-ils pas s'entendre pour l'envoi des produits de première nécessité, ainsi que leur distribution  car il est de notoriété que l'aide ne parvient pas toujours à destination, étant raflée ou revendue par des seigneurs de guerre, les "shebabs" ?...Et l'ONU ou, en son nom,  l'OTAN, aider ce pays à lutter contre ce brigandage et à s'équiper en vue d'une auto-suffisance, au lieu de donner la priorité à une lutte en Libye contre un dictateur méprisable, mais naguère courtisé - il est vrai - pour son pétrole ?...Incohérence !!...

 

   - Il est vrai que les "pays riches" - les Etats-Unis, les Etats de l'Europe, et désormais la Chine - ont actuellement d'autres chats à fouetter avec la crise boursière qui secoue les places financières et font craindre une récession économique ...Car beaucoup de ces pays ont une "dette publique" abyssale, comme la France qui, derrière les Etats-Unis, détient un triste record avec environ 1500 milliards d'euros ...et la crainte d'une "faillite" ayant déjà menacé l'Irlande et la Grèce conduit les gouvernements à pratiquer une politique d'austérité ...Dans le cas de la France, où il est difficile de revenir sur des "acquis sociaux" sans provoquer des troubles, c'est l'occasion de faire l'inventaire des insuffisances et abus accumulés depuis un demi-siècle - le plus souvent pour des raisons électorales et quels que soient les partis au pouvoir - en particulier les "niches fiscales", le nombre des fonctionnaires, les dépenses des collectivités locales, l'exemption ou la réduction de la TVA dans certains secteurs, le cumul de certaines allocations ...sans oublier le financement public des partis ou des organisations syndicales ... Mais on oublie qu'il y a la "finance de l'ombre", ce que les spécialistes appellent le "shadow banking", permettant aux citoyens les plus fortunés et aux multinationales de payer un minimum d'impôts : la "titrisation", les "produits dérivés", les "hedge funds" c'est-à-dire des fonds d'investissement animant la spéculation internationale...Et, dans le même temps, les classes moyennes sont surtaxées ...Incohérence !!!...

 

   - Mais le plus grave est peut-être l'inconscience de l'opinion publique, où la "morale" au sens social s'efface ...On en a eu un exemple en ce mois d'août avec la récurrence du problème de l'euthanasie, en raison de la décision d'un médecin de Bayonne d'abréger la vie de quatre patients âgés sans qu'ils l'aient demandé, contrairement aux dispositions de la loi Léonetti ayant limité cette pratique en 2005 à des cas précis soumis à l'accord préalable d'une commission réunissant les parties concernées (personnel de santé, psychologues, famille) ...Il n'est en effet pas possible de laisser à un seul médecin le pouvoir discrétionnaire de donner la mort ...à la fois contraire à la loi condamnant tout homicide et au "serment d'Hippocrate" prescrivant au contraire de sauver la vie, à la condition de ne pas aller jusqu'à l'acharnement thérapeutique quand l'encéphalogramme est plat ...Et pourtant, loin de manifester de la compassion pour la mort des patients, de nombreuses voix se sont élevées pour approuver le médecin ...A quand l'euthanasie systématique des personnes âgées ?...Où va-t-on ?...Incohérence !!!!

 

   Vraiment, en ce mois d'aôut, le monde n'a pas tourné rond ... Mais faut-il pour autant parler "d'effondrement moral", comme l'a proclamé le 1er Ministre britannique à la suite de violences inhabituelles dans certaines villes de l'archipel ?...Dieu (?) merci, il faut "raison garder", et conserver "de la mesure avant toute chose", surtout après un 20ème siècle marqué par les horreurs indicibles de deux gueres mondiales ...Peut-être n'y a-t-il eu pendant les "vacances" que des "bavures" imputables à la bêtise des hommes qui, il est vrai, est incommensurable ...même si les savants font descendre ceux-ci de "l'homo sapiens" - autrement dit l'homme intelligent et sage - et plus précisément encore de "l'homo sapiens sapiens" - doublement sage ! - ce qui est le comble de l'incohérence !!!!!...

 

  

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Jean Daumont 14/09/2011 09:49



Il n'y a effectivement pas de "convergence" possible sur un sujet aussi insondable que l'euthanasie ...Vous écrivez vous-même que "chacun ne s'exprime pas par rapport à une vérité universelle
mais par rapport à une culture, une religion et un vécu tout ce qu'il y de plus subjectifs"...Raison de plus pour ne pas se mêler, sans leur demander leur avis ou sans demande préalable de leur
part s'ils sont devenus inconscients, de "donner" (?) la mort à des patients, à fortiori de la part d'un médecin ne demandant même pas l'avis d'autres personnes...Et d'abord, qu'est-ce que la
"mort" ?...Ce n'est pas une question de culture, mais un mystère, dont personne n'est jamais revenu, sauf à croire les religions, et celui qui "donne" la mort ne sait pas ce qu'il donne...Le
"néant" ?...L'accès à un "au delà" ? ...Et peu importe "ce qui se fait" dans d'autres pays : ce ne peut pas être, de toutes façons, une référence...



