Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

15 août 2014 5 15 /08 /août /2014 14:29

   La France est le pays des Droits de l'homme depuis la Révolution de 1789, même si l'application de ces droits a pour le moins été irrégulier depuis plus de deux siècles ...En effet non seulement ces droits ont été oubliés, voire proscrits, en diverses circonstances de pouvoir autoritaire, mais, dès l'origine, ils n'ont pas impliqué les Droits de la femme, celle-ci ayant continué à avoir sur le plan civil la situation d'une mineure sous l'autorité de son mari, jusqu'à ce qu'en 1946, le Général De Gaulle, alors chef du gouvernement provisoire, lui accorde l'égalité avec son mari ou comme célibataire sur ce plan civil...

 

   Sur le plan civil, certes ...mais non sur le plan "naturel" ...Car la nature fait que la femme porte l'enfant de son mari ou de son compagnon pendant la gestation ...Or on n'en est plus là ! ...Comme on n'arrête pas le progrès ou supposé tel (?), il y a maintenant de plus en plus de cas où un un homme, une femme ou un couple désireux d'avoir un enfant "engage " une femme (car ça ne peut pas être un homme !) pour porter l'enfant durant tout le temps de la gestation, l'enfant étant remis au "client" à son terme...

 

   On peut passer - légèreté d'ailleurs coupable - sur le fait qu'une mère porteuse s'attache à l'enfant qu'elle a porté, car il y a des exemples de conflit dans ce cas ...Mais il n'est pas possible d'admettre une pratique faisant que certaines femmes - parce qu'elles ont des moyens financiers - se donnent le luxe de ne pas porter un enfant, tandis que d'autres - ayant besoin d'argent - seraient comme des "vaches à l'engrais" c'est-à-dire au niveau d'un prolétariat de gestation...

 

   Il n'y a donc rien à redire au fait qu'en France la "Gestation pour Autrui" (GPA) soit toujours interdite et à ce que la Cour de Cassation ait récemment refusé d'inscrire sur l'Etat-Civil en France des enfants issus, à l'étranger, de mères porteuses ...Or la Cour Européenne des Droits de l'Homme (et donc apparemment pas des Droits de la Femme) a condamné la France, en juin 2014, parce qu'elle s'en était tenue à la position de sa Cour de Cassation, condamnation ayant suscité des protestations émanant de toutes obédiences politiques, de droite comme de gauche puisqu'il y a même eu parmi elles des personnalités socialistes comme Jacques Delors ou Lionel Jospin ...

 

   Ces protestations étaient légitimes car, si l'on accepte l'inscription sur l'Etat-Civil en France d'enfants nés à l'étranger de mères porteuses, autant dire que le contrat de mère porteuse est validé, ce qui serait en contradiction avec l'interdiction de la Gestation pour autrui en France ...La Gestation pour Autrui, bien qu'interdite, deviendrait licite...

 

   Les protestations étaient d'autant plus valables  que les personnalités les ayant formulées avaient en même temps demandé qu'une convention internationale interdise la pratique des mères porteuses, empêchant ainsi toute manipulation d'un pays à un autre ...Et, à y bien réfléchir, une telle convention ne serait pas une nouveauté puisque le Conseil de l'Europe, lui-même, s'est déjà opposé naguère à la traite des êtres humains ...Et le trafic des mères porteuses est-il si différent de cette traite ?... Oui, vraiment, les Droits de la Femme doivent être défendus !...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Discrimination
commenter cet article
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 15:06

