Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 16:45

   Il ne peut être question de nier la gravité des attentats commis en France le 11 janvier 2015 dans le Journal Charlie-Hebdo à Paris, ainsi qu'à Vincennes, et ayant entraîné la mort de 17 personnes ...Mais, puisqu'on a fait le parallèle avec l'attentat du 11 septembre 2001 à New-York aux Etats-Unis contre les "Twin Towers", il paraît plutôt excessif de comparer les 17 victimes de Paris et Vincennes avec les milliers de morts de "World Trade center" de New-York...

 

   Or, plus d'un mois après les attentats du 11 janvier dernier, les médias continuent à les évoquer, et des fleurs continuent à être déposées devant les locaux et on revient à nouveau sur l'antisémitisme ...Et cela se traduit même encore par des interventions à l'Assemblée Nationale ...D'autant plus que le débat est relancé par des attentats similaires à Copenhague au Danemark ...

 

   Certes on peut comprendre qu'il y ait eu une émotion populaire traduisant l'attachement des citoyens aux valeurs de la démocratie contre toutes les formes de violence, mais justement on peut s'interroger sur la la persistance de cette émotion ...et la réponse n'est pas simple...

 

   Elle est - semble-t-il - la traduction d'un malaise en France ...Celle-ci a toujours été un pays d'immigration, et elle a toujours assimilé des populations diverses dans un "creuset" où les arrivants prenaient à leur compte ses valeurs fondamentales, qui sont celles de la République inspirées par la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789 ...Or les auteurs des attentats sont des gens qui ont vécu en France et ont profité des avantages qu'elle offre généreusement, notamment en matière d'allocations ...Ils y répondent, au nom d'une idéologie intolérable, par la violence ...En l'occurrence, il s'agit de musulmans, mais il ne convient de les stigmatiser tous, car la quasi-totalité d'entre eux sont des gens pacifiques scandalisés par l'interprétation terroriste faite de l'Islam ...Certes, l'Islam, à ses débuts au 8ème siècle, prônait la "Djihad", c'est-à-dire la Guerre Sainte contre les "Infidèles" et le monde entier devait lui être soumis, mais on n'en est plus là et la quasi-totalité des musulmans considèrent que l'Islam, ce n'est pas ça, c'est au contraire une religion de paix et de fraternité, ...et ils ne veulent pas être assimilés à ces "islamistes" qui décapitent leurs victimes ...à l'appel d'un nouveau et faux prophète, El Baghadi ... On parle de "Daech" et de "Boko Haram", qui veut dire en fait "contre l'Occident", c'est-à-dire contre ses valeurs ...La cible est donc définie : il faut rejeter celle-ci et revenir à des conceptions d'un autre âge, comme par exemple imposer aux femmes le port du "tchador" ou de la "Burka" ne laissant voir que leur yeux et les réduisant à un rôle secondaire, pour ne pas dire à une condition d'esclave au service de ces "Messieurs"...

 

   Il faut donc traiter ces forcenés pour ce qu'ils sont, c'est-à-dire des criminels,...comme autrefois on a traité les criminels qu' étaient les nazis ayant répandu leur peste brune sur une grande partie de l'Europe et éliminé un nombre considérable de juifs (la Shoah) et d'autres minorités ...Il n'y a qu'une solution : il faut les traquer partout, bombarder leurs repaires et les éliminer au nom même de l'Organisation des  Nations-Unies responsable du respect de la démocratie dans le monde ...Alors on pourra déposer des fleurs et vaquer à d'autres occupations ô combien plus importantes comme réduire la faim dans le monde...

 

 

 


Published by Jean Daumont - dans Actualité
commenter cet article
25 janvier 2015 7 25 /01 /janvier /2015 14:13

   Les remous apportés par l'affaire dite de "Charlie-Hebdo" et les grands rassemblements que ces remous ont entraînés ont pu faire croire que la France, devant une épreuve (?), avait retrouvé son unité...