Loubomyr 13/09/2011 13:41



L'attitude que nous pouvons avoir face à l'euthanasie procède de celle que nous avons face à la mort en général et s'explique par la culture qui nous a façonné. Un inuit, lorsqu'il se sentait
devenir une bouche inutile restait seul dans le blizzard pendant que le reste de la tribu cgangeait de camp. D'utres indiens d'Amérique du Nord se faisaient erriger une plateforme dans un arbre
pour y mourir tranquillement ... et puis on pourrait multiplier les exemples. Comme disait Montaigne : vérité en deçà des Pyrénnées, erreur au delà.Voud avez donc choisi là un sujet sur lequel l
y aura difficilement des convergences puisque chacun ne s'exprime pas par rapport à une vérité universelle mais par rappot à une culture, une religion et un vecu tout ce qu'il y de plus
subjectifs.Nous sommes façonnés par la pensée judéo chrétienne qui décrète que seul Dieu donne la vie et seul Dieu peut la reprendre. D'où le tabou sur le suicide et les polémiques actuelles sur
l'euthanasie. Je remarque que l'on fait beaucoup de bruit sur ce dernier sujet alors que nos voisins suisses ont su trouver des solutions qui ne les inquiètent pas plus que le cours du chocolat
ou le variations du marché horloger. On légifère et on se livre des combats idéologiques pour un nombre de cas finalement assez réduits en France alors qu'on ne fait rien pour cette épidémie
qu'est le suicide : 12 000 cas par an en France, beaucoup plus que les morts sur la route et ça n'interesse personne. Il y a là comme un problème!



Jean Daumont 04/09/2011 01:16



 Je comprends qu'un médecin puisse se conformer à une demande d'euthanasie d'un patient, même si déjà une réserve est possible, car il y a des cas où le patient, devant l'imminence de la
mort et l'incertitude de l'au-delà, prennent peur et se rétractent, s'il le peuvent encore...


 J'estime aussi que le médecin ne devait pas être emprisonné comme un criminel alors qu'il a fait preuve de compassion, ce qui n'est pas le cas, au contraire, des criminels de droit
commun...Il devait d'abord être déféré devant la chambre disciplinaire du Conseil de l'Ordre des Médecins,  si ce Conseil le jugeait nécessaire ...Car, de toutes façons, il y avait faute,
les patients n'ayant, sous réserve de confirmation, rien demandé...Même si la Loi Léonetti n'est pas une panacée - je répète qu'il ne peut pas y avoir de réglementation globale de l'euthanasie -
il est nécessaire qu'une Commission "ad-hoc" - et non un médecin isolément - en décide...


 Par contre, je n'accepte pas du tout l'argument concernant l'absence de plainte des familles. Dans un tel cas, on peut comprendre que des parents éplorés ne veuillent pas en "rajouter" pour
prolonger leur peine, conscients que cela ne ramènera leurs défunts...Et une plainte des membres de la famille - qui ne sont évidemment pas assermentés - peut être douteuse, car il peut y avoir
des raisons inavouées (attente d'héritage...)


  Comme l'a déclaré le Président de l'Ordre des médecins des Pyrénées Atlantiques, "on peut discuter indéfiniment de la fin de vie, mais la loi est la loi" qui interdit l'homicide,
c'est-à-dire de donner une mort non demandée...Si on met le petit doigt dans l'euthanasie, jusqu'où pourra-t-on aller ?...On sait ce que cela a donné dans le régime nazi..Or, dans une République
comme la France - patrie des Droits de l'Homme, comme chacun sait - il s'est trouvé un homme politique en vue - que je ne citerai pas, m'interdisant toute citation "ad hominem" - pour déclarer
naguère, en pensant aux hôpitaux surchargés et au déficit de la Sécurité Sociale, que la France ne pourrait pas supporter longtemps qu'on maintienne en vie des patients lourdement handicapés, à
fortiori s'ils deviennent plus nombreux avec le vieillissement de la population ...Je le répéte à nouveau :où va-t-on ?...



Jacques 03/09/2011 15:08



Cher Jean Daumont,


Je n'ai effectivement pas aimé votre paragraphe sur l'euthanasie ou plus précisément sur les réactions enregistrées quant à l'action du médecin de Bayonne.


Car vous ne vous êtes pas contenté de rappeler la "loi Léonetti" qui dès son adoption, après avoir suscité de grands espoirs lors de sa préparation, s'est révélée inadaptée et surtout inefficace.


Je note pour ma part que pour l'instant:


- le Conseil de l'Ordre des Medecins a refusé d'entamer des poursuites disciplinaires aussi bien que judiciaires,


- que la Justice a remis le toubib en liberté,


- ET SURTOUT, qu'aucune des familles concernées n'a porté plainte.


J'ajoute que j'ai trouvé particulièrement outrancière et déplacée votre petite phrase:


 


"A quand l'euthanasie systématique des personnes âgées ?...Où va-t-on
?."


Pour ma part, je n'entends nullement, si d'aventure je devenais un "légume" rester à la charge de ma famille
et de mes proches et j'ai déjà donné "instruction" à ma compagne, dans ce cas, de bien vouloir me transporter en Suisse où la "fin de vie" est permise.


Je réfléchis même au moyen d'officialiser cette volonté de ma part. Je pense ainsi confier cette "dernière
volonté" à mon notaire et à mon avocat.


 


jf.





 



Jean Daumont 03/09/2011 08:44



  Bonjour !... J'espère que vous avez passé de bonnes vacances ...et je vous salue comme le premier commentateur de "ma" Rentrée, ce qui est ...cohérent ...Ce qui l'est moins, c'est votre
réserve concernant mon paragraphe sur l'euthanasie, où je ne fais que rappeler la loi Léonetti qui apporte un cadre utile à ce problème qui, de toutes façons, ne peut pas avoir de solution
globale...