   Le monde n'a jamais été pacifique et l'Histoire est émaillée de tous les conflits qui n'ont jamais cessé de s'y produire ...Mais il avait gardé une certaine cohérence en ce sens qu'il y avait une certaine logique, même pour les conflits : dans l'Antiquité  les Grecs contre les Perses, puis les Romains contre les Germains, ...au Moyen-Age, la France contre l'Angleterre, notamment dans la Guerre de Cent ans, ...aux Temps modernes, la lutte de la France contre la Maison d'Autriche, puis après l'épisode napoléonien de la lutte de son Empire contre l'Empire russe des Tsars, les guerres qui ont opposé notamment la France contre la Prusse ou l'Allemagne dans 3 guerres successives 1870-71, 1914-18 et 1939-45, enfin à l'époque contemporaine, la division du monde en 2 blocs - le monde libéral et le monde communiste - avant que ne s'opposent les pays dits "développés"  - en gros un monde englobant l'Europe, l'Amérique du Nord, l'Australie et la Chine - et le monde des pays "sous-développés", regroupant l'Afrique centrale et la plupart des pays d'Amérique du Sud et du Centre...

 

   On n'en est plus là ...car des pays de plus en plus nombreux ont "émergé", à l'exemple de la Chine, d'abord sous-développée avant 1948, avant de devenir maintenant la 2ème puissance économique du monde après les Etats-Unis, et en fait même la 1ère si on considère qu'elle détient une réserve d'environ 2.500 milliards de dollars et que les Etats-Unis sont largement endettés avec elle ...Les autres pays "émergés" comme l'Inde ou le Brésil ont même créé leur propre Banque de développement face au Fonds Monétaire International (FMI) et à la Banque mondiale, d'origine occidentale, et ils sont de moins en moins pressés de se soumettre aux contraintes des mesures que les anciennes puissances veulent imposer à divers titres, notamment la lutte contre le réchauffement climatique qui freinerait nécessairement leur expansion économique...

 

   C'est donc un nouveau monde qui se prépare ...Un monde qui ne sera plus l'ancien monde qui s'était élargi au nouveau monde à partir du 16ème siècle, mais un monde dont on ne perçoit pas - ou du moins pas encore - l'organisation future ...Un monde qui, pour le moment, apparaît comme abracadabrant ...Comment, et notamment avec quelles institutions renouvelées, remettra-t-on de l'ordre dans ce monde de plus en plus incohérent ?...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Polit. internationale
commenter cet article
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 17:40

   Il en va des sociétés humaines comme de toute la nature ...Il y a sans arrêt des changements qui sont un élément inévitable du temps ...Si rien ne changeait, et si tout était fixe, il n'y aurait plus de vie et plus de conscience pour s'en rendre compte ...Tout se condrait avec rien...

 

   Pour autant, il n'est pas nécessaire de changer tout le temps, car on finit par ne plus savoir où l'on en est, à en avoir le tournis, et donc à ne plus avoir conscience de tout ...et de rien...

 

   C'est le dilemme où le gouvernement actuel de la France met les citoyens français ...Certes, il n'a pas inventé le principe de la "réforme" et, à chaque période de son histoire, la France a connu des réformes, mais il y avait des limites ...C'est si vrai que, dans leur langage même, les Français marquaient leur suspicion à propos des réformes : en matière religieuse, au 16ème siècle, le nom de "réformés" était synonyme de "pestiférés" pour une majorité de la population ...de même, plus tard, au 19ème siècle, avec le service militaire obligatoire, le mot de "réformé" était devenu l'équivalent de "planqué" ou de "tire-au-flanc", même s'il correspondait à des critères légitimes (infirmité, maladie, etc ° ...Pire encore, le mot de "réformé" est encore utilisé dans le monde agricole pour désigner une bête à abattre...