 

   En fait, d'abord, ces rassemblements n'ont pas été vraiment unitaires, puisqu'une partie de la population en a été exclue, notamment ceux qui avaient voté aux récentes élections européennes pour le Front National, c'est-à-dire la "bagatelle" d'environ 25 % des votes déclarés...

 

   D'autre part, la France a toujours été dans son histoire un pays composite, en raison de sa situation à l'extrêmité occidentale du continent européen qui a entraîné des immigrations successives depuis les Francs, qui lui ont donné leur nom, jusqu'aux nord-africains venus du sud de la Méditerranée...

 

   Certes, ces arrivants sont devenus "français" dans le creuset du pays, la plupart volontairement, d'autres en raison du droit du sol et ils ont profité des avantages (allocations, par exemple...), même s'ils n'ont pas toujours assumé les inconvénients ...Actuellement on met en exergue le cas des musulmans qui seraient à part de la communauté en raison de leur religion, mais ce n'est pas nouveau : déjà au 16ème siècle, les protestants étaient mis à part pour un motif religieux et beaucoup furent même expulsés par la révocation de l'Edit de Nantes en 1685, la monarchie absolue de la "fille aînée" de l'Eglise catholique ne supportant pas qu'on ait une autre religion...

 

   Or on n'en est plus là ...Une très grande majorité des musulmans se comportent comme de vrais français, et il est même injuste qu'on dise d'eux qu'ils sont français "et" musulmans car  on ne fait pas par ailleurs la distinction entre français "et" catholiques ...Qu'ils soient musulmans ou catholiques, il s'agit de citoyens "français"...

 

   Car c'est finalement le comportement des individus qui fait ou non l'unité ...Ceux qui respectent les valeurs fondamentales du pays (liberté, égalité, fraternité, droits de l'homme et du citoyen...) contribuent à son unité ...Ceux qui ne les respectent pas rompent cette unité et il n'y a alors aucun scrupule à les expulser pour qu'ils aillent voir ailleurs s'ils trouveront de meilleures conditions de vie ...Comme disait naguère Michel Rocard, la France, même si elle a toujours été une terre d'immigration, n'a pas pour autant vocation à accepter n'importe qui...

 


Published by Jean Daumont - dans Politique Intérieure
commenter cet article
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 16:05

   La revue "Le Monde des Religions" vient de faire paraître dans son numéro 69 de Janvier-Février 2015 des articles rassemblés dans la page de couverture sous le titre "Les Fous de Dieu - l'histoire du Fanatisme"...

 

   En cette période d'agitation ayant suivi l'attentat contre le journal satirique français "Charlie-Hebdo",n'est certainement pas un hasard, car cet attentat a été l'illustration même du fanatisme ...Mais on ne saurait dire que le fanatisme n'est que le fait de la religion musulmane, ou, du moins, d'un groupe d'extrêmistes reprenant à leur compte la "Djihad" - la "Guerre Sainte" - naguère prônée par les disciples de Mahomet, ainsi que l'interdiction sous peine de blasphème de représenter en image la figure de Mahomet, à fortiori sa caricature...

 

   Or le fanatisme est loin d'avoir été le fait des musulmans, fussent-ils extrêmistes ...Il apparaît en effet que pratiquement toutes les religions ou croyances ont donné lieu au fanatisme, comme si tous les "croyants" devaient, par définition, rejeter, voire condamner et exécuter ceux qui ne croient pas comme eux ou qui ne croient pas du tout :

 

   - C'est le cas du judaïsme qui, non seulement, exclut toutes les autres religions, notamment le christianisme pourtant issu du même moule, mais rejette ses propres membres qui n'auraient pas dû revenir en Palestine à partir de la fin du 19ème siècle, parce que "l'Exil" avait été imposé par Dieu, et que les Juifs ne devaient y revenir qu'à la fin des temps...

