Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 23:10

   Il paraît que la morale est actuellement une "valeur en hausse" (1), et il se trouve même de "bons esprits" pour demander qu'elle soit enseignée à l'école ...ce qui suscite , dans un pays "querelleur" comme la France, l'hostilité de ..."mauvais esprits" estimant qu'il y aurait ainsi un retour à ..."l'ordre moral" !...

 

   En fait, l'enseignement de la morale à l'école ne serait pas une nouveauté, puisque cette "discipline" était même considérée, il y a plus d'un siècle...,comme la mère de toutes les vertus, à l'opposé de l'oisiveté qui était la mère de tous les vices ...Elle était en effet la finalité de l'enseignement républicain voulu par Jules Ferry ...Sur la couverture du livre de Morale des écoles primaires rédigé par Louis Boyer, Inspecteur de l'Enseignement, il y avait la citation suivante : "Le suffrage universel exigeait l'instruction universelle, mais celle-ci n'est rien si l'éducation morale et civique ne vient la féconder"...

 

   Manifestement, si la morale est actuellement en hausse, c'est qu'elle a connu, au cours du 20ème siècle, notamment dans sa deuxième moitié, ...une baisse. Et cette baisse n'a pas été seulement le résultat de carences de l'enseignement, ...mais la conséquence d'une crise morale dans la société elle-même, en ce sens que celle-ci a perdu ou du moins négligé de plus en plus les règles de conduite nécessaires dans la vie des hommes et reposant sur la distinction essentielle entre le "bien" ,qui leur est utile, et le "mal", qui leur est néfaste...

 

   Mais cette distinction n'a pas toujours été conçue de la même façon au cours de l'histoire :

   - La préoccupation initiale des hommes a été la morale "individuelle" : ainsi, dans la Bible hébraïque qui a imprégné le monde de l'Occident, le Décalogue (2) fait l'inventaire des règles que "chaque" homme doit respecter : "Tu ne tueras point ...Tu ne voleras pas ...Tu ne commettras d'adultère ", etc ...Et poarallèlement, en Extrême-Orient, le Bouddhisme invite chacun à acquérir la sagesse ...Mais si la Morale est alors profondément liée à la Religion qui a pour mission de diriger le comportement des hommes, elle n'en est pas le seul apanage, puisqu'on la retrouve dans les prescriptions "laïques" données par les philosophes depuis l'Antiquité et s'étant souvent traduites par des "dictons" repris naguère par les instituteurs qui en faisaient l'objet de la 1ère leçon du jour avec une inscription à la craie blanche sur le tableau noir, avec des  pleins  et des  déliés : "Bien mal acquis ne profite jamais" ..."Qui vole un oeuf vole un boeuf" ...Qui toujours remet à demain trouvera malheur en chemin", etc...

   - Mais l'élargissement des relations au niveau des pays et du monde a conduit progressivement les hommes à une morale "sociale", c'est-à-dire à une conception où le "bien" comme le "mal" se situe essentiellement pour chaque homme dans son rapport avec autrui ...C'est déjà ce que le christianisme apporte avec les paroles de Jésus, précurseur inspiré : " Aimez vous les uns les autres" ...Et, deux millénaires plus tard, après maintes guerres, c'est le même souci de solidarité qui inspire le "socialisme", malheureusement souvent perverti qui ont voulu l'imposer par la force, comme si on pouvait faire le bonheur des hommes malgré eux...

 

   En effet, il n'y a pas de morale possible sans le respect d'un certain nombre de principes, et en premier lieu le respect de la liberté, qui figure au fronton de toutes les mairies de France, avec l'égalité et la fraternité ...On peut y ajouter les 4 vertus dites "cardinales" : la tolérance, la justice, la prudence et le courage ...sans oublier la lutte contre toute discrimination, car la morale ne peut pas être une simple affaire de principes , mais doit être pratiquée dans l'action ... Et c'est justement parce que les principes ont été oubliés ou négligés qu'une crise morale a pu apparaître, en France comme dans d'autres pays, mais il reste à savoir pourquoi les règles de conduite ont pu ainsi être oubliés...La réponse n'est pas simple :

   - Il paraît certain qu'une crise économique peut avoir un effet sur la morale :  Paul Hazard l'évoque dans son livre sur "la crise de la conscience européenne au 18ème siècle" ...La crise de 1929 engendre des régimes "totalitaires" en Italie et en Allemagne en raison de l'appauvrissement de la population ...Un dicton - encore un ! - dit "L'argent ne fait pas le bonheur " ...Certes ...Mais il peut y contribuer ...et en l'occurrence, la France a connu une période de prospérité - les "Trente Glorieuses" (à peu près entre 1950 et 1980) où il n'y a pas eu de conflits sociaux importants, les grèves étant plus une volonté de participer à l'essor économique qu'une traduction de la pauvreté, même si celle-ci était réelle pour ceux qui en étaient exclus (chômeurs, immigrés..) ...Et c'est précisément la crise économique, avec les délocalisations, les "dégraissages" de personnels, la "précarisation" des emplois, qui a détérioré le "pacte social", et rendu insupportable l'extension de la pauvreté ( réf:http://www.inegalites.fr/spip.php?article270) alors que la richesse était de plus en plus concentrée dans une minorité de familles (réf:http://fr.wikipedia.org/wiki/Richesse) aux revenus jugés parfois indécents...

   - Mais, pour autant, la morale ne peut pas être réduite seulement à des considérations économiques ...La richesse n'est pas nécessairement immorale, si elle apporte le "bien" au plus grand nombre de personnes et n'est pas confisquée pour des investissements non productifs et des rémunérations d'actionnaires, sans le moindre partage pour les salariés faisant vivre les entreprises ...autrement dit, si elle est répartie de de façon équitable, le bénéfice "économique" étant conjugué avec le progrès "social"...Comme l'écrit Emmanuel Fabert, vice-président  de la Société Danone, "une décision économique qui ne prendrait pas en compte sa dimension sociale est une barbarie; une action sociale qui ne tiendrait pas compte de sa dimension économique est une utopie" (3)...

 

   Oui, la morale a encore sa place, si elle est respectée ...Mais les hommes restent les hommes, et l'Histoire montre qu'ils l'ont souvent oubliée...

 

(1) Figaro Littéraire du 26 janvier 2012

(2) Exode - Ch 1 - Versets 1 à 17

(3) "Chemins de traverse" - Vivre l'économie autrement - Ed.Albin Michel

 

NB : Par un hasard tragique, l'élaboration de cet article a coïncidé avec cette tuerie horrible de Montauban et Toulouse, d'autant plus grave qu'on ne sait pas si l'assassin est un fou pervers ayant agi pour son propre compte ou un agent terroriste stipendié par une organisation internationale ...Ceci montre - hélas - que la "Morale" ne se limite pas à "ratiociner", mais peut comporter une "application pratique" beaucoup plus difficile à établir...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Morale
commenter cet article

commentaires

clovis simard 31/05/2012 22:50


Blog(fermaton.over-blog.com), No-30. - THÉORÈME DE L'IGNORANCE. - Le fruit de la JUSTICE.