 

   Alors, qu'on nous laisse souffler avec les "réformes" ...Certes, pour les socialistes, c'est une manie ...même si cela correspond à de bonnes intentions : il en a été ainsi avec les congés payés de Léon Blum en 1936 avant la défaite de 1940, des nationalisations de François Mitterrand avec les nationalisations avant le retour en arrière de la rigueur, ...et maintenant , avec François Hollande, il y a eu des mesures en faveur des groupes sociaux en difficulté ...Mais de là à affirmer, comme le Er ministre Manuel Valls, "qu'il faut réformer, réformer, et réformer inlassablement", il y a de quoi lasser l'opinion des Français, d'autant plus qu'il ajoute que "la Rentrée sera difficile", autrement dit que les Français vont devoir se serrer la ceinture ...Bien sûr, on ne pleurera pas - surtout en ce jour anniversaire du 4 août 1789 marqué par l'abolition des privilèges - que certains privilégiés actuels soient fortement imposés, mais on ne peut pas ignorerque cela frappera encore et surtout la classe moyenne, faite de gens ayant acquis une certaine aisance le plus souvent par leur travail et leur mérite ...

 

   Alors, pour les réformes, si l'on faisait la pause, ne serait-ce qu'en attendant le retour de la croissance, qui semble se pointer dans le pays moteur de l'économie mondiale que restent les Etats-Unis ?...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Politique Intérieure
commenter cet article
28 juillet 2014 1 28 /07 /juillet /2014 16:17

   Ces jours-ci, il n'est question que de Poutine ...avec l'Ukraine, ...avec ses oligarques, ...une émission lui a même été réservée le dimanche 26 juillet 2014 (décompte occidental) sur la chaîne LCP toute la soirée...

 

   Poutine, c'est la Russie ...et la Russie de toujours, ...un Empire à la dimension d'un continent, ...et même sur deux continents, si l'on reprend la division traditionnelle entre l'Europe et l'Asie, bien que l'Oural n'ait rien d'une chaîne faisant barrage, étant tout au plus un dos de pays ...

 

   ...Mais c'est un empire, et dans ce domaine l'histoire rejoint la géographie ...car, à travers l'histoire, rares sont les pouvoirs "forts" qui n'ont pas été liés à un "empire" ...C'était le cas avec Ramsès II ou Thoutmosis III dans l'Egypte antique, ou encore Nabuchodonosor en Babylonie, ...et beaucoup plus tard Charlemagne avec l'Empire carolingien, ...Charles-Quint et Philippe II d'Espagne dans leurs possession à la dimension du monde, ...et Napoléon 1er en Europe occidentale , faute d'avoir conquis ...la Russie ...On trouve beaucoup moins de "dictatures" dans les petits Etats, comme si la proximité des habitants par rapport au pouvoir empêchait tout excès de celui-ci...

 

   Or, donc, Poutine est à la tête d'un Empire, et, même s'il le qualifie  de démocratie, il n'y exerce pas moins une autorité qui, jusqu'à présent, était de moins en moins contestée ...et ce n'est pas nouveau en Russie où les habitants sont passés successivement du pouvoir absolu des Tsars à la dictature de tyrans sous couvert de "communisme" égalitaire - les Tsars "rouges" Lénine et Staline - ... et maintenant Poutine ...Certes y ont fait exception en partie Kroutchev, Gorbatchev, Eltsine, plus démocrates, ...mais justement leur "règne" n'a pas duré, comme si, notamment en Russie, un Empire ne pouvait pas se passer d'un pouvoir fort...

 

   En l'occurrence, Poutine a eu le vent en poupe tant qu'il a exercé so emprise, à la fois par sa connaissance du milieu politique due à son passé d'espionnage au KGB et à ses premiers succès, qu'il s'agisse de la Tchetchénie, où un mouvement autonomiste a été durement réprimé, ou de la Crimée qui a été annexée pratiquement sans coup férir ...Il avait flatté ainsi l'orgueil national des Russes ...et, tant qu'il a pu imposer ses vues en Ukraine sous prétexte d'une minorité parlant russe, il a battu des records de popularité auprès des Russes fiers de retrouver la sphère d'influence qu'ils avaient eu du temps des Tsars puis de l'URSS...