 

   - C'est le cas du christianisme. Jésus avait prêché l'amour du prochain, la paix et la tolérance, mais en son nom, combien y-a-t-il eu de massacres ? ...D'abord les 3 croisades pour reprendre Jérusalem et la "Terre sainte" aux ...musulmans, puis la 4ème croisade le 13 avril 1204  pour le sac de Constantinople aux dépens des ...orthodoxes,  ...et puis en France, dans la nuit du 23 au 24 août 1572, le massacre de la Saint-Barthélémy au dépens des ...protestants, dans le cadre des Guerres de Religions...

 

   - C'est le cas de l'islamisme lui-même, bien avant les évènements actuels, quand fut désigné comme calife successeur de Mahomet, Ali, qui fonda le "chiisme", non reconnu par les conservateurs du "sunnisme", ce qui donna lieu non seulement à l'assassinat d'Ali, mais à des massacres internes de tous genres...

 

   - C'est le cas de l'hindouisme, pourtant considéré comme l'exemple même de la tolérance et de l'humilité ...On songe à Gandhi, le "Mahatma' (la "grande âme") qui fut massacré par un exalté le 30 janvier 1948 ...Or est arrivé au pouvoir en mai 2014 le Parti du peuple indien rejetant toutes les autres religions...

 

  - C'est le cas - un comble ! - du bouddhisme qui, pourtant, n'est pas une religion, mais une "morale" excluant donc tout fanatisme et prônant la non-violence et la compassion, le dalaï-lama en étant la personnification reconnue comme telle dans le monde ...Et pourtant il y a maintenant des "moines-guerriers" au Japon, à Ceylan, en Birmanie, ...où, d'ailleurs, il y a des conflits pêle-mêle entre bouddhistes, islamistes, hindouistes et chrétiens de toutes obédiences.?..

 

   Alors, le fanatisme, une spécialité de l'Islam ? ...Certainement pas ...C'est l'homme même qui, par sa nature, est responsable ...Et ceci depuis les temps préhistoriques où il tuait pour se nourrir, jusqu'aux guerres mondiales, aux persécutions (la "Shoah"...) du 20ème siècle et aux guerres localisées qui persistent encore en ce début du 21ème siècle et du 3ème millénaire ...Y-a-t-il une solution au fanatisme et à la violence toujours renaissants ? ...Hélas, certainement pas...

Published by Jean Daumont - dans Actualité
commenter cet article
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 14:30

   Depuis le début de l'année 2015, la France vivait dans un calme relatif, et les Français s'étaient même souhaité de bons voeux de santé, calme et prospérité ...eh ! bien, huit jours après, ils ont été servis, mais pas dans le sens où ils l'espéraient...

 

   D'un seul coup, le jeudi 8 janvier, un "drame" éclate ...Un attentat est commis à Paris, dans les locaux du journal satirique Charlie-Hebdo ...Evènement tragique et scandaleux, certes, d'autant plus qu'il frappait des journalistes ne faisant que leur travail , c'est-à-dire des dessins humoristiques commentés, avec le seul souci de se moquer de leurs contemporains se prenant peut-être parfois un peu trop au sérieux ...Donc attentat incontestable à la liberté de la presse et, à travers elle, à la liberté d'expression...

 

