Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

24 novembre 2006 5 24 /11 /novembre /2006 09:35

   Je ne suis pas un de ces "grands patrons" ou "capitaines d'industrie" considérés comme "charismatiques" parce qu'ils ont réussi la "restructuration" d'entreprises, s'il y a lieu en "dégraissant" les effectifs du personnel... Je ne suis qu'un "béotien" sans "culture économique", autrement dit un modeste citoyen qui ne fait pas partie des Conseils d'Administration, même s'il s'agit d'une entreprise publique qui est donc un peu (très peu...) la sienne...

   En "bon" béotien, j'observe néanmoins la politique économique menée en France par les "responsables" ... et, en l'occurence, je suis sidéré par la stratégie qui a été menée dans ce qu'il faut appeler "l'affaire du mariage GDF-Suez"... Peut-être n'ai-je rien compris, justement parce que je suis un béotien, ...mais peut-être aussi y a-t-il des béotiens égarés parmi les "responsables", ne serait-ce qu'en application du calcul des probabilités...

   Avec mes "gros sabots", j'étais en droit de considérer qu'en cette époque de "mondialisation" rendant nécessaire la constitution de grandes entreprises ayant une envergure internationale, il convenait de constituer en France un "grand pôle énergétique" autour d' EDF et GDF, anciennement associés... Première surprise : il n'a été question que de créer à côté d'EDF, et donc en concurrence avec elle, un 2ème pôle énergétique regroupant GDF et la Compagnie de Suez, celle-ci s'étant diversifiée, notamment dans l'énergie, depuis son éviction ...du canal...

   Deuxième surprise : l'Etat - c'est-à-dire la "majorité actuelle" qui s'est faite la championne du libéralisme et donc du "désengagement économique" à l'opposé de "l'interventionnisme" socialiste - a fait de la fusion GDF-Suez un cheval de bataille... Le gouvernement, voulant une fois de plus - malgré l'échec cuisant du CPE - "faire le bien des gens malgré eux", a engagé un projet qui a donné lieu à une bataille politique sans précédent, s'agissant d'un problème industriel, puisqu'il a suscité un nombre record de ...137.000 amendements de la part de "l'opposition"... et ceci sans pour autant satisfaire beaucoup de membres de la "majorité" pour le moins réticents soit pour des raisons techniques, soit inévitablement pour des raisons électorales à 6 mois d'échéances importantes... En fait, il s'agissait surtout de "contrer" une OPA de l'italien ENEL sur Suez, ... ce qui signifie qu'en pleine "construction de l'Europe" on en revenait en France, sous prétexte de "patriotisme économique" à un "protectionnisme" d'un autre âge...La Commission Européenne ne s'y est d'ailleurs pas trompée, qui a exigé le respect des règles de la concurrence... Il est certain qu'en la circonstance, au lieu de "jouer franco-français", on aurait été mieux inspiré d'élaborer une "partition européenne"...

   Dernière surprise : on pouvait penser que GDF, établissement public nécessairement accoutumé au "dialogue social", avait consulté en temps utile les syndicats concernés, en application des règles officielles... Ce n'est pas le cas : alors que le projet de fusion était favorablement accueilli par les salariés de Suez, établissement privé...,les difficultés sont venues du côté des salariés de GDF, établissement public..., dont les syndicats viennent d'obtenir le report de la mise en place pour cause de non-respect des règles en matière d'information préalable...

   Bref, une affaire mal engagée, mal menée, et mal ficelée... avec, de surcroît, certainement des rivalités "personnelles" dissimulées derrière les congratulations "officielles" des responsables... Mais cela n'est pas vraiment étonnant... Déjà César disait des Gaulois qu'ils étaient "un peuple instable et querelleur"... et rien n'a changé avec la "douce France"... Même un "béotien" sait cela...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Economie et Société
commenter cet article

commentaires

Daumont Jean 29/11/2006 10:56

   Merci pour cette explication très... "éclairante" !... Une fois de plus, c'est la politique qui est..."obscure" !...

Jacques Heurtault 28/11/2006 22:14

Je vais essayer de résumer ma vision personnelle.1. EDF avait besoin d'argent frais que, normalement, l'actionnaire doit apporter .Mais l'Etat actionnaire n'a pas les moyens de mettre à la disposition d'EDF 7 milliard d'euros (il en faudrait ... 40 milliards).2. GDF doit être scindé d'EDF à cause des règles de concurrence européenne. Mais, ce faisant, GDF devient fragile ... face à ENEL qui a une revanche à prendre sur EDF (50% de l'électricité italienne est sous controle EDF).3. D'où l'idée que GDF fusionne avec SUEZ mais ..., et c'est là qu'interfère la politique, en respectant la parité 50%/50% (ce qui n'a pas de sens économique, Suez étant beaucoup plus gros que GDF).4. Les actionnaires de Suez ne veulent pas de ces conditions de fusion à parité. Ils l'ont fait savoir!5. Les salariés de Suez sont pour la fusion car ils en espèrent un alignement des protections sociales (la CGT Suez est POUR!).6. Les salariés de GDF sont contre pour des raisons politiques (CGT majoritaire, nettement).7. GDF a besoin d'argent frais pour mettre en place des stockages de gaz naturel en milieu non confiné (coûts estimés : plusieurs dizaines de milliards d'Euros), c'est à dire en milieu naturel "amélioré". Suez pourra apporter les capitaux nécessaires.8. Les actionnaires de Suez ont-ils aidés les "gaziers" à monter leur opération? Ils y ont intérêt!9. Si la politique "nationale" de de Villepin n'était pas venue interférer dans tout ça, l'affaire serait terminée de depuis longtemps.