 

   Mais cet "Empire" est maintenant menacé ...L'Ukraine, restée difficile à contraindre en raison d'un passé longtemps tourné vers l'Occident - via la Pologne ...et l'Allemagne dont des colons ont amenés naguère par la grande Catherine II  - manifeste des intentions de se rapprocher de l'Europe occidentale ...alors que Poutine veut justement s'affirmer comme le chef d'une communauté orientale, avec des visées plus lointaines, à en juger par l'aide qu'il apporte au peu reluisant Bachir-el-Assad de la Syrie ...Or, déjà il vient d'être mis en difficulté avec cette bavure de la chute de l'avion d'Air Malaysia abattu par un tir de missiles livrés par la Russie aux insurgés pro-russes de l'Ukraine ...Et, si les pro-occidentaux l'emportent à Kiev, c'est le pouvoir même de Poutine qui sera remis en cause en Russie ...Comme l'écrit Jean-François Bouthors dans son éditorial du Journal Ouest-France du 28 juillet 2014, "au sein d'une meute, c'est lorsque le mâle dominant est en position de faiblesse, que ses rivaux essaient de le supplanter. En cas de défaite, une révolution de palais pourrait suevenir à Moscou...", ce qui explique d'ailleurs le titre qu'il donne à son éditorial : "Poutine joue son destin à Donetsk"...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Polit. internationale
commenter cet article
27 juillet 2014 7 27 /07 /juillet /2014 14:41

   Il en est de la peinture et de la sculpture comme Verlaine l'écrivait plus précidément pour la musique : l'art avant toute chose...

 

   L'art est certainement le mode d'expression que les hommes ont utilisé depuis la plus haute antiquité et même depuis les temps préhistoriques, et on peut s'interroger sur leur motivation, qui ne devait pas être le goût de "l'art pour l'art", mais plutôt une invocation de forces mystérieuses dépassant leur conscience...Mais, quoi qu'il en soit, cette expression artistique, à travers les siècles, avait toujours été "figurative", en ce sens qu'elle représentait les sujets tels qu'ils étaient, avec des nuances seulement suivant les lieux et les époques...

 

   Et puis, à partir de la fin du 19ème siècle, le "figuratif" éclate au sens propre du terme : chacun connaît les tableaux de Picasso où, dans ses portraits, le nez, les yeux, la bouche et les oreilles partent dans tous les sens ...Evidemment, cela changeait de l'habitude des représentations concrètes, et ce n'est pas par hasard qu'on a alors parlé de "l'art abstrait" ...Et cet art abstrait pouvait même aller jusqu'à ne plus faire une référence même déformée à des sujets concrets, comme par exemple les tableaux de Matthieu où il n'y a plus que des lignes, ...ce qui l'empêchait pas de parvenir à traduire une certaine harmonie des formes et des couleurs ...Et, à y bien réfléchir, pourquoi pas ?...Car ce peintre, finalement, a joué de cette harmonie comme un musicien joue de ses notes, et on n'a jamais reproché à un musicien d'être "abstrait", ...au contraire, s'il avait voulu être "concret", il aurait peut-être abouti à une cacophonie correspondant aux bruits de la vie quotidienne...

 

   Mais pour autant il ne faut pas que les peintres ou les sculpteurs prennent "les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages" et cherchent à leur faire avaler n'importe quoi ...Il est vrai qu'ils peuvent y être encouragés par le comportement d'un certain public "bobo", se voulant "branché", et étant prêt à trouver génial n'importe quoi ...comme par exemple la tête d'un cheval enfoncée dans un mur ...Conformisme à rebours, dont peuvent profiter certains artistes, et ils auraient bien tort de se gêner ...Ainsi, un certain Soulages, dont le Président Hollande vient d'inaugurer un Musée, mérite- t'il d'être autant honoré, parce qu'il a remplacé dans l'église de Conques des vitraux représentant des scènes évangéliques par ce qui n'apparaît que comme du verre ...cathédral ?...On crie au génie, ...Et il serait devenu, paraît-il, l'artiste le plus cher du monde...