   Néanmoins, ce n'était pas le 1er attentat dans le monde, et l'Angleterre en particulier en avait déjà connu plusieurs, sans que cela entraîne un écho extraordinaire dans le monde...Tel n'a pas été le cas en France, où, comme une trainée de poudre, tout s'est enflammé (façon de parler...) ...Les Français se sont en effet déplacés en foule, à Paris et en province, les médias évoquant en grandes lettres "la liberté assassinée" et "un crime contre la liberté"  ...Et ils ont arboré un logo "Je suis Charlie" qui s'est même incrusté dans les écrans de télévision ...Et ce n'est pas tout : dans (presque) tout l'ensemble du monde, le logo "Je suis Charlie" a été repris, ...et des Chefs d'Etat et de gouvernement sont venus à Paris, sans considération de leurs conflits mutuels : ainsi au 1er rang du défilé voisinaient l'israëlien Benjamin Nétanyahu et le palestinien Mahmoud Abbas ...Un tel rassemblement de Chefs d'Etat et de gouvernement, cela ne s'était pas vu depuis la Libération, dirent les commentateurs ...Et les Français n'étaient pas en reste, puisque Nicolas Sarkozy et François Hollande étaient l'un derrière l'autre, ce qui symbolisait l'union nationale, du mois presque, puisque Marine Le Pen, pourtant reçue comme les autres responsables politiques préalablement à l'Elysée, se vit inerdire d'y participer ...Un accroc à l'unanimité d'autant plus fâcheux que, dans le défilé, il y avait des représentants étrangers comme ceux de l'Algérie et du Gabon qui ne brillent pas particulièrement par leur caractère démocratique...

 

   Maintenant, alors que la flambée commence à s'éteindre, le temps est venu de s'interroger ...Si, en France, on s'est ainsi levé, c'est qu'il y avait des raisons ...Assurément, la mise en cause de la démocratie et de la paix ...menacée par qui ?...Les yeux se tournent évidemment vers le Moyen-Orient, où, avec l'Etat islamique (Daech), sont apparus des "sauvages" décapitant ceux qui s'opposent à eux et ne reculant devant rien pour appliquer à leur façon la "Djihad", c'est-à-dire la Guerre Sainte, en l'occurrence contre l'Occident et ses valeurs, ...au grand dam de la quasi-totalité des musulmans habitant en Europe consternés par ce détournement de  l'Islam qui, certes, a été autrefois celui de  la "Djihad", mais est maintenant et se veut une religion de la paix et du bonheur...

 

   Alors, pourquoi cette violence ?...A un tréfonds de violence qui, dans ce pays d'Irak, a autrefois été dans l'Antiquité l'Empire assyrien qui, dans les terres conquises, passait les populations par le "fil de l'épée" ?...Ou à des raisons plus contemporaines ? ...Les Occidentaux, et notamment les Américains, n'ont cessé d'intervenir dans les affaires du Moyen-Orient au 20ème siècle, le plus souvent pour des raisons de profit (le pétrole, par exemple), d'une façon que les Occidentaux n'auraient jamais toléré si on en avait fait autant pour eux ...Alors, un peu de modestie ...Je suis Charlie, c'est vite dit...

 

  

Published by Jean Daumont - dans Politique Intérieure
commenter cet article
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 11:12

   C'est le moment des voeux, et le Président de la République François Hollande a dit qu'il faut "avoir confiance en nous-mêmes" et que "la France n'est pas une nostalgie"...

 

  On peut avoir un parti-pris pour ou contre François Hollande, mais il faut bien convenir qu'il a raison sur ce point : la France n'est tout de même pas "malheureuse" si on la compare à d'autres pays du monde : elle a un des niveaux de vie les plus hauts de la planète,  même si elle vient de reculer du  4ème au 5ème rang, et même si ce niveau de vie est inégalement partagé par tous ses citoyens ...De surcroît, elle a un système de solidarité enviable, comparé à celui de la plupart des autres pays...

 

   Bien sûr, il y a toujours le chômage et  François Hollande - à en juger par son impopularité actuelle (moins de 20 % d'opinions favorables) pâtit de ne pas avoir réussi son pari d'une inversion de la courbe du chômage avant la fin de l'année 2013 qui avait contribué largement à son élection en mai 2012 ...Certes la France n'est pas dans un "âge d'or", mais il y a tout de même eu au cours du 20ème siècle des progrès considérables, avec la Sécurité Sociale, les droits accordés aux femmes par le Génétal De Gaulle en 1945, et l'assurance chômage, malgré ses limites...