 

   Et si certains artistes, justement, se moquaient du monde ...On connaît l'anecdote de peintres en goguette ayant accroché un pinceau à la queue d'un ^ane (tout un symbole !) et ayant ainsi obtenu un tableau ayant trouvé des admirateurs ...Et, comme le fait remarquer Luc Ferry (*), il y a eu le monochrome noir peint en 1882 par le peintre oublié Paul Bilhaud, pilier de l'esprit "fumiste" (!) mais dont l'oeuvre est restée célèbre, au moins dans son expression écrite : "Combat de nègres dans un tunnel" !... Et alors l'humoriste Alphonse Allais avait créé le "concert du silence" ...pour ..."l'enterrement d'un grand homme sourd" ...et parce que "les grandes douleurs sont muettes"...

 

   Cet humoriste avait raison ...Après plus d'un siècle de sottise, peut-être un tel humour indique la voie d'une renaissance de l'art ...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Arts
commenter cet article
20 juillet 2014 7 20 /07 /juillet /2014 16:15

   "Peuple insrable et querelleur" aurait dit Jules César des Gaulois ...Les Français en sont les dignes (ou indignes...) héritiers, car ils ils s'y entendent pour les divisions ...Il y a eu la féodalité où celles-ci étaient multiples, puis les provinces, largement autonomes sous l'égide d'une monarchie qui mit longtemps à les assimiler ..,et encore ...plus ou moins car il y avait les pays "d'Etat" et les pays "d'Elections" ...Survient la Révolution de 1789 qui se veut jacobine ,c'est-à-dire centralisatrice, et fait donc disparaître les provinces jugées révolues, ...mais elle crée les départements - mot qui veut dire divisions - afin que les citoyens puissent faire l'aller-retour à cheval au chef-lieu en un seul jour ...Les citoyens auraient pu négliger ces départements sans substrat local, ...au contraire ils s'attachent à ces départements au point qu'actuellement ils utilisent encore leur numérotation alphabétique pour leur courrier comme pour les plaques minéralogiques de voiture, ...et non une numérotation régionale qui, d'ailleurs, n'existe pas...

 

   Alors toutes ces discussions sur les divisions régionales n'ont aucun sens ...Il y a de moins en moins "d'esprit provincial" en France où un brassage national a eu lieu depuis longtemps pour cause de migrations internes - notamment des campagnes vers les villes - mais aussi d'immigrations diverses ...Certes les citoyens se situent géographiquement dans une région, mais le temps est passé où on pouvait être défini en fonction de son origine : têtu comme un breton, partagé comme un normand, avaricieux comme un auvergnat, etc ...A quoi bon, donc, discutailler sur des limites régionales qui n'intéressent personne, ...d'autant plus que personne ne croit que les regroupements actuellement prévus par les gouvernants permettront de réduire les impôts ...Réunir le Nord-Pas-de-Calais à la Picardie ? Bof !...Ou bien réunir cette Picardie à la Champagne et à la Bourgogne ? Du délire !...Réunir l'Auvergne à Rhône-Alpes ? Bizarre !... ...Rassembler la Haute et la Basse-Normandie ? Oui, à la rigueur, mais avec quelle capitale ? Caen ou Rouen ?...De même pour l'Alsace et la Lorraine ...Souvenir historique, certes, mais avec quelle capitale ? Strasbourg ou Metz, pour ne pas parler de Nancy ? ...La Bretagne est la mieux délimitée géographiquement en raison de sa configuration côtière, ...mais faut-il lui rattacher ou non la Loire-Atlantique ?...Le comble est qu'actuellement on veut supprimer les départements, c'est-à-dire les divisions auxquelles les citoyens sont les plus attachés...

 

   Alors, ne vaudrait-il pas mieux laisser les choses en l'état ...et en l'Etat ? ...Il est urgent d'attendre, voire de ne rien faire...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Politique Intérieure
commenter cet article
13 juillet 2014 7 13 /07 /juillet /2014 13:52

   La liberté a toujours été considérée comme la base de la démocratie, plus encore, si l'on s'en tient à la devise de la République française, que l'égalité qui est impossible, ou la fraternité, qui est illusoire...

 

   Mais la liberté peut-elle être une règle absolue, interdisant donc toute contrainte, et en particulier tout "emprisonnement" ? ...C'est une question qui mérite d'être posée, car ce n'est peut-être pas un hasard qu'une publication comme la revue "l'Histoire" de juillet 2014 évoque "Le temps des bagnes" et qu'un journal comme le Figaro, à la veille du 14 juillet 2014 - anniversaire symbolique - discute du projet de la Ministre de la Justice consistant pour l'essentiel à supprimer la prison pour la plupart des délits, notamment en affranchissant de toute sanction  ceux qui auront eu la "bonté" de reconnaître leur culpabilité ...Autrement dit, la sécurité doit-elle l'emporter sur la liberté ou la liberté l'emporter sur la sécurité ?...

 

   En fait, la recherche de la sécurité n'est pas une préoccupation apparue seulement à l'époque actuelle qui se distinguerait par une recrudescence particulière des délits ...Au contraire, elle a été pratiquée depuis longtemps, pour ne pas dire toujours, et avec des mesures particulièrement sévères comme le bagne ...Dans le cas de la France, on estime qu'entre 1852, date de sa création, et 1953, date de sa suppression, il y a eu environ 100.000 condamnés au bagne, et cette punition était d'autant plus sévère que condamnés étaient acheminés à pied, les fers aux chevilles, sous les cris d'une population souvent hostile ...D'abord assignés dans des bagnes portuaires (Brest, Rochefort, Toulon), ils furent ensuite transportés dans des bateaux-cages allant soit en Nouvelle-Calédonie (cas de la  "communarde" Louise Michel), soit - pire encore - en Guyane, pays réputé pour son climat inhospitalier, où des colons nombreux étaient morts auparavant de fièvres diverses sans pouvoir bénéficier d'une médecine alors indigente de toutes façons ...Et cette rigueur pouvait frapper là encore des personnes n'ayant commis aucun délit de droit commun, mais étant des condamnés politiques (cas cette fois très connu du Capitaine Alfred Dreyfus, emprisonné à l'ïle du Diable en 1895)...

 

   Il n'y a plus de bagne maintenant ...La "transportation" a été supprimée par le Front Populaire en 1938, mais le bagne de Guyane lui-même n'a été liquidé que par le Gouvernement Provisoire de la République Français (GPRF) de De  Gaulle en 1944, les bagnards survivants étant rapatriés dans des prisons "ordinaires" en 1953 ...Est-ce à dire pour autant que ces prisons doivent maintenant être fermées à leur tour ?...Il est difficile de ne pas voir là une dérive reposant sur une conception "excessive" de la liberté, conception ne pouvant apparaître que comme un enjeu politique soucieux de sacrifier la sécurité des Français à une volonté obsessionnelle de prendre le contrepied de la politique "sécuritaire" de l'ancien Président de la République...

 

 

   Et pourtant, il paraît de plus en plus nécessaire de juguler la recrudescence actuelle des délits, qui s'accélère actuellement, notamment pour les mineurs ...Or c'est le moment que choisit la Ministre de la Justice pour plaider la clémence, en supprimant les tribunaux correctionnels pour mineurs,  et en prolongeant l'excuse de minorité (?) jusqu'à 21 ans (!)...

 

   Où va-t-on ?...


  

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans La sécurité
commenter cet article
7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 14:48

   Alors que certains politiciens, dès qu'ils sont au pouvoir, se croient autorisés à faire aussitôt des réformes, au nom du progrès, et en l'occurrence, cette fois et à nouveau, à entreprendre une réforme de "l'ortograf", il est peut-être bon de se montrer conservateur en défendant "l'orthographe" au moyen du rappel d'une dictée célèbre, celle de Mérimée :

 

   "Pour parler sans ambiguïté, ce dîner à Sainte-Adresse, près du Havre, malgré les effluves embaumés de la mer, malgré les vins de très bons crus, les cuisseaux de veau et les cuissots de chevreuil prodigués par l'amphitryon, fut un vrai guêpier.