 

   Et si les Français étaient si malheureux, comment pourraient-ils se ruer aussi nombreux sur les routes aux vacances de Noël et de Nouvel An, en râlant même parfois contre l'inefficacité de services publics débordés ? ...Ils feraient mieux de râler contre les insuffisances de l'école et leurs propres insuffisances de parents - souvent des familles recomposées - qui n'accordent pas à leurs enfants tout le temps nécessaire ...Etre citoyen ne se limite pas à payer ses impôts et à être un "consommateur" ...Et si l'on veut formuler des voeux, ce doit être de se montrer moins passif et de participer à une politique contre ce qui paralyse l'activité, par exemple mettre fin aux fameuses 35 heures de Martine Aubry, cesser d'augmenter les impôts nationaux et, à défaut, locaux, bref de redonner confiance au pays non pas par des paroles, mais par des actes, afin qu'il croit à son avenir...

 

NB. Le présent article a été retardé par une panne d'un ordinateur fixe, nécessitant le recours à un ordinateur portable.

Published by Jean Daumont - dans Politique Intérieure
commenter cet article
25 décembre 2014 4 25 /12 /décembre /2014 15:00

   Noël  ...C'est le renouvellement d'un cycle ...Dès l'Antiquité, l'Eglise en a fait la célébration de la naissance de Jésus-Christ ...Mais les Evangiles eux-mêmes révèlent que Jésus-Christ - dont l'existence historique a été certifiée - n'est pas né en cette période de décembre qui, d'ailleurs, était alors le dixième mois de l'année julienne commençant en mars ...Simplement l'Eglise avait alors eu la volonté de substituer au culte païen de "Sol invictus" - le "Soleil remontant" - le culte chrétien de Jésus-Christ inaugurant par comparaison une nouvelle ère...

 

   Par ailleurs, même si les Eglises - orthodoxe, protestante et catholique de toutes obédiences - célèbrent la naissance supposée de Jésus-Christ le 25 décembre et en font le jour de "Noël" - "Natalis Dies" - le Noël populaire lui-même, avec son imagerie de "Père Noël", sa houppelande, son panier dorsal et le sapin, n'est qu'une tradition récente ...et commerciale, importée des Etats-Unis au 19ème siècle ...avec tout son falbala de guirlandes et de boules, sans oublier les souliers devant la cheminée ou ailleurs, faute de cheminée ...pour recevoir les cadeaux ...Car Noël, en dehors de toute autre considération, est une fête familiale qui rassemble...

 

  Mais ce rassemblement doit être aussi une occasion de réfléchir, au delà de la famille, à la solidarité entre les hommes ...C'est d'ailleurs le moment où les associations caritatives, compte tenu du mauvais temps, s'activent le plus pour aider les gens en difficulté et leur offrent un "Noël" ... Plus largement, c'est le moment où les hommes devraient penser à mettre fin à leurs divisions et chercher à se réunir pour le bien commun... Utopie, bien sûr, mais est-il interdit de croire au Père Noël ?...

Published by Jean Daumont - dans Actualité
commenter cet article
17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 16:12

  Ainsi donc, on remet ça ...alors que la plaisanterie dure depuis plus de deux siècles, quand l'Assemblée Constituante de la Révolution décida en 1792 d'en finir avec les anciennes "provinces" issues d'un lointain passé pour créer des "départements" - mot signifiant simplement "divisions" et représentant des territoires où tout citoyen pouvait alors en principe se déplacer pour un aller et retour en un seul jour à cheval ou en voiture à cheval...

 

   Certes, la justification des départements n'a plus sa raison d'être, mais il se trouve qu'ils ont depuis plus de deux sièclespris racine dans l'opinion des citoyens , pour qui ils restent , au même titre que pour les  communes la référence, quil s'agisse d'élections  ...ou de plaques minéralogiques que certaines voitures portent encore, même si s'est généralisée une numérotation maintenant incompréhensible ...On était du "Nord", du "Pas-de-Calais, de l'Oise, de l'Ile-et-Vilaine, etc...