 

   Quelles que soient et quelque exiguës qu'aient pu paraître, à côté de la somme due, les arrhes qu'étaient censés avoir données à maint et maint fusilier subtil la douairière et le marguillier, bien que lui ou elle soit censée les avoir refusées et s'en soit repentie,, va-t-en les réclamer pour telle ou telle bru jolie par qui tu les auras redemandées, quoiqu'il ne te siée pas de dire qu'elle se les est laissé arracher par l'adresse des dits fusiliers et qu'on les leur aurait suppléées dans toute autre circonstance ou pour des motifs de toutes sortes.

 

   Il était infâme d'en vouloir pour cela à ces fusiliers mal bâtis et de leur infliger une raclée, alors qu'ils ne songeaient qu'à prendre des rafraîchissements avec leurs correligionnaires. Quoi qu'il en soit, c'est bien à tort que la douairière, par un contresens exorbitant, s'est laissé entraînée à prendre un râteau et qu'elle s'est crue obligée de frapper l'exigeant marguillier sur son omoplate vieillie.

 

   Deux alvéoles surent brisés, une dysenterie se déclara, suivie d'une phtisie.

 

   " Par Saint Martin, quelle hémorragie !" s'écria ce bélître. A cet événement, saisissant son goupillon, ridicule excédent de bagage, il la poursuivit dans l'église tout entière.

 

   A proposer à vos amis qui, par on ne sait quelle aberration ou quel dissentiment, pourraient faire le plus ...ou le moins de faute (ou fautes ?) ?...

 

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Langage
commenter cet article
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 00:00

   Il est certain que Nicolas Sarkozy n'a jamais obtenu l'unanimité des Français ...D'ailleurs aucun(e) homme ou femme politique ne l'a obtenue, sauf peut-être De Gaulle ...après sa mort ...Mais de là à s'acharner comme une meute de loups contre lui, il y a une marge à ne pas franchir ...Et à de titre on ne peut que se ranger à l'opinion exprimée par Yves Thréard dans son éditorial du 2 juillet 2014 du Figaro (extraits sous sa responsabilité) :

 

   " Certes, le choc est grand de voir un ancien Président de la République en garde à vue? Mais, après tout, n'est-il pas devenu un justiciable comme un autre ? Soumis, comme tout citoyen, à la loi ? ...Khadafi, Karachi, Tapie, Bygmalion ...et si, dans les affaires où il est cité, des preuves de son implication sont apportées, pourquoi n'en répondrait-il pas ?...


   Pourtant, on a le sentiment qu'un régime judiciaire très particulier lui est réservé. C'est même plus qu'une impression. Nicolas Sarkozy, traité comme n'importe quel justiciable, vraiment ?..

.

   Les dossiers s'empilent dans lesquels son nom est évoqué, parfois marginalement. Mais la déflagration médiatique est immédiate au moindre acte de procédure. Au mépris de la présomption d'innocence, au mépris, surtout, du secret de l'instruction, qu'on kui reproccherait lui-même de violer. Sarkozy, justiciable comme un autre, vraiment ?...

 

   Son avocat, ainsi qu'il est d'usage dans sa profession, cherche à connaître l'évolution des enquêtes, l'agenda des poursuites, la réalité des griefs. Mais son client et lui-même sont placés sous écoute téléphonique de très longs mois. Au mépris des règles de l'instruction, du respect de la vie privée de leurs provches et, surtout, des sacro-saintes règles de droits de la défense. Sarkozy, justiciable comme un autre, vraiment ?...