 

   Mais qu'à cela ne tienne !...On veut faire disparaître les départements ...Et, à leur place, on avait d 'abord institué entre 1954 et 1963 des "Régions" ...A la rigueur, on pouvait l'accepter, car il n'était pas inutile de regrouper des "compétences" dans certains domaines comme les transports nécessitant des liens interdépartementaux ...Mais, déjà, c'était le désordre, notamment pour l'Education puisque, l'école restant aux communes, le  Collège était géré par le Conseil général du Département et le Lycée par le Conseil Régional, l'enseignement supérieur relevant pour sa part de l'Etat...En principe, déjà, les Régions auraient dû permettre des économies de personnel ... Ce n'était pas le cas ...Au contraire, on avait accru le nombre des fonctionnaires territoriaux !...

 

   ..Et maintenant, voici les "Grandes Régions" ...Certaines peuvent paraître acceptables, car elles ressuscitent les anciennes provinces, comme la Normandie regroupant la Basse et l'Ancienne Normandie avec leurs départements, ou encore la Bretagne avec les siens, mis à part le problème de la Loire-Atlantique, avec le château des ducs de Bretagne à Nantes ...Mais d'autres regroupements sont saugrenus, comme la Grande Région "Alsace-Lorraine-Champagne...Déjà, la Lorraine, d'influence française, n'a jamais vraiment sympathisé avec l'Alsace, d'influence germanique (avec l'occupation allemande 1914-18 et 1940-45, même si certains habitants se sont alors réfugiés en France) ...Mais que dire alors d'Aquitaine - Limousin -Poitou - Charente ? Quel rapport entre Poitiers et Saint-Jean de Luz ?...

 

   S'y ajoute - paraît-il - une question de nom ...S'il n'y a pas de problème pour la Normandie, que penser des autres "Grandes Régions" ? ...Faudra-t-il les désigner comme PACA (Provence-Alpes-Côte d'Azur) ? ...C'est-à-dire NPDC, ALPC, ACAL, LRMP, etc ...CQFD !...Il paraît que des experts y réfléchissent ...Serons- nous des NPDCistes, des ALPCistes, des LRMPistes ?... Et tout cela sans une réduction notoire du nombre des élus, attachés à leurs avantages (seulement une économie éqivalente à 1 euro par Français), mais avec une augmentation des coûts de fonctionnement (par exemple une harmonisation des couts de personnels, par le haut, bien sûr !) ...De qui se moque-t-on ?...

 

Published by Jean Daumont - dans Politique Intérieure
commenter cet article
12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 17:04

   La condamnation de la commission sénatoriale américaine sur l'usage de la torture pose le problème du comportement que l'on doit avoir pour se conformer aux règles de la société où l'on vit.

 

   Evidemment, le comportement des autorités en place ne peut être qu'appliquer cette violence ou cette torture dans les régimes dictatoriaux, comme ont pu l'être le régime nazi pendant la guerre 1939-1945 ou encore le régime de Franco en Espagne avant, pendant et après cette guerre, et comme l'est, hélas, aussi, le régime contemporain de "l'Etat islamique" du nord de l'Irak, où des responsables infâmes n'hésitent pas à décapiter et à violer...

 

   Mais, malheureusement, violence et torture ne sont pas inconnues ou ne l'ont pas toujours été dans des régimes dits démocratiques ayant pourtant affirmé leur attachement aux droits de l'homme, comme la France elle-même lors de la guerre d'Algérie, le Royaume-Uni dans sa lutte contre l'IRA irlandaise ou, en l'occurrence, les Etats-Unis avec les violences commises par la police lors de manifestations.