 

   Les juges travaillent suivant la technique du filet dérivant. Ils passent d'une affaire à l'autre, traquant la faille ...En vain. Mais se raccrochant aussitôt à une nouvelle branche. Sarkozy, justiciable comme un autre, vraiment ?...

 

   Ces juges d'instruction qui n'ont pas oublié que l'ancien Président de la République les a traités de "petits pois" et qu'il voulait supprimer leur fonction. Ces juges qui ont signé une tribune dans la presse pour souhaiter sa défaite. Sarkozy, justiciable comme un autre, vraiment ?...

 

   Nicolas Sarkozy est aujourd'hui dans un tourbillon judiciaire exceptionnel. Et dire que Christiane Taubira a affirmé qu'elle ne savait rien avant d'être prise en flagrant délit de mensonge à la télévision. Sarkozy, justiciable comme un autre, vraiment ?..."

 

   Certes, Nicolas Sarkozy a des torts et il aurait pu se dispenser d'expressions comme "petits pois" ou auparavant d'apostropher un  jour un contradicteur de "pauvre c..." ...Mais pour autant est-il un citoyen "comme un autre" ...Probablement pas ...Surtout si on redoute qu'il se présente à nouveau aux élections présidentielles en 2017 ...

 

 (Dactylographie du dernier paragraphe perturbée par un problème technique)

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Personnalités
commenter cet article
20 juin 2014 5 20 /06 /juin /2014 14:52

   Il fut un temps en France où la politique marchait à l'endroit, la "gauche" représentant en principe le progrès et la "droite" le conservatisme ...Et si l'Assemblée Nationale, de "droite" ou de "gauche", se laissait aller à certaines extrêmités, le Sénat, formé de représentants généralement plus âgés (latin "senex" = vieux) et donc plus sages, apportait les correctifs nécessaires...

 

   On n'en est plus là ...D'abord, la "gauche" n'est plus à gauche, puisque le 1er Ministre fait une politique plus favorable aux entreprises dont les patrons sont plutôt de droite ...qu'aux salariés qui sont plutôt de gauche, à en juger par ce qui se passe pour la SNCF ...Il est vrai que si les cheminots sont censés être de gauche, ils ont en fait des des avantages corporatistes (salaires confortables et gratuité des transports par rail pour eux-mêmes et leurs familles au sens large) qui les placent au-dessus d'autres catégories de travailleurs comme les agriculteurs qui, eux, n'ont pas de vacances, sont soumis aux intempéries ...et ont la réputation, comme propriétaires, d'être souvent de droite...

 

   Et voilà maintenant que le Sénat est plus royaliste que la roi (rien à voir avec Ségolène...) ...En effet, la Ministre de la Justice qui ne passe pas pour être de droite - elle serait même plus à gauche que la "gauche" - voit sa réforme pénale pourtant généreuse pour les délinquants retoquée ...par le Sénat qui l'a ré-écrite "à l'encre rouge" ...Plus question de peines-plancher, de rétention de sûreté, de tribunaux correctionnels pour mineurs ...Et le pouvoir d'enquête de la police, déjà limité, est encore diminué ... Il est vrai que c'est à l'instigation d'un rapporteur socialiste qui s'était déjà distingué par son action favorable à la gestion par autrui pour les couples homosexuels...

 

   Il ne manque plus désormais, la "droite" étant occupée seulement par ses querelles internes, que les "Fronts" pour remettre les choses à l'endroit ...Et comme le Front de Gauche en est à se remettre de ses déboires aux dernières élections municipales et européennes - de l'aveu même de son chef - il ne reste plus que le Front National - réputé d'extrême droite mais qui évolue vers le ...centre pour prendre des mesures populaires, donc ...de gauche, qui lui réussissent, à en juger par ses succès aux mêmes élections... Alors le Front National au pouvoir en 2017, à la Présidence de la République, comme à l'Assemblée nationale et au Sénat ?...

 

   Le monde à l'envers...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Politique Intérieure
commenter cet article