 

   L'argument a pu être qu'en exerçant violence ou torture on pouvait obtenir des renseignements permettant d'éviter des violences ou tortures de la part de terroristes à l'égard de leurs victimes, et d'éviter ainsi des actes horribles comme les décapitations subies par des otages américains, britanniques ou fra,çais ...Argument fallacieux, car il n'est pas prouvé que la torture subie par des terroristes dissuade leurs sinistres collègues  ...au contraire elle peut les encourager à continuer pour susciter la peur et donc obtenir ce qu'ils veulent, c'est-à-dire la libération d'otages contre des rançons leur permetannt de continuer leur inqualifiable besogne...

 

   Alors, que faire ?...Prendre des décisions, comme l'a fait l'ONU en ratifiant une convention contre la torture comme l'ont fait 156 pays appartenant à cette organisation ?... Mais non seulement l'ONU n'a pas les moyens de l'appliquer, mais les terroristes s'en moquent épardument ...Quels sont les moyens restants ? Faire la prévention de tels comportements, au moins dans les pays démocratiques, en dissuaduant les responsables pouvant utliser la violence et la torture ? ...Mais c'est oublier que, dans l'opinion, la brutelité envers des criminels n'est pas jugée nécessairement condamnable au regard de ce qu'ils ont fait ...Alors quoi ? ...Imposer aux criminels des peines dissuasives qui, à défaut de la peine de mort, peuvent être des condamnations à perpétuité ...Mais, du moins en France, la perpétuité, c'st tout au plus 18 ans, et encore, à partir de la moitié de cette peine, il peut y avoir une libération pour "bonne conduite" (en prison ?!)...

 

   Autant dire, toujours et au moins en France, la lutte contre la torture et la violence passe d'abord par une réforme de la justice, afin que les "valeurs" l'emportent sur des considérations morales trop indulgentes envers les condamnés ...On ne vit pas dans une humanité de la douceur ...Une récente enquête montre que la torture reste endémique dans plus d'un pays sur deux dans le monde...

 

 

 

Published by Jean Daumont - dans Actualité
commenter cet article
6 décembre 2014 6 06 /12 /décembre /2014 14:46

   Ainsi donc, avec la "Gauche" au pouvoir, on remet ça ! ...Il faut en finir avec les notes à l'école, c'est-à-dire en revenir à cette pédagogie soixante-huitarde selon laquelle tout ce qui est "stigmatisant" est condamnable ...Cette pédagogie rejoint la philosophie ou prétendue telle, dite la "théorie du genre", suivant laquelle il n'y a plus de différence entre les filles et les garçons (?) ...Tout le monde, il est beau, tout le monde, il est gentil, ...Vive l'égalité !...Comme le dit le texte du Conseil Supérieur des programmes, ..."entre évaluation formative et sommative (sic), il faut en amont et en aval des descripteurs variés (re-sic) pour rendre explicite le niveau de maîtrise atteint par un élève et son écart - positif ou négatif - à un niveau atteint (re-sic)" ...Tout cela est du sabir et personne, sauf les initiés, n'y comprend quoi que de soit, mais ce n'est pas grave, car moins c'est compréhensif, et apparemment plus c'est intelligent !...

 

   Plus intelligent, en effet, serait le fait de remplacer l'évaluation-sanction par l'évaluation bienveillante ...car on ne martyiriserait plus les élèves par des notes ....La preuve en est d'ailleurs dans l'état lamentable où sont actuellement les anciens élèves devenus adultes que nous sommes après avoir subi l'éducation reçue des "hussards noirs de la République" du début du 20ème siècle, où il y avait les notes, mais aussi les classements et, pire encore, le bonnet d'âne au fond de la classe !... C'est pourquoi on a trouvé l'astuce - déjà trouvée en 1968 - d'une évaluation par lettres, à cette différence près qu'en 1968 il y avait 5 lettres - ABCDE - tandis que maintenant il y aurait 6 lettres - ABCDEF - ...Génial !...Comme le dit Luc Ferry, ancien Ministre de l'Education, qui doit savoir de quoi il parle : "c'est stupéfiant de niaiserie !" ...En effet les maîtres, soucieux d'apporter légitimement des nuances, n'auront rien de plus pressé que d'ajouter des "+" et des "-", ce qui fait qu'il y aura A+, A-, B+, B-, etc ...jusqu'à F-, soit 12 nuances ...Autrement dit, on passera de 20 nuances à 12 ...Quel progrès ! ...Sans compter que les parents, habitués à une notation sur 20, se livreront à des comptes d'apothicaire pour savoir à quoi par exemple 5 sur 12 correspond une note sur 20 !...

 

   Et ceci parce que les notes seraient, comme ironise encore Luc Ferry, "le reflet de la société de compétition capitaliste et qu'elles seraient un appareil idéologique d'Etat destiné à sélectionner les "héritiers" et installeraient la logique néo-libérale de la rentabilité compétitive dans les classes" ...Et il ajoute avec raison : "Si on supprime la notation dans le cadre scolaire, la réalité post-scolaire se chargera de la rappeler, et de manière autrement plus dure" ...

 

Published by Jean Daumont - dans Education
commenter cet article
22 novembre 2014 6 22 /11 /novembre /2014 16:00

   La prochaine élection présidentielle - celle-ci étant devenue le rouage essentiel de la vie politique en France - aura lieu seulement dans deux ans et demi, mais, en raison des sondages actuellement catastrophiques pour le Président François Hollande, les principaux leaders de la Droite se mettent en ordre de bataille ...Après François Copé ...François Fillon ...Alain Juppé ...et, bien sûr, Nicolas Sarkozy, dont le retour sur scène est de plus en plus probable, ...sans compter Marine Le Pen "recentrée" par rapport aux excès de son père Jean-Marie...

 

   Encore faudrait-il que ces concurrents apportent quelque chose de nouveau et ne reprennent pas les vieilles antiennes ...Naguère, sous François Mitterrand et Martine Aubry, la Gauche avait prétendu apporter le "progrès", notamment par la loi des 35 heures, et la Droite, revenue au pouvoir à partir de 1995, avait fait preuve d'inertie, voire de faiblesse, en maintenant cette loi, pourtant génératrice de stagnation économique et de chômage ...On pourrait donner d'autres exemples, comme l'impôt sur la fortune pouvant atteindre une partie de la classe "moyenne"...

 

   Cette fois, avec l'arrivée de François Hollande au pouvoir en mai 2012, il s'agit d'abord de problèmes "sociétaux" ...Conformément au "31ème engagement" de celui-ci avant son élection, il n'est plus question que de "mariage homosexuel" (les homosexuels n'avaient rien demandé...), de PMA et GPA, avec les problèmes d'adoption ...L'homosexualité n'est pas en cause ...Elle était depuis longtemps "décriminalisée" et plus personne ne l'évoquait comme un problème ...Alors pourquoi en avoir fait de nouveau un débat ?...

 

   Or la "Droite", avant même d'être revenue au pouvoir, ce qui n'est d'ailleurs pas certain, est déjà en train de se déchirer sur ce problème, comme s'il n'y avait pas de problèmes plus importants ...Pour les uns, il faut abolir la loi Taubira, pour d'autres il faut l'aménager, comme s'il y avait un choix pour cette loi aboutissant à la "déconstruction" de la famille, qui est pourtant la base élémentaire de la société...

 

   Un livre récent "Le Suicide français" d'Eric Zemmour a pourtant dénoncé la décadence menaçant la France...La "Droite" n'a t-elle pas mieux à faire qu'à s'occuper de ces problèmes de sexualité préoccupant la "Gauche" ?...Va-t-elle recommencer les mêmes erreurs qu'après 1995 ?...

Published by Jean Daumont - dans Politique Intérieure
commenter cet article